Favorites Bookmarks Welcome  livre-d-or-nouveau  Blog Lomagman Nous sommes le Dimanche 26 Fevrier 2017 et il est 22:14:56

 

 
 
 

amenagementimplantation6
 

Comment se conçois des postes travail ?

Quels cheminements emmènent à tel ou tel résultat ?

Se peut-il qu'un jour je doive participer d'une manière ou d'une autre à l'aménagement d'un lieu quelconque de mon entreprise ?

Afin de tenter de répondre à ces questions, j'ai rassemblé un "Layout"  qui vas nous aider à avoir juste une idée de ce domaine qui nous concerne vu les dimension de certains de nos dépôt. Document à adapter à nos conditions et situations   régionaux.

Pour la Suisse, je réunis  de  Loi sur le travail et les ordonnances et l'aménagement très prochainement.

Voir les liens au bas de la page sommaire

 

 

6.4. APPAREILS DE LEVAGE

Nous examinerons dans ce chapitre les appareils suivants : ponts roulants, tables et plates-formes élévatrices, palans, potences et portiques. Pour les ascenseurs et monte-charge qui font l'objet de textes particuliers, se reporter au chapitre 7.4.

Les principaux risques présentés par les appareils de levage sont le cisaillement du personnel se trouvant sur ou à proximité de l'appareil en mouvement, les chutes d'objets de parties amovibles de l'appareil, de charges, les chutes de personnes, les risques mécaniques par des organes en mouvement et propres à la manoeuvre des appareils, le risque électrique.

Ces appareils sont tous soumis à la réglementation. Avant leur mise en service, les appareils seront éprouvés dans les conditions fixées par la réglementation. Ils seront ensuite vérifiés périodiquement.

remonter
6.4.1. Ponts roulants

Pour déterminer le type d'appareil le mieux adapté (voir figure 6.7), sa classe d'utilisation et le spectre des charges, l'étude préalable tiendra compte :

de la charge nominale, mais aussi de la fréquence d'utilisation,

de la répartition dans le temps des charges soulevées en fonction de la charge nominale majorée du poids des apparaux,

des incidences éventuelles des conditions atmosphériques (pont intérieur ou extérieur) et des risques d'aggravation particuliers (ex. atmosphère corrosive ou poussiéreuse).

Figure 6.7. Différents types de ponts roulants.
D'après la norme NF E 52-120.

Ce choix aura des incidences sur la structure du bâtiment, les circulations et implantations.

remonter

Le cahier des charges précisera les spécifications techniques :
- de manière générale,il y a conformité par rapport à la directive R. 233-84

en armoire, un compteur d'impulsions de démarrage du moteur de levage et un compteur horaire, ou tout autre moyen équivalent, dans le but de contrôler les sollicitations du pont et sa conformité à la "section FEM" auquel il appartient et dans le but de faciliter l'ordonnancement des opérations d'entretien ;

en accord avec le constructeur, un dispositif tel que relais thermique, temporisateur... dans le but de limiter les effets d'un pianotage sur les organes de commande, les moteurs... ;

un dispositif anticollision ou un système d'ordre de priorité et d'interdiction de zones quand plusieurs ponts fonctionnent en superposition ; un dispositif anticollision ou un système d'ordre de priorité quand plusieurs ponts fonctionnent avec une grande fréquence sur la même travée ;

une fin de sur course haute à réarmement manuel, commandant la coupure générale de puissance ;

les fins de course robustes sur tous les mouvements ;

dans le cas de levage de charges dangereuses (métaux en fusion, produits radioactifs par exemple), un frein de secours agissant sur le tambour du treuil avec un détecteur de survitesse n'entrant en fonctionnement que lorsque le frein de service est défaillant ;

les moyens rendant inaccessibles les conducteurs nus (sauf impossibilité technique) ;

