Favorites Bookmarks Welcome  livre-d-or-nouveau  Blog Lomagman Nous sommes le Dimanche 22 Janvier 2017 et il est 21:16:14

 

 
 
 

entreposage_manutention

entreposage manutention stock WMS

 

 

[ gestion stock bases WMS ] [ formule Wilson

[abc qo da mrp] Analyse AB, Quantité Optimale de commande, le M RP [ coût globaux annuels] Page 2 calcul des rentabilité exploitation coût d'engins 

puis [ Formule de la grandeur des lot Qo avec exerce guidé ]

[les genres de stock] [ordre propreté stock WMS

voir aussi : base protocole de sécurité entrepôt

[entreposage manutention stock WMS]

Un service offert par le CCHST:Manutention Lien en bas de page développement sur le sujet.

Téléchargement et autres documents, normes manutention manuelle, (bas de page SVP)

 

manutention_manuelle_descharges_equat_vers_francaise Traduction et liens, signets en cours.

 19/01/2004

GuideManutention

 

ENTREPOSAGE ET MANUTENTION  DES MATÉRIAUX

Généralités

1.    La manutention, l'entreposage et l'emmagasinage des matériaux posent, en matière de sécurité, un extraordinaire défi. Chaque année des centaines d'accidents résultent de la manutention des matériaux dans divers secteurs.

2.    La manutention et l'entreposage de l'équipement peuvent se faire sans danger tant et aussi longtemps que le personnel en est physiquement et mentalement apte, suffisamment entraîné et bien surveillé pour assurer le respect des mesures de sécurité. Il faut étudier préalablement les tâches pour découvrir la méthode d'exécution la plus pratique. Les agents de sécurité et les contremaîtres doivent se poser les questions suivantes:

    a.   peut-on exécuter ce travail en évitant toute manutention
         manuelle du matériel?
    b.   qu'est-ce qui pourrait causer des blessures?
    c.   est-ce que des instruments facilitant la manutention,
         tels que des boîtes de bonne grandeur, des camions
         appropriés ou des crochets, peuvent éliminer les risques
         d'accidents?
    d.   est-il possible de diminuer les risques de blessures en
         portant des vêtements protecteurs ou tout autre
         équipement individuel?
    e.   est-ce qu'une visite médicale avant l'embauche, suivie
         d'examens périodiques, peut permettre de découvrir les
         individus prédisposés aux hernies ou à toute autre
         blessure?

Dossier parent : Couleurs de sécurité et ambiance  et : données capacité de charge chariot

guide inspection implantation. PDF PDFmodèle mis gracieusement à disposition. Adaptable à souhait 227.12Ko (232575 octets)31pg.

Manutention Manuelle

1.    Un personnel bien entraîné est le facteur le plus important si l'on veut que la manutention manuelle des matériaux se déroule sans accident. Il faut distribuer au personnel des directives détaillées sur les méthodes à suivre en matière de levage et de transport et sur l'utilisation des équipements de protection individuelle. Une surveillance s'impose pour veiller à ce que les consignes de sécurité soient observées en tout temps. Interdire le port d'anneaux, de bijoux et de vêtements amples estimés trop dangereux.

2.    Ordre et propreté contribuent pour une grande part à la sécurité des opérations de manutention du matériel. Les planchers doivent être propres, sans eau ni graisse ou autre substance pouvant faire glisser ou tomber. Les allées et les escaliers doivent être dégagés pour éviter d'y trébucher.

3.    Un troisième facteur de sécurité important est une bonne planification de la manutention du matériel. Elle élimine les manipulations inutiles. Les contremaîtres doivent prévoir des méthodes de manutention pour éviter les risques inutiles et assurer un déroulement souple et régulier des opérations.

4.    Le levage est une aptitude qu'il faut perfectionner. Voici quelques-uns des facteurs dont il faut tenir compte pour déterminer l'aptitude des ouvriers en matière de levage: a. force, bonne forme et défauts physiques; b. durée des périodes de levage; c. hauteur du levage; d. distance à parcourir et fréquence de la charge, e. grosseur et forme de la charge; f. expérience, et g. formation.

5.    Voici quelques facteurs subjectifs pouvant causer des accidents au moment du levage: a. la maladresse due à la fatigue musculaire que cause une mauvaise position; b. la maladresse due à une absence prolongée; c. la perte d'équilibre pendant le levage; d. la torsion du corps pendant le levage; et e. l'âge.

6.     Avant de soulever un objet gros et lourd, et de le transporter en un autre endroit, observer le sol autour de l'objet ainsi que le chemin à parcourir pour repérer tout obstacle ou liquide répandu sur lequel on pourrait trébucher ou glisser. S'assurer que le dégagement est suffisant. S'il y a des obstacles, les contourner par une voie dégagée. Observer ensuite l'objet pour savoir comment l'empoigner sans se blesser, en évitant les angles tranchants et les éclats. Il peut s'avérer nécessaire de retourner l'objet avant d'essayer de le soulever. S'il est humide ou graisseux, l'essuyer ou le faire sécher pour ne pas qu'il glisse des mains. Pour avoir une bonne prise, l'ouvrier pourra utiliser une élingue de corde ou des poignées spéciales. La fatigue et les maux de dos apparaissent généralement en levant et en déposant les objets à la main c'est pourquoi il est important d'enseigner à ceux qui font ce travail les bonnes techniques de levage en guise de mesures préventives. Voici quelles sont les règles de sécurité relatives à la manutention manuelle: a. Étudier la taille, le poids et la forme de l'objet à transporter. Ne pas soulever plus que ce que l'on peut manipuler avec aisance. Si c'est nécessaire, demander de l'aide. b. Bien placer ses pieds. En mettre un légèrement devant l'autre pour augmenter l'efficacité. Écarter les pieds d'une largeur d'épaule environ pour plus d'équilibre et de stabilité. c. Se rapprocher le plus possible de l'objet. Plier les jambes de 90 degrés environ ou niveau des genoux. S'accroupir sans se pencher. Il faut à peu près deux fois plus d'effort pour se redresser lorsqu'on se penche. d. Garder le dos aussi droit que possible. Il peut ne pas être à la verticale mais ne doit pas être voûté. Se pencher au niveau des hanches et non au milieu du dos. e. Saisir l'objet fermement. Conserver cette poigne pendant le levage et le transport. Avant de changer de position ou de la modifier, déposer l'objet. Éloigner les doigts des endroits où ils pourraient se faire coincer. f. Redresser les jambes pour lever le fardeau et ramener en même temps le dos à la position verticale. Un bon truc consiste à regarder vers le ciel ou le plafond en commençant le levage. g. Ne jamais transporter de fardeau qui cache la vue. S'assurer que le passage est libre. Porter l'objet près du corps. h. Ne pas tourner seulement le haut du corps pour changer de direction ou pour déposer un objet. Tourner tout le corps et s'accroupir pour déposer l'objet. Saisir l'objet avec fermeté, le tenir près de soi et garder le dos droit, non voûté. Pour éviter de se coincer les doigts contre le plancher, déposer d'abord un coin de la boîte ou de l'objet pour pouvoir enlever les doigts de dessous les côtés.

