Favorites Bookmarks Welcome  livre-d-or-nouveau  Blog Lomagman Nous sommes le Vendredi 23 Juin 2017 et il est 03:30:32

 

 
 
 

amenagementimplantation4

amenagement implantation4    

Remonter ] amenagement implantation2 ] amenagement implantation3 ] amenagement implantation4 ] amenagement implantation5 ] amenagement implantation6 ] amenagement implantation7 ] amenagement implantation8 ] amenagement implantation9 ] amenagement implantation10 ] amenagement implantation11 ]

Comment se conçois des postes travail ?

Quels cheminements emmènent à tel ou tel résultat ?

Se peut-il qu'un jour je doive participer d'une manière ou d'une autre à l'aménagement d'un lieu quelconque de mon entreprise ?

Afin de tenter de répondre à ces questions, j'ai rassemblé un "Layout"  qui vas nous aider à avoir juste une idée de ce domaine qui nous concerne vu les dimension de certains de nos dépôt. Document à adapter à nos conditions et situations   régionaux.

Pour la Suisse, je réunis  de  Loi sur le travail et les ordonnances et l'aménagement très prochainement.

Voir les liens au bas de la page sommaire

5. PLAN DE MASSE, CIRCULATIONS ET IMPLANTATIONS

5.1. CIRCULATIONS EUXTERIEURES AUX BATIMENTS

5.1.1. Organisation des flux de circulation

Les types de flux à considérer dépendent de l'activité de l'entreprise. En général, les circulations principales à prendre en compte sont :

les camions fournissant l'entreprise en matières premières ou produits avant transformation par l'entreprise (de l'extérieur vers l'entreprise),

les camions évacuant les produits fabriqués par l'entreprise (produits finis, déchets), de l'entreprise vers l'extérieur,

les chariots élévateurs circulant entre les bâtiments (et éventuellement d'autres véhicules),

les piétons circulant entre les bâtiments pendant les horaires de travail,

les piétons circulant en début et fin de poste, O9

les entrées et sorties d'usine du personnel de l'entreprise (piétons, véhicules deux roues, automobiles),

les voies ferrées intérieures à l'entreprise.

Les principes à mettre en oeuvre sont les suivants :

choisir de préférence des systèmes de transport des produits mécanisés plutôt que manuels et des systèmes continus plutôt que discontinus,

éviter les croisements de ces différents flux (aires d'évolution séparées pour chaque type de flux), notamment piétons et camions,

éviter ou limiter les manoeuvres (demi-tours, marches arrière) notamment des camions,

aménager les croisements pour faciliter la visibilité.

Dans la pratique, la mise en oeuvre de ces principes doit tenir compte :

d'autres impératifs tels que la limitation nécessaire du nombre d'entrées (extérieur ­ entreprise) pour des raisons de gardiennage et de commodité pour les transporteurs (exemple : faire viser des documents à l'entrée et à la sortie de l'entreprise),

de différentes contraintes telles que l'implantation des bâtiments déjà construits.

La figure 5.1 est un exemple de recherche d'optimum concernant le plan de circulation d'une entreprise, comportant notamment un sens giratoire unique pour les véhicules.

Une méthode de recueil des données pour déterminer les zones de croisements multiples a été mise au point par l'INRS (La circulation dans l'entreprise. ED 715, INRS). Une procédure en 5 étapes est proposée : établir un plan de l'entreprise, recenser les moyens de transport et de déplacement, déterminer et tracer sur le plan les itinéraires, déterminer les périodes de circulation et les représenter graphiquement, identifier les zones de circulation à croisements multiples.

remonter

Figure 5.1. Exemple de plan de circulation prévisionnel.

remonter

5.1.2. Circulation des piétons

Ces circulations sont à étudier de manière approfondie, les risques étant de plusieurs types : collision avec des véhicules (risque le plus grave), chute de plain-pied (risque le plus fréquent), heurt avec des obstacles fixes.