dans le cas d'ambiances particulièrement poussiéreuses, polluées, bruyantes, chaudes ou froides, l'assainissement et le conditionnement de la cabine du pont et l'insonorisation de celle-ci ;

quand la charge n'est pas connue ou quand elle est susceptible de varier, un limiteur de charge sur le mouvement de levage (manutention portuaire par exemple) ou, à défaut, en cas de rénovation, un indicateur de charge ;

lorsque la vitesse dépasse 30 m/min en direction et 40 m/min en translation, un dispositif assurant la progressivité du démarrage et de l'arrêt des mouvements horizontaux ;

les points d'ancrage pour les filets et les lignes de vie ;

sauf cas particulier (pont automatisé par exemple), un bouton d'arrêt d'urgence, à deux positions stables, selon la norme NF E 52-125, avec réarmement en armoire ;

lorsque le pont fonctionne avec la commande au sol ou la commande à distance, la vitesse des mouvements horizontaux en fonction de la nature des opérations et au maximum à 60 m/min en translation et à 40 m/min en direction ;

dans le cas de la commande à distance, repérage sur l'organe de commande et sur le pont du sens des mouvements horizontaux ;

en cas de visibilité pouvant être altérée (intempéries, vapeurs, poussières...), installation d'une liaison phonique entre la cabine et le sol et entre les ponts superposés ;

pour faciliter l'accès aux zones d'entretien, installation des garde-corps et des lignes de vie sur le cheminement des intervenants ;

dispositif de manutention des pièces de rechange et du matériel de contrôle et d'entretien :

position d'arrêt pour entretien et réparation : choisir un accès par le bâtiment, de préférence par un escalier ou à défaut par une échelle à crinoline.

On demandera au constructeur la fourniture :

d'un descriptif technique,

des notices d'entretien et de contrôle des différents organes et composants du pont et notamment le mode de graissage (système à réserve, système automatique...),

des consignes particulières.

remonter
6.4.2. Tables et plates-formes élévatrices

Les tables et plates-formes élévatrices sont des dispositifs permettant d'élever verticalement un plateau par un système de poussée placé sous ce plateau. Les tables élévatrices sont essentiellement destinées à élever des charges, alors que les plates-formes élévatrices sont des matériels élevant essentiellement du personnel avec occasionnellement des charges. Ces appareils présentent des avantages du point de vue ergonomique : charge physique moindre, diminution des postures anormales et fatigantes (voir figure 6.8).

Pour permettre un fonctionnement en sécurité, on prévoira les dispositifs suivants :

fosse (le cas échéant), accessible, permettant notamment les opérations d'entretien sur l'appareil (penser à cet aspect au moment des décisions sur les réservations dans le sol des ateliers),

cadre de sécurité sur le pourtour, permettant de stopper la descente de l'appareil en cas de cisaillement si le plateau rencontre un obstacle (ou carénage total de l'appareil),

béquille de sécurité pour les opérations effectuées sous le plateau (nettoyage, entretien).

Figure 6.8. Exemples d'utilisation de tables et plates-formes élévatrices.


remonter6.4.3. Palans électriques, potences et portiques

Pour réduire les risques lors de la conception, on examinera notamment les points suivants :

choisir un appareil adapté aux charges manutentionnées,

étudier soigneusement l'implantation des postes de travail à desservir avant toute installation de palan motorisé,

équiper les chariots porte palans de dispositifs présentant une efficacité équivalente pour éviter la chute des chariots (ex. parachutes),

choisir un type de motorisation compatible avec le milieu dans lequel ces engins évoluent (notamment risque d'explosion).


6.4.4. Bibliographie

Code du travail R. 233-84 à R. 233-89. Règles techniques et procédures de certification relatives à la conception des machines

Arrêté du 9 juin 1993. Vérifications des appareils de levage

Recueil des normes "Appareils et accessoires de levage". Tomes 1 et 2. Paris, AFNOR.

Encyclopédie de la manutention. Tome 2. Levage. Paris, AFNOR/SOMIA.