Top of Page

j. Avant de soulever un poids, se demander quelle est la distance à parcourir et pendant combien de temps il faudra maintenir la prise. L'ouvrier doit réaliser que sa puissance de rétention diminue avec la longueur du parcours. k. Pour déposer un objet sur en banc ou sur une table, le placer en premier lieu sur le bord puis le pousser assez loin pour l'empêcher de tomber. Le relâcher graduellement en même temps qu'on le dépose. Le mettre en place en poussant l'avant de l'objet avec les mains et le corps. Cette méthode évite de se coincer les doigts. m. Il est particulièrement important de s'assurer qu'un objet placé sur un banc ou sur un support quelconque ne va pas en tomber, se renverser ou rouler. Il faut des supports correctement placés et d'une résistance suffisante pour retenir le poids. Entreposer à la hauteur de la taille environ les objets lourds tels que tours ou filières. n. Pour soulever un et au-dessus des épaules, le soulever d'abord au niveau de la ceinture. Laisser reposer le bord de l'objet sur une saillie, une étagère ou une hanche. Changer les mains de place pour pouvoir porter l'objet à la hauteur voulue après avoir plié les genoux. Redresser les genoux en soulevant l'objet à la hauteur des épaules. p. Transporter l'objet selon la méthode la mieux adaptée à sa taille, à sa forme et à son poids. q. Si deux hommes transportent un objet, ils doivent coordonner leurs mouvements par des signaux vocaux. Avant de commencer à transporter le matériel ensemble, les deux hommes doivent convenir d'un signal d'urgence approprié au cas où les mains de l'un viendraient à glisser ou au cas où il faudrait lâcher l'objet soudainement. La marche au pas va faciliter la coordination de leurs mouvements et rendre le transport sûr et souple. r. L'ouvrier qui transporte un objet long doit s'assurer que la voie est libre et que rien ne vient obstruer sa visibilité pour qu'il ne heurte personne ou quoi que ce soit avec sa charge. s. Pour déposer un objet, suivre la même méthode que pour le soulever mais inversement. Abaisser la charge en pliant les jambes et en s'accroupissant tout en gardant le dos droit. En déposant la charge, faire particulièrement attention de ne pas se blesser aux doigts, aux mains et aux pieds. Il est essentiel de déposer l'objet de façon très coordonnée.

7.    Le port d'un équipement protecteur est nécessaire pour éviter de se blesser lors de la manutention de divers types de matériaux. Les blessures aux doigts et aux orteils étant les plus fréquentes, les manutentionnaires doivent porter des souliers de sécurité et des gants épais recouverts de cuir si possible. La manutention de certains types de matériaux peut requérir le port de certains vêtements spéciaux tels que des lunettes, des tabliers et des jambières.

8.    Les gants doivent être secs et exempts de graisse ou d'huile. Pour la manutention des caisses en bois, se protéger les mains contre les échardes. Quand il s'agit d'objets de métal poli, des gants à la paume en cuir propres assurent une prise meilleure que ne le font des gants de coton ou autres. Cependant, il peut être imprudent de porter des gants près des convoyeurs ou chaque fois qu'ils risquent d'être arrachés. Prendre garde de ne pas s'accrocher les mains sur les cadres de portes ou ailleurs lorsque le passage est étroit.

9.    Les ouvriers doivent savoir ce qu'ils manipulent, surtout s'il s'agit de matériel dangereux ou précieux, et se comporter en conséquence. Éviter le contact, avec la peau, de toute solution chimique dangereuse ou non. Si cela se produit accidentellement, se laver à grande eau immédiatement.

10.    Il faut vanter les mérites du casque de sécurité. Il ne protège pas seulement contre la chute d'objets mais préserve des blessures lorsque la tête heurte un objet tranchant ou en mouvement, touche un fil électrique ou reçoit une aspersion de produits chimiques.

Manutention Mécanique

1.    Généralités. Il existe toute une gamme d'appareils permettant d'effectuer la manutention des matériaux de façon sûre et efficace. Il est important d'utiliser la machine conçue pour le travail à exécuter et de ne jamais forcer les données du fabricant. Un bon entretien et une vérification régulière de ]'usure de la machinerie réduisent le nombre d'accidents dus aux défaillances mécaniques. L'erreur humaine est la principale cause d'accidents en matière de manutention des matériaux. Voici quelques exemples typiques d'actes dangereux: a. se servir de la machinerie sans autorisation; b. refuser de se conformer aux règles et aux règlements; c. faire un mauvais usage de la machinerie; d. modifier le matériel sans autorisation; e. négliger d'inspecter la machinerie avant de s'en servir; f. faire fonctionner la machinerie sans visibilité suffisante-, g. ne pas observer les signaux; h. badiner; et oublier de faire démarrer, d'arrêter ou de faire fonctionner la machine, une fois assis aux commandes.

2.    Espaces libres, obstacles et plates-formes. Réserver suffisamment d'espace pour les allées, les quais de chargement, les portes et les endroits où il faut effectuer des virages. Délimiter clairement les allées au moyen de lignes peintes sur le plancher. Strier de raies diagonales de couleur noire et jaune les obstacles tels que piliers et colonnes. Utiliser des garde-fous de bois ou de métal peints en noir et jaune et les placer aux coins des piles de matériaux pour éviter les effondrements accidentels. Les plates- formes doivent être massives, en bon état, solidement assujetties et, si c'est nécessaire, munies de garde-corps. Déterminer la capacité maximale des planchers d'un entrepôt et l'afficher bien en vue sur le chantier.