On peut conseiller de :

réduire au minimum les circulations de piétons à l'extérieur des bâtiments en jouant sur l'emplacement des parkings, des bâtiments annexes, des locaux sociaux. Ainsi les vestiaires doivent se trouver sur le cheminement parking ­ postes de travail ;

respecter le tracé des lignes de "désir" (cheminement le plus court). Les cheminements piétonniers seront protégés des intempéries (allées couvertes, galeries fermées) ;

protéger les allées de circulation : signalisation, allées réservées aux piétons (voir figure 5.2) ;

limiter les circuits avec dénivellation pour éviter les chutes et permettre l'accès aux handicapés : pentes maximales de 5 %, marches et obstacles sur le parcours à éviter, largeur d'allée minimale : 1,20 m.

Figure 5.2. Exemples de solutions pour éviter les collisions au franchissement d'une porte" piétons".

remonter

Les lieux de travail doivent être aménagés en tenant compte de la présence de travailleurs handicapés (voir arrêté du 27 juin 1994).

Dans la pratique, on prendra comme base le fauteuil roulant pour handicapé moteur : gabarit minimal 0,80 m de large et 1,30 de long, diamètre de circonvolution 1,50 minimum (voir figure 5.3).

Parmi les points à examiner lors de la conception des lieux de travail, on peut citer :

Rampes d'accès : les cheminements doivent être de préférence horizontaux.

Lorsqu'une pente s'avère nécessaire, elle doit être inférieure à 5 %. Lorsqu'elle dépasse 4 %, un palier de repos est à prévoir tous les 10 mètres.

Paliers de repos : un palier de repos horizontal est nécessaire devant chaque porte, en haut et en bas de chaque plan incliné. Longueur minimale : 1,40 m hors débattement de porte.

Cheminements : les sols ne doivent pas présenter d'obstacles pour les roues. La largeur minimale du cheminement est de 1,40 m.

Ressauts : ils sont à éviter. Dans le cas contraire, ils seront arrondis ou munis de chanfreins. Hauteur maximale : 2 cm (4 cm maximum avec chanfrein de 12 cm de long). Distance minimale entre 2 ressauts successifs : 1,20 m.

Portes et entrées : la largeur des portes est fonction de leur implantation et du flux de personnel (voir réglementation).

Figure 5.3. Gabarit pour un fauteuil roulant.

 


remonter

5.1.3. Circulation des camions

Eviter ou limiter la circulation à double sens et les manoeuvres (marche arrière, demi-tour).

Prévoir des routes intérieures d'une largeur suffisante et surtout des aires de dimensions adaptées pour les manoeuvres (si celles-ci ne peuvent être évitées dans le plan de circulation). A titre d'exemple, la largeur recommandée pour faire un demi-tour continu est de 30 m aussi bien pour un tracteur et semi-remorque, un camion tracteur et une remorque, que pour un camion d'intervention des sapeurs-pompiers. Pour tracer une courbe qui permette un virage aisé du véhicule, il est prudent de prévoir un rayon de 13,50 m dans l'axe de la chaussée. Les voies destinées aux camions d'intervention des sapeurs-pompiers doivent être larges d'au moins 4 mètres, libres sur 3,50 m minimum en hauteur.

Prévoir le cas échéant, un parking "tampon" pour réguler le flux d'entrée. Il sera à proximité des locaux administratifs (pour les documents à faire viser) et des locaux sociaux prévus pour les chauffeurs. Dans les établissements recevant des véhicules frigorifiques, prévoir des postes électriques de branchement pour les longs parcages afin d'éviter les bruits de moteur à combustion et la pollution.

Concevoir les revêtements de sol en fonction des charges à prévoir : allées de circulation, aires d'attente (risque de poinçonnement du sol par béquilles).

Signaler et matérialiser les routes, allées, zones de stationnement.


5.1.4. Bibliographie

Code du travail, art. 235-3-18 concernant les aménagements pour handicapés.

Arrêté du 27 juin 1994 relatif aux dispositions destinées à rendre accessibles les lieux de travail aux personnes handicapées (JO 18 juillet 1994).

Etablissement d'un plan de circulation sur les lieux de travail. Recommandation CNAM R 259. Paris, INRS, 1985.

Le guide de la circulation en entreprise. ED 800. Paris, INRS, 1996.