Ponts roulants. ED 716. Paris, INRS, 1997.

remonter

6.5. MOYENS DE MANUTENTION

La manutention est la cause la plus importante d'accidents du travail. Chaque année, le tiers du nombre total des accidents avec arrêt a pour origine, soit le transport manuel, soit les manipulations d'objets, soit la manutention (levage, manutention continue, manutention par chariot, manutention automatisée).

Les risques les plus couramment rencontrés sont les heurts, chutes, risques mécaniques et lombalgies.
6.5.1. Moyens de manutention

Les moyens de manutention doivent être étudiés en même temps que le processus de fabrication.

Nous avons retenu dans ce chapitre les appareils de manutention suivants : appareils de levage, matériels de manutention continue, chariots de manutention, manutention automatisée, à l'exclusion du transport de produits.

Le tableau 6.6 présente les grandes familles de matériel de manutention. Il donne une liste non exhaustive des matériels existants sur le marché. Les différents moyens sont répartis en trois catégories suivant leurs incidences sur le projet :

intégration au moment du génie civil,

intégration à la structure des bâtiments,

moyens autonomes

remonter

Tableau 6.6 Principales familles de matériels de manutention

Appareils de levage
Matériels de manutention continue
Chariots de manutention
Manutentions automatisées
GENIE CIVIL
 

matériels de manutention continue pour produits en vrac

-transports

-distributeurs

-convoyeurs

- élévateurs

 

appareils de stockage

-transtockeurs

-ponts roulants gerbeurs

STRUCTURES DES BATIMENTS

ponts roulants
portiques
palans à moteur

-électriques

-pneumatiques

-hydrauliques

-matériels de mise à niveau

-tables élévatrices

-hayons

-rampes ajustables

matériels de manutention
pneumatique pour produits en vrac

-système continu par aspiration et/ou refoulement

-système discontinu

-aéro-glissière

matériels de manutention continue pour charges isolées

-transporteurs

-carrousels

-convoyeurs

-monorails

chariots automoteurs
chariots élévateurs

-en porte-à-faux

-non en porte-à-faux

-mixtes

minitranstockeurs
systèmes automatiques à chariot sans conducteur

-chariots élévateurs

-chariots porteurs

-chariots d'assemblages

-chariots tracteurs

-manipulateurs et robots

-manipulateurs

-robots

-dispositifs de chargement et déchargement de machines

MOYENS AUTONOMES

appareils de levage à bras
équipements
accessoires de levage et d'arrimage
treuils
élévateurs de personnel

matériels de manutention pneumatique pour documents et charges isolées

gerbeurs à déplacement manuel
gerbeurs autonomes
transpalettes
tracteurs
remorques
chariots porteurs
chariots à bras

-chariots

-diables

-brouettes

-remorques

palettiseurs et dépalettiseurs

-mono position

-

empileurs et distributeurs des palettes

remonter
Ce tableau présente les grandes familles de matériels de manutention. Pour une liste plus complète, consulter notamment le répertoire Manutention et transitique du Syndicat des industries de matériels de manutention, Paris.
6.5.2. Choix entre ces moyens

Dans le cadre de l'organisation générale de l'entreprise, il convient d'étudier simultanément la manutention et la circulation des produits, d'éliminer ou de réduire le plus possible les manutentions, de substituer la manutention mécanique aux manutentions manuelles. Pour cela il est utile de déterminer pour l'ensemble des produits, matières premières, matières en cours de transformation, produits finis et déchets, les paramètres suivants : masses, volumes, fréquences et densités.

Ces données permettent de choisir entre manutention automatisée, manutention motorisée, manutention assistée, manutention manuelle.

On optera de préférence pour des moyens de manutentions propres à chaque machine, pouvant être utilisés par les opérateurs eux-mêmes en évitant les ruptures de charge.