4.    Aération. Dans les locaux fermés où l'on utilise, pour la manutention, des machines à moteur à combustion interne, prévoir une bonne aération pour empêcher l'accumulation dangereuse de monoxyde de carbone. Si l'aération naturelle ne suffit pas, et s'il n'est pas possible d'y suppléer, utiliser, à la place, des machines fonctionnant à l'électricité ou au gaz propane. Avertir le personnel médical de l'existence de tout endroit fermé où l'on utilise des moteurs à combustion interne pour qu'il puisse périodiquement vérifier si l'aération est suffisante.

5.    Diables. Il est préférable de pousser les diables plutôt que de les tirer. Ne pas les charger au point qu'ils soient difficiles à diriger ni plus haut que le niveau des yeux. Bien équilibrer les chariots. Les rouleaux de bois ou de métal manquent de maniabilité et l'équilibrage de leurs charges pose des problèmes qu'il faut étudier avec soin avant de commencer le transport du matériel, Éviter tous mouvements brusques tels que les virages et les arrêts à cause de l'impulsion de la charge. Ne jamais changer de côté sur les rampes; la charge pourrait basculer. La garder toujours à un niveau plus bas que l'ouvrier, c'est-à-dire qu'en montant l'ouvrier doit la tirer et qu'en descendant il doit l'équilibrer contre la charge. Ne pas circuler plus vite que ne le permet un plein contrôle de la vitesse du véhicule et de la charge. Les véhicules poussés à la main doivent être munis de freins ou de cales. Les diables doivent être munis de manchons protecteurs pour les mains si les passages qu'ils empruntent sont étroits.

Appareils De Levage Mécanique

1.    Les appareils de levage mécanique comprennent les grues, les derricks, les monte-charge, les chaînes, les câbles, les élingues, les crics et les convoyeurs. Les personnes qui les utilisent sont exposées à certains dangers qui ne peuvent être évités qu'en faisant attention et qu'en faisant preuve d'intelligence et de bon sens. L'utilisation de mauvaises Méthodes est la cause de la plupart des accidents de levage. Il est très important de faire appel à un personnel compétent, en bonne forme physique et mentale et sérieusement entraîné au bon fonctionnement des appareils de levage. Des élingues mal posées, des passages obstrués, une mauvaise utilisation des machines et des attaches mal faites font tomber ou glisser les charges.

2.    On peut détecter, avant qu'il ne soit trop tard, la plupart des défectuosités mécaniques que présentent les appareils de levage si l'on suit les bonnes méthodes de vérification: a. Faire vérifier fréquemment les appareils par un personnel compétent; et b. Faire inspecter les grues et les derricks par des spécialistes qui en certifieront le bon fonctionnement. Leur certificat ainsi que les rapports d'inspection et de vérification doivent être disponibles là où se trouve la grue ou au bureau du contremaître du grutier.

Grues Et Derricks

1.    Généralités. Voici les principales mesures de sécurité à prendre en ce qui concerne les grues et les derricks: a. Pour éviter de les heurter, les cabines de grues et de derricks ainsi que tout ce qui dépasse leur chassies. principal lorsqu'ils pivotent, verront leur base ainsi que leur partie arrière peintes d'une couleur propre à indiquer un danger. Ces couleurs devront être phosphorescentes pour les travaux de nuit. b. Minimum et maximum. Installer sur les machines, bien en vue de ceux qui les font marcher, des fiches signalétiques de capacité, pour les positions minimale et maximale de la flèche. c. Freins. Équiper les grues et les derricks de freins capables d'arrêter un poids d'au moins une fois et demie la charge maximale indiquée. Les dispositifs de freinage de type "Deadman" "Homme mort" sont préférables. d. Accès. Des échelles, des marches, des trous à main et autres dispositifs de sécurité semblables doivent permettre un accès facile aux cabines et assurer la protection de ceux qui travaillent autour de la machine. Si cela est nécessaire, installer des garde-corps et des plaques de bordure. e. Machinerie. Protéger le personnel en recouvrant tous les mécanismes ou engrenages dangereux. f. Accès aux charges. N'autoriser en aucun cas les employés à monter sur une charge en mouvement. g. Tambours. Toujours laisser au moins deux tours complets de câble sur les tambours. h. Levage. Placer les flèches directement au-dessus des charges à soulever. Si cela est nécessaire, utiliser des poulies à chape ouvrante pour amener la charge sous la flèche. j. Câbles de guidage. Attacher à la charge des câbles de guidage pour permettre à l'ouvrier qui guide la charge ballante de s'en tenir éloigné. L'ouvrier doit utiliser ces câbles pour guider la charge pendant sa mise en place. k. Flèches. Lorsque cela est possible, descendre au sol ou sur des plates-formes les flèches que l'on n'utilise pas. Cela diminue la tension des câbles et des tambours. m. Entretien. Les travaux d'entretien des grues ou des derricks ne doivent pas se faire lorsqu'ils sont en marche. n. Signaux. Pour contrôler le fonctionnement des grues, des monte-charge et des derricks utiliser les signaux manuels standards, les sifflets, les cloches ou les signaux électriques. Utiliser le sifflet lorsque fonctionne une seule grue, un seul monte-charge ou un seul derrick. On recommande un timbre électrique ou mécanique de préférence au sifflet. Afficher, dans un endroit bien en évidence ou sur la grue ou le derrick ou tout près, une copie des signaux en usage. Les ouvriers qui font marcher ces appareils doivent arrêter leur machine au moindre avertissement et ne redémarrer qu'au signal d'un signaleur autorisé.