Locaux de travail, aménagements pour l'emploi de personnes à mobilité réduite. 1989. CNFLRH, 38, bd Raspail, 75007 Paris.

remonter

5.2. IMPLANTATION DES BATIMENTS ET AIRES DIVERSES

Cette implantation est liée au plan de circulation décrit précédemment.

Les points suivants doivent être examinés plus particulièrement :

Ne pas oublier les aires et locaux annexes tels que les aires de stockage, l'évacuation des déchets, les locaux sociaux, les parkings pour les voitures du personnel (prévoir 20 à 25 m2 par voiture).

Aménager un local d'accueil pour les chauffeurs routiers (coin repos avec sanitaire et téléphone).

Respecter une distance minimale entre bâtiments (20 mètres souhaitables) pour faciliter les circulations et permettre la vue sur l'extérieur à hauteur des yeux de l'intérieur des bâtiments. Pour les bâtiments de stockage à risque d'incendie et sans risque d'explosion, cette distance sera égale à la hauteur du bâtiment avec un minimum de 10 mètres. Penser également aux extensions prévisibles à moyen et long terme.

Dans le choix du nombre et de l'implantation des bâtiments principaux, on cherchera à faire correspondre l'unité géographique (bâtiment), l'unité significative produit (ligne de produit), la structure hiérarchique et certains locaux (vestiaires, sanitaires, aires de détente). Eviter les bâtiments "couloirs", lieux de passage interférant avec les postes de travail.

Une orientation franche des bâtiments nord-sud est à privilégier pour éviter des apports thermiques excessifs (par les vitrages latéraux et zénithaux) en été.

Dans le cas de bâtiments à étages, la hauteur maximale conseillée est de 25 mètres pour permettre un minimum d'éclairage naturel par les façades aux niveaux inférieurs et une vue sur l'extérieur.

Dans les établissements commerciaux, les questions liées au transport et à la manipulation des fonds sont à traiter dès la conception des locaux.

D'une manière générale, la sécurité des personnes est améliorée par toutes mesures visant à réduire les encaisses à un minimum défini, mettre en place des moyens de transfert des fonds à l'intérieur de l'établissement, éviter aux transporteurs de fonds tout contact avec le public et la clientèle.

Pour la caisse client, prévoir, selon les cas (caisse isolée, tour de débit, batterie de check-out,etc.) :

un coffre tirelire pour le stockage des espèces,

un transfert pneumatique, notamment pour les caisses périphériques (centre auto, essence, jardinerie, bricolage, matériaux,etc.).

Celles-ci devront en outre disposer d'une liaison inter phonique avec la caisse centrale ou de tout autre moyen d'appel équivalent. Dans le cas des check-out en batterie, installer un transfert pneumatique au moins toutes les deux ou trois caisses. Si cette solution ne peut être retenue, prévoir des prélèvements fréquents à intervalles irréguliers et par des personnes différentes.

remonter

Pour les magasins qui ne sont pas en libre-service :

éviter de placer la caisse près d'une issue (escalier, sortie,etc.),

installer une liaison inter phonique pour les caisses isolées (liaison avec la caisse centrale ou le service de sécurité),

aménager le poste de travail pour une meilleure sécurité (protection par vitrages résistants) et une ambiance climatique satisfaisante (résolution des nuisances dues aux vitesses d'air, à la chaleur diffusée par les spots, aux reflets, etc.).

Pour la caisse centrale :

implanter si possible la caisse centrale de telle sorte qu'elle soit :

hors de la vue de la clientèle et que ses accès immédiats soient également interdits au public,

le plus près possible d'une voie d'accès routière et qu'elle permette le transfert des fonds sans risques pour les transporteurs habilités,

dans toute la mesure du possible, installer un "trappon" adapté (voir figure 5.4),

équiper le local d'une porte blindée avec judas, dont l'ouverture est commandée de l'intérieur et prévoir un sas.

Figure 5.4 Exemple d'implantation d'un trappon.