Exemple : manutention au poste de travail

Dans le choix d'un matériel de manutention au poste de travail et pour faciliter la mise en place du personnel, on doit fixer le niveau d'effort à des valeurs acceptables. L'abaque de la figure 6.9 permet d'orienter le choix des moyens de manutention au poste de travail.

Pour la manutention manuelle, il est recommandé de ne pas dépasser les limites suivantes pour un homme : F < 30 kg pour la charge transportée ou manutentionnée, d < 30 m pour la distance parcourue avec la charge, p < 10 t/j pour la production journalière. F × d × p < 800.

remonter

Figure 6.9 Choix du type de moyens de manutention au poste en fonction du poids des pièces et de la fréquence de manipulation.


remonter6.5.3. Manutention continue

Les installations se présentent sous plusieurs formes : manutention mécanique pour produits en vrac ou pour charges isolées (transporteurs à bande, transporteurs et élévateurs à vis, convoyeurs aériens...), pneumatique pour produits en vrac (par aspiration et/ou refoulement).

Espace autour des moyens de manutention

Lors de l'implantation, prévoir un espace suffisant entre les parties fixes et mobiles des installations (pour éviter les risques de cisaillement). Lorsqu'un transporteur à bande traverse une allée piétonne sa hauteur par rapport au sol doit permettre ou bien le passage en dessous (hauteur minimale) ou bien le passage au-dessus (passerelle), en prenant en compte les protections.

Facilitation des interventions

Il faut également faciliter les interventions (vérifications, entretien, réparations) en prévoyant une zone de circulation pour le personnel d'intervention, des accès aisés, des dégagements pour les opérations de montage et de démontage. On reportera les interventions indispensables hors des zones dangereuses, par exemple disposer les graisseurs hors des protections fixes et permettre le réglage des tambours en éloignant les vis de réglage vers l'extérieur des tambours.


6.5.4. Manutention automatisée

Les systèmes de manutention actuels sont de plus en plus automatisés et complexes. Ils présentent des risques souvent très graves compte tenu de leur dimension, de leur automaticité, de la présence de diverses sources d'énergie.

L'établissement d'un cahier des charges est la pièce maîtresse d'un projet de manutention automatisée. Il doit contenir outre l'aspect structurel d'un marché de fournitures et de prestations associées, les éléments réglementaires et normatifs d'hygiène et sécurité nécessaires à la réalisation des équipements.

La mise en place de transtockeurs et de robots de manutention pose des problèmes spécifiques qui sont traités dans des documents spécialisés.


6.5.5. Bibliographie

Recueil des normes de manutention-levage. Tomes 1 et 2. Paris, AFNOR.

Méthode d'analyse des manutentions manuelles. ED 776. Paris, INRS 1996.

Aide-mémoire juridique nº 18. Manutention manuelle. Paris, INRS, 1994.

Machines automatiques et ensembles automatisés. Recommandation CNAM R 289. Paris, INRS, 1987.

Transport manuel des charges. Recommandation CNAM R 344. Paris, INRS, 1991.

Encyclopédie de la manutention, 5 volumes. Paris, AFNOR-SOMIA.

 Manutention et transitique. Qui fait quoi. Syndicat des industries de matériels de manutention. 1992.

remonter

6.6. ACCES AUX INSTALLATIONS FIXES

Ces installations peuvent être très diverses : machines (ou parties hautes de machines), ponts roulants, installations sous ferme ou sous toiture (ex. convoyeurs aériens, réseau de fluides), dispositifs installés sur la toiture (ex. extracteur d'air...).

L'accès à ces installations doit être pensé en même temps que leur conception pour éviter l'utilisation de moyens mobiles (ex. échelles) qui sont à l'origine d'accidents, notamment de chutes de hauteur.

Nous traiterons successivement des accès et des plates-formes de travail.


6.6.1. Les accès

Quand faut-il prévoir des accès fixes ?