Top of Page

p. Commandes. Toutes les manettes doivent être en position d'"arrêt" et le disjoncteur principal doit être de ceux que l'on peut cadenasser en position d'"arrêt". q. Personnel. Seul un personnel ayant reçu une très bonne formation ou des stagiaires très bien surveillés seront autorisés à faire fonctionner les grues et les derricks. r. Modifications et entretien. Toute modification non autorisée est interdite sur les appareils de levage. Pour procéder à des travaux d'entretien, arrêter la machine. Tout dispositif de sécurité retiré lors des travaux d'entretien doit être immédiatement remis en place une fois la réparation terminée. s. Sécurité des conducteurs. Les grues et les derricks doivent être munis d'appareils propres à assurer la protection des conducteurs contre la chute d'objets, le balancement des charges et la rupture des câbles. Il faut aussi leur procurer un abri contre les intempéries. t. Avertissement. Installer un avertisseur sonore efficace là où des opérations de levage ou de déplacement du matériel peuvent mettre en danger les ouvriers travaillant dans le secteur. u. Fiches signalétiques. Afficher dans ou sur le matériel la capacité maximale et la vitesse de fonctionnement de la machine ainsi que tout autre renseignement important. w. Vêtement de protection. Les membres des équipes de grue ers doivent porter des casques de sécurité pour se protéger de la chute d'objets et des coups dangereux. Tous les ouvriers travaillant sur les grues ou les derricks doivent porter des chaussures de sécurité.

2.    Règles générales de sécurité s'adressant au préposé aux crochets. Le préposé aux crochets doit: a. au début de chaque changement d'équipes, vérifier les élingues et les crochets pour en détecter les défectuosités; b. porter tout particulièrement attention aux élingues auxquelles on a ajouté des crochets ou des anneaux pour s'assurer qu'ils sont bien solides; c. ne jamais utiliser une élingue détendue ou un crochet qui a commencé à se déformer; d. retirer immédiatement du service tout matériel défectueux et en avertir le contremaître pour qu'il puisse y attacher une pancarte indiquant qu'il est hors d'usage, e. utiliser des élingues suffisamment puissantes pour transporter la charge en toute sécurité, ne jamais surcharger une élingue; f. répartir également la charge sur les brins de l'élingue. Faire en sorte que l'angle formée par les brins de l'élingue et la verticale soit le plus petit possible. La tension sur les brins augmente avec l'écartement de l'angle; g. veiller à ce que l'élingue ne soit pas entortillée, tordue ou nouée; h. s'assurer que la charge ne dépasse pas la capacité maximale fixée pour la grue; j. ne charger les bonbonnes de gaz comprimé ou d'acide que dans des caisses réservées à cet effet ou autre emballage semblable. k. placer la moufle de la grue juste au-dessus de la charge pour empêcher celle-ci de se balancer lorsqu'on la soulève. S'assurer que la charge est bien équilibrée; m. accrocher la charge dans le creux du crochet, jamais vers ou sur la pointe, à moins que le crochet ne soit destiné à cet usage; n. pendant l'accrochage et le décrochage de la charge, éviter de mettre les doigts là où ils pourraient se faire coincer. Utiliser, autant que possible, des crochets à main-, p. ne jamais laisser de séparateurs ou de bouts d'acier non attachés sur la charge-, q. avant de donner le signal du levage, vérifier la charge pour plus de sécurité et avertir tout le monde de s'éloigner au cas où la charge se balancerait ou tomberait; r. n'utiliser que les signaux standards pour guider le conducteur. Le signaleur doit se tenir là où le conducteur peut le voir clairement. ;s. lorsque c'est possible, marcher à côté et un peu en avant de la charge en mouvement. Veiller à ce que celle-ci soit transportée suffisamment haut pour éviter tout obstacle. Utiliser, au besoin, des câbles de guidage; t. ne jamais marcher sous une charge ni permettre à d'autres de le faire; u. lorsqu'on décroche les élingues, s'assurer qu'elles sont complètement détachées de la charge; v. accrocher les deux extrémités de l'élingue vide à la poulie avant de donner au conducteur le signal de déplacer la charge; w. ne jamais lancer les élingues ni les laisser tomber ou traîner; x. empiler et caler le matériel pour l'empêcher de glisser ou de se renverser; et y. utiliser des séparateurs de bois entre les piles d'acier.

Treuils à Main Et à Manivelle

1.    Ces machines doivent toujours être fixées solidement à leur base. Ériger autour des treuils de bonnes barricades pour protéger ceux qui les font marcher des dangers occasionnés par la rupture des câbles. Installer des freins à action directe ou des appareils de descente. Équiper les freins actionnés manuellement de cliquets de blocage.

Appareils De Levage (Monte-charge)

1.    Généralités. Le MDN (unité ca) utilise de nombreux appareils de levage pour faciliter la manutention du matériel dans les ateliers, les hangars et les chantiers. Voici les négligences les plus souvent rencontrées sur les appareils de levage: câbles dangereux, freins et interrupteurs de fin de course défectueux. Il importe de procéder régulièrement à la vérification minutieuse des pièces suivantes: crochets, câbles, freins et interrupteurs de fin de course. La charge maximale doit être affichée bien en vue sur la carrosserie de chaque appareil de levage.

2.    Mesures de sécurité. Voici les points à considérer tout particulièrement lors du fonctionnement et de l'entretien des appareils de levage: a. Les joues des tambours n'ayant qu'une série de cannelures en spirale doivent être bien lisses pour ne pas abîmer le câble. b. Les appareils de levage doivent être fixés à leur base par des manilles, des crochets étrangleurs et des verrous de sécurité. c. La base des appareils de levage doit avoir un coefficient de sécurité suffisant pour supporter les charges maximales à soulever. d. Les appareils de levage montés sur rails, sur voies ou sur chariots doivent être équipés de crans d'arrêt solides de fin de course et d'un indicateur d'excès de vitesse. e. Pour se protéger contre la rupture éventuelle du crochet, de la manille ou de la moufle, passer un câble ou une chaîne de retenue autour de la carrosserie de l'appareil et de sa base. f. Ne soulever une charge que lorsqu'elle se trouve juste au-dessous de l'appareil de levage car autrement des forces pourraient s'ajouter pour lesquelles il n'a pas été conçu. Si la charge n'est pas bien centrée, elle risque de se balancer pendant le levage et occasionner des blessures. Tout le monde doit s'éloigner de l'aire située juste au-dessous de la charge que l'on soulève. g. A moins que le fabricant n'ait prévu des dispositifs spéciaux, les appareils de levage ne doivent pas servir à soulever ou à transporter des individus. Les grues et les appareils de levage ordinaires ne sont pas munis d'appareils auxiliaires pour retenir la charge au cas où le câble ou toute autre partie du système de suspension viendraient à se rompre. h. Les appareils de levage sur monorail ne doivent pas servir à tirer un objet latéralement, à moins d'avoir été conçus pour ce genre de travail. Les appareils de levage sur monorail et pivotants doivent être munis d'un ou plusieurs crans de sécurité pour retenir la charge au cas où un pivot vendrait à se casser. Protéger les cadres de chariots contre les écartements. Inspecter fréquemment la voie et son assise pour y déceler toute trace d'affaiblissement et d'usure. Prévoir un système d'arrêt aux extrémités de la voie du monorail d'une hauteur au moins égale au rayon des roues. La charge maximale doit être bien indiquée de chaque côté du rail et parfaitement lisible du sol ou du plancher.