(1) Les portes du sas sont commandées de l'intérieur de la chambre forte.
(2) Système permettant l'identification (judas, caméra...).
(3) Sont associés au trappon :

la visualisation des TDF et leur identification,

un système à deux serrures différentes autorisant la rotation

remonter

5.3. CIRCULATIONS INTERIEURES AUX BATIMENTS

Les circulations intérieures sont à l'origine de deux risques principaux : les collisions, notamment entre piétons et chariots élévateurs ; les heurts et chutes, principalement sur les parcours piétonniers. Au niveau de la conception des bâtiments, une réflexion sur l'organisation des flux et la circulation des piétons doit permettre de prévenir ces risques.


5.3.1. Organisation des flux de circulation

Dans la plupart des entreprises, les flux à prendre en compte à l'intérieur des bâtiments sont les suivants :

engins motorisés circulant dans les allées et desservant les postes de travail : chariots élévateurs, transpalettes électriques, etc.

piétons circulant avec des charges : chariots à main, transpalettes manuels, etc.

piétons circulant sans charge : en début et fin de poste, pendant la durée du travail (pour aller d'un poste à un autre ou du poste de travail vers d'autres locaux).

A ces flux s'ajoutent fréquemment des moyens de manutention et de transport continus (ex. convoyeurs au sol et aériens) liés au process de fabrication.

remonter

Principes à mettre en oeuvre pour éviter les collisions

Il s'agit tout d'abord de limiter les circulations nécessaires (des produits, engins et opérateurs) en concevant le process et les implantations en fonction de cet objectif.

On distinguera clairement les allées de circulation permanente (passage des engins motorisés), des allées de circulation non permanente réservées aux piétons (avec ou sans charge) permettant aux opérateurs d'aller d'un poste à un autre sans passer par l'allée principale.

Pour les allées de circulation permanente, les largeurs dépendent à la fois des flux de circulation (sens unique ou double sens des chariots automoteurs, voir figure 5.5 et des manoeuvres à effectuer pour déposer et reprendre les charges, voir figure 5.6).

Pour les allées de circulation non permanente, la largeur minimale pour des piétons sans charge est de 80 cm ; lorsque les opérateurs transportent des charges (ex. poussée de chariots à main), on peut prendre comme règle la largeur du chariot ou du chargement (la plus grande des deux) augmentée de 50 cm pour un sens unique, la largeur des deux chariots ou des deux chargements (la plus grande des deux) augmentée de 70 cm pour un double sens de circulation.

Pour les allées spécifiques (ex. dans les magasins de stockage), les largeurs sont à étudier cas par cas.

Figure 5.5. Largeur réglementaire des allées de circulation permanente.


remonter

Figure 5.6 Schéma illustrant quelques dimensions recommandées pour l'espace de travail.

*La constitution d'un petit groupe de travail est facilitée si les condition suivantes sont remplies : effectif entre 3 et 15 personnes, objectifs de production communs, possibilités de choix par décision de groupe (répartition des tâches, rotation, etc.), réunions de groupe, stabilité du groupe, commandement unique.
remonter
5.3.2. Organisation des circulations de piétons

Aux risques de collision (traités précédemment) s'ajoutent les risques de heurts et de chutes.

Les principes généraux à mettre en oeuvre sont les suivants :

Eviter les obstacles sur les parcours : éléments de machines et d'installations dépassant dans les allées (en statique ou en dynamique), obstacles au sol ou près du sol (canalisations, tuyaux flexibles, caillebotis,etc.).

Prévoir des emplacements suffisants dans l'atelier pour les stocks intermédiaires, les bennes à déchets, les chariots en attente.

Soigner particulièrement les sols sur ces parcours : revêtements résistants, faciles d'entretien et homogènes tout au long des parcours à suivre.

Problèmes spécifiques à certaines circulations de piétons :

Circulation début et fin de poste : trajet le plus direct possible entre l'extérieur, les vestiaires et les postes de travail. Pour les organisations du type" travail en équipes" et "horaires mobiles", les risques de collision sont plus importants : prévoir des circuits piétons séparés ou une allée principale suffisamment large pour autoriser le passage des piétons en sécurité (marquage par bande jaune).

Circulation des piétons sans charge. Le trajet poste de travail ­ sanitaires est à étudier avec soin : éviter la traversée d'allées principales, préférer la mise en place de plusieurs locaux à faible distance des postes de travail à l'implantation d'un seul.