Lorsque la fréquence des interventions prévisibles (du personnel de production, de l'entretien ou d'entreprises extérieures) est supérieure ou égale à une fois par mois, des accès fixes sont à prévoir. Indépendamment de la fréquence, l'accès de l'extérieur ou de l'intérieur aux toitures sera à considérer avec un soin particulier.

Quel moyen choisir ?

Les escaliers fixes, notamment métalliques, sont le moyen le plus sûr. Ils permettent de limiter la fatigue et de transporter des charges courantes (ex. outillage d'entretien) avec un minimum de risques. Ils sont recommandés pour des fréquences d'utilisation égales ou supérieures à une fois par jour.

Les échelles à marches ou à barreaux ronds sont moins favorables et à proscrire lorsque la tâche nécessite le transport d'outils. En dehors de ce cas, elles sont acceptables pour des fréquences d'utilisation au plus égales à 2 fois par jour.

La figure 6.10 donne les pentes recommandées pour ces différents moyens d'accès et le tableau 6.7 donne la conversion des angles en pourcentages de pente. Par ailleurs, ces escaliers et échelles ne doivent pas empiéter ou déboucher directement sur des allées où circulent des engins de manutention.

Spécifications

Escaliers métalliques : les données indiquées dans le chapitre 7.4 (sur les escaliers) sont applicables. Pour des escaliers extérieurs (et intérieurs lorsque l'activité est salissante), prévoir des matériaux antidérapants (tole striée, marches en caillebotis...).

Echelles métalliques fixes : la figure 6.11 donne un exemple de construction de ce type d'échelle. Un portillon à fermeture automatique doit être installé lorsque le palier sert de plate-forme. Toute volée supérieure à 2,50 m sera munie d'une crinoline.

remonter

Figure 6.10 Pentes recommandées pour les moyens d'accès en hauteur.

Tableau 6.7

Conversion des angles en pourcentage de pente
Degrés
Pente %
6
15
20
30
40
45
10
26
36
58
84
100

remonter

6.6.2. Les plates-formes de travail

Les plates-formes et passerelles de circulation seront munies de garde-corps en bordure du vide (voir figure 6.11). La hauteur des plates-formes sera calculée de manière à situer les points d'intervention entre 400 m et 1 400 mm pour permettre de travailler en bonne posture.

En ce qui concerne le transfert de charges palettisées au bord des plates-formes, l'installation de barrières écluses est conseillée (voir figure 6.12).

Figure 6.11 Exemples de construction d'une échelle métallique.


remonter

Figure 6.12 Principe de fonctionnement d'une barrière-écluse.


6.6.3. Bibliographie

Code du travail, art. R. 233-45.

NF E 85-031. Installations industrielles, escaliers métalliques. Paris, AFNOR.

NF E 85-010. Echelles verticales métalliques fixes. Paris, AFNOR.

NF E 85-011. Eléments d'installations industrielles. Choix d'un moyen d'accès fixe entre deux niveaux. Paris, AFNOR.

NF E 85-101. Eléments d'installations industrielles. Garde-corps métalliques. Paris, AFNOR.

NF E 85-012. Protection condamnant l'accès bas aux échelles. Paris, AFNOR

remonter       sommaire

                                              

15.05.2009 01:00:00

 

 

 


 

Liens publicitaires

Site Internet d'information pour apprenantes, apprenants a but de recherches et d'entraides etudiantes, etudiants et toutes personnes active en logistique, magasinage et manutention.

Lomag-Man .Org

Imprimer

Contactez-nous

Inscrivez-vous à la newsletter ici !

 

Site Internet ouvert en 2002  Lomag Man .Org est une creation S.K.  livre-d-or-nouveau   Laissez un commentaire (Livre d'or)

Lomag-man.org est Copyright © 2016 - S.K. tous droits reserve Lomag Man .Org - Lomag-Man.org, Organisation apprenants Logistique magasinage et manutention.Conception web Webmestre (c)Webmestre