3.    Appareils de levage électriques. Les câbles de commandes des appareils de levage électriques doivent être faits d'un matériau non conducteur à moins d'être reliés à une pise de terre. Ils doivent avoir des poignées de forme différente pour que, sans même les regarder, l'opérateur reconnaisse laquelle sert au levage et laquelle sert à la descente. Chaque câble de commande doit porter clairement l'indication de "montée" ou de "descente". Il peut être souhaitable de passer les câbles de commandes dans un séparateur pour éviter qu'ils ne se mêlent. Les câbles de commandes pendants des appareils de levage électriques doivent être équipés d'un dispositif d'arrêt automatique de sorte qu'il soit nécessaire de pousser sans cesse les commandes qu'il s'agisse d'un bouton ou d'un câble soit pour faire monter soit pour faire descendre la charge. Un cran de fin de course doit arrêter le mouvement de levée. Les deux tours de corde au moins doivent rester sur le tambour lorsque la moufle atteint le plancher.

Top of Page

 Crics.

1.    Un cric est un appareil de levage qui soulève un poids en exerçant une force ascendante à partir d'une base solide. Si un cric est mal utilisé, la charge va glisser du cric et tomber. De graves accidents sont causés par la chute de charges sur les pieds et les mains des usagers. Précautions à prendre: a. Charges. La capacité doit être inscrite sur chaque cric et n'être jamais dépassée. S'il faut peindre un cric, en enlever la plaque signalétique à moins de prendre soin de ne pas peindre ou cacher les données de fonctionnement. b. Modèle. Il faut choisir avec soin le genre de cric convenant au travail à effectuer. c. Cales. Caler la tête ou la base du cric s'il y a danger qu'elle glisse pendant le levage. d. Limite. Ne pas dépasser la limite d'extension d'un cric. e. Verrouillages. Utiliser un dispositif de verrouillage du cric lors de la montée et de la descente des charges. f. Coins. Une fois levées sur le cric, les charges doivent être bien coincées si cela est nécessaire, pour les empêcher de tomber. g. Extension. Les extensions de crics hydrauliques ne doivent pas être dévissées au-delà de la limite de sécurité indiquée. A peu près deux fois le diamètre de la vis doit rester à l'intérieur du cric. Il est souhaitable qu'une marque indique l'extension maximale de la vis. h. Utiliser des madriers entrecroisés pour donner au cric une base solide et de la bonne hauteur. L'utilisation de blocs de bois ou de rallonges du cric peut diminuer la stabilité du montage. j. Ascenseurs. La conception, la construction, l'installation, le fonctionnement, l'inspection, la vérification des ascenseurs et les modifications et réparations qui leur sont apportés doivent répondre aux exigences en vigueurs. Seul un personnel compétent et formé à cet effet doit être autorisé à faire fonctionner les ascenseurs. (1) Les cages d'ascenseurs doivent être autant que possible à l'épreuve du feu. (2) Isoler tous les fils, conducteurs et interrupteurs électriques pour que le personnel ou le matériel ne puissent accidentellement les toucher. (3) Sorties. Protéger les sorties d'ascenseur en y installant des portes et des grilles de sécurité. Les seuils et les planchers situés près des sorties ne doivent présenter aucun danger de trébuchement et être suffisamment éclairés. (4) Verrous de sécurité. Toutes les grilles doivent être munies de verrous de sécurité pour empêcher le fonctionnement des ascenseurs lorsqu'elles sont ouvertes. Vérifier régulièrement le bon état et le fonctionnement des dispositifs de verrouillage. (5) Charges. Afficher dans chaque ascenseur la fiche signalétique de sa capacité maximale et respecter ses limites. (6) Freins. Vérifier régulièrement le fonctionnement des freins. Vérifier aussi les molettes et les tambours pour y détecter toute défaillance mécanique.

Signaux Manuels Pour Les Grues Et Les Appareils De Levage

1.    Lorsque les opérations de 1'evage requièrent les services d'un signaleur, utiliser les signaux manuels indiqués . Voici d'autres précautions à prendre: a. Le conducteur est responsable du bon fonctionnement de la grue et de la sécurité des personnes se trouvant dans l'aire de déplacement de la grue et de la charge. b. Sauf en présence d'un signal d'"arrêt", le grutier ne doit répondre qu'aux signaux bien compris du signaleur autorisé. Il doit obéir à quiconque lui fait le signal d"'arrêt". c. Normalement, seule une personne ayant reçu une formation spéciale doit faire les signaux au conducteur. d. Si le conducteur ne peut pas avoir la charge lorsqu'elle se déplace, dans toutes ses positions, deux ou plusieurs signaleurs pourront être requis de transmettre les signaux au conducteur le long du parcours de la charge. e. Lorsque c'est possible, le signaleur doit porter des gants bien visibles (orange ou jaune) et un casque de sécurité. Personne d'autre ne doit en porter de semblables sur le chantier.