Circulation des piétons avec charges. Ces circulations ont des incidences sur la largeur des allées (voir paragraphe 1), la dimension et le type de portes de communication entre locaux du même atelier. Des aménagements sont à prévoir pour les personnes handicapées moteurs (voir chap. 5.1.2).


5.3.3. Bibliographie

Le guide de la circulation en entreprise. ED 800. Paris, INRS, 1996.

 

circulation_enentreprise_inrs_fr_ed800.  

 

Chariots automoteurs de manutention. Conseils d'utilisation. ED 766. Paris, INRS, 1994.

 ../questionnaires/manuten_chariots_ed766. PDF

 

remonter

5.4. IMPLANTATION DES POSTES DE TRAVAIL

L'implantation des postes de travail est très dépendante du process de fabrication. Seules quelques règles générales peuvent être énoncées ici :

Distance entre deux postes de travail. Il s'agit de concilier plusieurs impératifs parfois contradictoires : à la fois faciliter les communications à l'intérieur de petits groupes de travail et éviter que les nuisances d'un poste ne se répercutent sur d'autres postes (encombrement des produits manipulés, bruit, ambiance thermique...).

Accès aux machines et installations. Le tableau établi à partir de la norme AFNOR NF X 35-107 : dimension des accès aux machines et installations, donne quelques références sur les largeurs de passage et d'accès (voir tableau 5.1).

Pour les bureaux, les surfaces minimales souhaitables sont de 9 m2 pour 1 personne, 12 m2 pour 2 personnes, 21 m2 pour 3 personnes, 32 m2 pour 4 personnes, 45 m2 pour 5 personnes. Par ailleurs, les bureaux tout en longueur sont à éviter. Les dimensions suivantes sont conseillées : longueur < 2 fois la largeur pour des bureaux <= 25 m2, longueur <= 3 fois la largeur pour les bureaux > 25 m2.

Hauteur sous plafond : minimum 2,50 m, souhaitable 2,80 m.

La répartition entre bureaux individuels et collectifs est fonction de nombreux critères : niveau hiérarchique, type de travail, communications téléphoniques, visiteurs. L'optimum pour un bureau collectif est de 2 à 5 personnes, chiffre correspondant à un petit groupe de travail. Pour les bureaux paysagers, éviter un effectif supérieur à 10 personnes.

Tableau 5.1 Références concernant les largeurs de passage et d'accès
D'après la norme NF X 35-107

 
Largeur recommandée
(en mm)
Largeur d'un passage habituel soit entre machines ou éléments d'installation, soit pour l'accès au poste de travail.
800 mini
(distance réglementaire)
Largeur d'un accès pour intervention occasionnelle (dépannage - maintenance)
600 mini*
Largeur d'accès entre palettes, conteneurs, déposés à proximité du poste de travail
500 mini
Débattement sur le devant d'un poste de travail (à emplacement occupé par l'opérateur à son poste)
1 000 mini
d'avant en arrière
Si l'opérateur tourne le dos à une allée ou circulent des engins motorisés
1 500 mini

* 800 si accès en cul-de-sac sur plus de 3 mètres.
5.4.1. Bibliographie

NF EN 547. Sécurité des machines. Mesures du corps humain. Partie 1, 2, 3. Paris, AFNOR.

NF X 35-102. Dimensions des espaces de travail en bureaux. Paris, AFNOR.

L'aménagement des bureaux. Fiche pratique de sécurité ED 23. Paris, INRS, 1990.

remonter               sommaire

                                                            

4/09/12



 

Liens publicitaires

Site Internet d'information pour apprenantes, apprenants a but de recherches et d'entraides etudiantes, etudiants et toutes personnes active en logistique, magasinage et manutention.

Lomag-Man .Org

Imprimer

Contactez-nous

Inscrivez-vous à la newsletter ici !

 

Site Internet ouvert en 2002  Lomag Man .Org est une creation S.K.  livre-d-or-nouveau   Laissez un commentaire (Livre d'or)

Lomag-man.org est Copyright © 2017 - S.K. tous droits reserve Lomag Man .Org - Lomag-Man.org, Organisation apprenants Logistique magasinage et manutention.Conception web Webmestre (c)Webmestre