Chaînes

1.    Voici les règles de sécurité concernant ]'usage des chaînes: a. s'assurer que la grosseur de la chaîne correspond au genre de travail à effectuer; b. ne jamais raccourcir une chaîne en la tortillant ou en y faisant des noeuds; c. ne pas assembler ou raccourcir de chaînes au moyen de boulons; d. utiliser des chaînes de la bonne longueur. Lorsque l'écartement de l'angle entre les brins d'une élingue et l'horizontale diminue, le poids de la charge augmente sur les brins de l'élingue; e. ne jamais essayer de ramasser une chaîne dont le raccord est trop petit pour passer librement dans le crochet de la grue, f. éviter d'accrocher lorsque le crochet de l'élingue se trouve sur la pointe du crochet de la grue. Cela provoque une tension au-dessous de l'oeil du crochet qui peut alors se déformer ou se tordre; g. pendant les travaux de soudure, tenir les chaînes loin des arcs et des torches à acétylène; h. placer les chaînes non utilisées sur l'étagère prévue pour leur entreposage; j. si des chaînes sont endommagées, en avertir le contremaître; k. en déposant des charges sur le plancher, utiliser des blocs de bois de 4 pouces carrés pour que la chaîne n'ait pas besoin d'être retirée par a coups de dessous la charge; m. les attaches d'élingue à une seule boucle sont mauvaises car elles sur tendent la chaîne; n. avant d'utiliser les chaînes, toujours vérifier si - (1) les anneaux sont tordus ou faussés, (2) la chaîne présente des cannelures ou des entailles profondes, (3) une usure excessive existe aux points de friction des anneaux et des crochets, (4) la gorge du crochet s'est élargie, (5) la chaîne s'est allongée par étirement, et (6) l'anneau principal, les anneaux d'assemblage ou les attaches sont tordues ou endommagées. En présence de l'une de ces défectuosités, la chaîne ne doit être réparée que par le fabricant.

Top of Page

2.    Les appareils d'extrémité des chaînes doivent pouvoir soutenir un poids égal au point de rupture de la chaîne. Les ouvriers utilisant les chaînes doivent connaître les données du fabricant relatives à la capacité des chaînes. Voir le Manuel de prévention des accidents industriels, relativement au coefficient de sécurité des élingues.

3.   d'autres renseignements relatifs aux chaînes sont obtenus par le service technique de l'entreprise.

Mesures De Sécurité Relatives à La Manutention Des Matériaux Par Hélicoptère

Annexe complémentaire spécifique, inclus dans les généralités. Convoyeurs click en bas

1.    L'utilisation des hélicoptères pour la manutention des matériaux doit être autorisée par le commandant. Voici quelles sont les mesures de sécurité à respecter: a. Dégager l'aire de tout matériel épars susceptible de s'envoler et pouvant devenir dangereux sous le déplacement d'air provoqué par l'hélice. b. Tous les employés appelés à travailler à proximité de l'hélicoptère doivent porter des casques de sécurité ou des casques spéciaux de protection munis d'une courroie passant sur le cou. c. Porter des lunettes de sécurité à coques, non des lunettes de sécurité ordinaires, ou des casques à visière protectrice, pour prévenir les blessures causées aux yeux par la poussière et les débris volants. Nota:Les lunettes de sécurité à coques permettent également de bien protéger les yeux contre le dessèchement. d. En présence de poussières physiquement, chimiquement ou microbiologiquement actives, assurer la protection de la peau et des voies respiratoires des membres de l'équipe au sol. e. La déflexion qu'entraîne les hélicoptères, surtout les plus gros, produit des sons de forte intensité. Il faut donc protéger les ouvriers contre la perte temporaire ou permanente de l'ouie. f. Par temps froid, porter des vêtements appropriés permettant de combattre la baisse de température supplémentaire due au déplacement d'air causé par l'hélice. g. Le personnel participant aux opérations de chargement et de déchargement doit très bien savoir ce que l'on exige de lui et connaître l'emplacement d'une zone de sécurité préétablie ainsi que celui des zones d'arrivée et de départ des hélicoptères. h. Les crochets des appareils de levage servant au chargement doivent être équipés de dispositifs de déclenchement électriques ou mécaniques qui doivent être vérifiés avant d'être utilisés. j. La charge doit être bien assujettie. Avertir le pilote de toute charge dont la forme pourrait influencer le centre de gravité de l'appareil. k. Si le pilote autorise l'utilisation de câbles de guidage, ceux-ci ne doivent pas être longs au point de se prendre dans le rotor ou de s'emmêler dans d'autres objets. m. Les systèmes de communications et de signalisation entre le pilote et le signaleur doivent être établis à l'avance et bien compris avant le début des opérations. Le signaleur doit être facilement reconnaissable parmi les autres employés lorsqu'on utilise les signaux visuels. n. S'il est nécessaire d'accrocher une charge à un appareil en vol stationnaire, trouver des moyens d'accès sûrs pour atteindre le crochet ou l'élingue suspendus. p. Avant le début des opérations, prévoir une aire pour les atterrissages en cas d'urgence et une zone de sécurité du personnel au sol. Avertir tout le personnel des mesures qui seront prises en cas de défaillance technique de l'hélicoptère. Leur apprendre à écouter le bruit du moteur car cela permet de reconnaître immédiatement une perte de puissance. q. Prendre des précautions spéciales si la visibilité est obstruée par la poussière ou tout autre phénomène. Arroser si possible l'aire pour éviter des soulèvements de poussière. r. En vol, l'hélicoptère accumule une charge importante d'électricité statique qu'il faut éliminer au moyen d'une prise de terre qui touche le sol avant que le personnel n'entre en contact avec la charge. Si la charge est posée au sol par l'hélicoptère, cette précaution n'est peut- être pas nécessaire suivant la nature du coussin d'atterrissage. s. Avertir l'équipe au sol de ne pas porter de vêtements amples ou mal ajustés qui pourraient s'accrocher dans les câbles ou les élingues. t. Ne pas tenter une opération qui nécessiterait le rapprochement de la charge, des câbles de guidage ou des câbles de la charge à moins de 15 pieds de lignes électriques. u. Ne jamais attacher les câbles ou les élingues à des objets ou à des installations fixes ni les leur laisser toucher. v. Après trois ou quatre heures de fonctionnement continu, le pilote doit effectuer une inspection générale de tout l'équipement, c'est à dire des câbles de la charge, des élingues, des crochets, des attaches et du giravion.

Fin de l'Annexe complémentaire spécifique, inclus dans les généralités.

 Convoyeurs

1.    Les convoyeurs doivent être conçus et construits conformément aux codes et règlements en vigueur.

2.    Lorsque le trajet des convoyeurs chargés à la main est partiellement ou entièrement vertical, inscrire au point de chargement, l'indication visible de la charge maximale qu'ils peuvent monter ou descendre.

3.    Protéger les engrenages, les pignons, les poulies et toute autre partie en mouvement ou les placer de façon à éviter toute blessure au personnel.

4.    Inspecter régulièrement tout le mécanisme du convoyeur et remplacer toutes pièces révélant une usure excessive. Vérifier tout particulièrement les freins, les dispositifs permettant d'éviter les mouvements de reculs, ceux permettant de retenir les charges, de débrayer en cas de surcharge et tout autre dispositif de sécurité pour s'assurer que tous fonctionnent bien et sont en bon état.

5.    Lubrifier toutes les parties de la machine selon les directives du fabricant. Si les raccords de graissage sont installés sur de longs tubes ou tuyaux permettant ainsi aux ouvriers graisseurs de rester à distance des parties en mouvement, alors il n'est pas nécessaire d'arrêter le convoyeur pour le graissage.

6.    Tout convoyeur installé à moins de 7 pieds d'un plancher ou d'une aire de circulation doit avoir une passerelle.

7.    Recouvrir de plaques de métal les plafonds des passages sous les convoyeurs. Aux endroits où les convoyeurs aériens descendent pour rejoindre les aires de travail, installer des garde-fous et des rambardes. Installer des garde-fous sous tous les convoyeurs passant au-dessus des routes, des trottoirs et des aires de travail.

Top of Page

8.    Munir les convoyeurs empruntant des tunnels, des puits et autres endroits fermés du genre, d'un système d'évacuation d'eau, d'éclairage, d'aération, de garde-fous et de sorties lorsque des ouvriers sont obligés de travailler ou de pénétrer dans ces endroits. Prévoir des espaces libres suffisamment larges. le long des convoyeurs, pour permettre un accès facile et donner l'espace nécessaire pour procéder aux vérification essentielles et aux opérations de graissage, de réparation et d'entretien.

9.    Lorsque des convoyeurs traversent les planchers d'un édifice, munir les ouvertures de garde-fous et de bordures de retenue. Pour prévenir les incendies, chaque ouverture doit être protégée contre le passage des flammes ou de gaz surchauffés, d'un étage à l'autre, au moyen de portes qui se referment automatiquement ou d'appareils de pulvérisation d'eau automatiques. Là où un convoyeur traverse un mur coupe-feu, prendre les mêmes précautions. Les tunnels de convoyeurs passant sous des piles de matériaux doivent être ouverts aux deux extrémités.

10.    Les convoyeurs élevés doivent avoir des plates formes d'accès ou des voies de circulation sur ]'un des côtés ou les deux. Les garde-fous doivent avoir 42 pouces de haut et les plates-formes êtres munies de bordures de retenue de 4 pouces. La surface des planchers doit être antidérapante, surtout sur les voies de passages en pente.

11.    Placer des panneaux sur les côtés et au-dessous des convoyeurs suspendus pour protéger les passants contre la chute de matériaux.

12.    Installer sur et sous les convoyeurs des passerelles munies de bons garde-corps pour passer au-dessus ou au-dessous des convoyeurs. On ne peut passer au-dessus ou au-dessous d'un convoyeur qu'en empruntant les passages prévus à cet effet.

13.    Il est interdit de se déplacer sur un convoyeur.

14.    Placer le démarreur ou l'interrupteur d'un convoyeurs façon à ce que l'ouvrier qui le fait fonctionner puisse voir la plus grande partie possible du convoyeur. Si le convoyeur passe à travers un plancher ou un mur. installer dans chaque pièce un appareil pouvant faire démarrer ou arrêter le convoyeur. Il faut que, au moment de la mise en marche du convoyeur, tous les démarreurs ou tous les interrupteurs fonctionnement simultanément. Indiquer très clairement les dispositifs de démarrage et d'arrêt et garder leurs approches libres de tout obstacle de sorte qu'on puisse les repérer et les atteindre facilement. Tous les employés travaillant sur ou auprès des convoyeurs doivent savoir où se trouvent et comment fonctionnent les dispositifs d'arrêt.

15.    Installer des dispositifs d'enclenchement électriques et/ou mécaniques permettant l'arrêt automatique d'un convoyeur lorsque la machine où il se déverse s'arrête ou se bloque et ne peut par conséquent plus recevoir de charges supplémentaires.

16.    Si deux ou plusieurs convoyeurs fonctionnent en séries, les manettes de commandes doivent être construites de façon à ce que, si un convoyeur s'arrête, tous les autres s'y rapportant s'arrêtent aussi.

17.    Placer des dispositifs d'arrêt d'urgence à 40 pieds maximum de distance le long des passages adjacents au convoyeur. Pour certaines installations, la meilleure solution consiste à doter l'extrémité terminale du convoyeur d'un dispositif d'arrêt d'urgence fait d'un levier auquel on attache un câble ou une corde solide longeant les deux côtés du convoyeur sur toute sa longueur. En tirant le câble ou la corde, le convoyeur s'arrête.

18.    Les employés travaillant sur les convoyeurs, ou tout près, doivent porter des vêtements bien ajustés qui ne risquent pas de se faire prendre dans les parties en mouvement. On recommande aussi de porter des chaussures de sécurité.

19.    Bien recommander aux employés de placer le matériel avec soin, sur le convoyeur, pour qu'il puisse circuler sans danger.

20.    Avant de se mettre au travail, les préposés à l'entretien doivent cadenasser le centre principal de contrôle en position d'"arrêt". Seul le chef d'équipe doit avoir la clé de ce cadenas. Si deux équipes travaillent sur le même convoyeur, les chefs de ces deux équipes doivent ensemble cadenasser l'interrupteur principal.

21.    Les aires de travail des préposés à l'entretien doivent être d'accès facile afin qu'ils puissent changer la position des poulies, des pignons ou des molettes pour compenser l'usure et l'étirement normal que produit un convoyeur en fonctionnement. S'il est nécessaire d'effectuer des réglages alors que fonctionne le convoyeur, recouvrir soigneusement de protecteurs toutes les parties en mouvement.

22.    Les plinthes de l'unité de chargement sont placée près de la face supérieure de la courroie de sorte que, si le bras d'un ouvrier s'y coince, il ne soit pas possible de soulever suffisamment la courroie pour permettre au bras de passer par- dessus la poulie de tension sous la courroie, ce qui ne manquerait pas de lacérer sérieusement le bras. C'est pourquoi il faut installer des garde-corps des deux côtés de l'unité de chargement du convoyeur.

23.    Chaque extrémité des convoyeurs à courroie installés sur les planchers, les balcons ou les galeries doit être munie d'un abri ou d'un coffrage l'entourant complètement. Placer des garde-corps et des bordures de retenue tout le long du convoyeur.

24.    Pour enlever l'électricité statique des convoyeurs à courroie, on peut la capter en plaçant des paillettes de métal ou des épingles près des côtés extérieurs roulants des poulies motrices et des poulies guides qui, par leurs essieux, sont reliées à la terre au moyen de brosses en bronze ou de carbone.

25.    Le branchement à l'engrenage principal d'une courroie qui ne tourne pas très vite par une feuille étroite et continue de cuivre peut lui servir de prise de terre. Les autres convoyeurs à courroie peuvent être reliés au sol par un enduit conducteur spécial recouvrant la courroie.

26.    Placer des barrières protectrices juste devant les points de serrement des courroies et des tambours pour protéger les ouvriers tentés de nettoyer ou de réparer les courroies en mouvement. Munir la courroie et le tambour de protecteurs latéraux à une distance suffisante du tambour pour empêcher tout contact.

Top of Page

Entreposage Et Emballage

1.    Entreposage intérieur. Les aires d'entreposage des ratérîaux doivent être conçues conformément aux données éprouvées du génie industriel, pour permettre la souplesse et Inefficacité des manoeuvres. Les aires de travail et d'entreposage doivent permettre l'accès facile aux matériaux que l'on retire des stocks ou que l'on vient entreposer. Ces espaces doivent être suffisamment grands pour permettre l'utilisation de l'équipement de manutention, sans porter atteinte à la sécurité des personnes qui y travaillent. Voici d'autres facteurs dont il faut tenir compte:
a. Allées et aires de travail. Les allées, les rampes de charge quais doivent être exempts de palettes éparses et autre matériel. Ne pas laisser s'accumuler les déchets et les décombres car ils constituent un danger d'incendies ou de chutes et diminuent l'efficacité du travail. L'ordre et la propreté sont très importants pour la sécurité et l'efficacité des opérations. Éliminer les surfaces glissantes et essuyer sur le champ tout liquide répandu. b. Indicateurs d'allées. De par leur définition, les aires de travail; les allées principales s'étendent sur toute la longueur de l'aire d'entreposage alors que les allées transversales ne font que les traverser. Peindre les allées sur les planchers et y indiquer les flèches de directions, les limitations de vitesse, la capacité du plancher et les carrefours. Les allées doivent toujours être dégagées. Elles servent à la circulation et non à l'entreposage. c. Largeur des allées. La largeur des allées doit dépasser d'au moins 6 pouces la charge la plus large. Il faut aussi tenir compte du remorquage et des demi-tours qu'auront à effectuer les remorques et les tracteurs. Avant de créer une aire d'entreposage ou une allée, il est très important de bien la planifier. Lorsque c'est possible, la circulation sur les allées principales doit conduire directement aux aires de travail ou aux portes d'accès. Lorsqu'il faut prendre un virage avec des machines, non seulement cela requiert plus de temps mais cela augmente aussi les dangers d'accident. C'est pourquoi, pour faciliter la tâche, il faut installer des indicateurs de virages. d. Planchers. Les planchers doivent indiquer la capacité maximale des aires d'entreposage. Voici une méthode de calcul rapide pour déterminer si cette capacité est dépassée: la pression exercée par une charge donnée de matériel peut être déterminée en divisant le poids total de la charge par le nombre de pieds carrés de surface qu'elle occupe. La surface d'une palette de 48 pouces de côté est de 16 pieds carrés; celle d'une palette de 40 pouces de coté par 48 est de 13 et demi pieds carrés. Avoir de bonnes méthodes d'entretien pour garder les planchers en bon état. Poser des produits antidérapants sur les surfaces glissantes et les rampes. e. Aération. Une bonne aération dans les aires d'entreposage intérieures est un facteur d'hygiène important surtout lorsque sont entreposés des produits chimiques et toxiques ou bien lorsque peut s'accumuler une grande quantité de poussière. Se référer aux chapitres pour l'entreposage des matériaux dangereux. Les problèmes que causent la chaleur, l'été, et le froid, l'hiver, dépendent généralement du système d'aération et, comme ils peuvent influencer la santé et l'efficacité, il faut vérifier sans cesse l'état du système d'aération. f. Éclairage. L'éclairage intérieur doit être vérifié périodiquement. Les aires peu éclairées peuvent occasionner des chutes ainsi que des accidents de circulation ou de manutention. L'empilement du matériel peut avoir des effets néfastes sur l'éclairage existant.

2.    Entreposage extérieur. Les matériaux entreposés à l'extérieur ne doivent rester à découvert que si ces matériaux ou leur emballage ne risquent pas de se détériorer. Les matériaux doivent être entassés sur du terrain solide bien drainé, ou placés sur des assises préparées à cet effet. Les matériaux doivent être empilés, calés, entrecroisés et de hauteur limitée pour éviter qu'ils ne chavirent. Installer un bon système d'aération pour empêcher toute combustion spontanée.

3.    Allées. La largeur des allées doit suivre les mêmes normes de sécurité que lorsqu'il s'agit d'entreposage intérieur. Les aires de travail et d'entreposage doivent être construites à niveau et sur des bases solides. Ne pas oublier que si la machine servant à la manutention du matériel penche, la charge peut s'écrouler.

4.    Capacité maximale. La capacité maximale de la surface d'entreposage extérieure doit être connue et respectée. Il faut tenir compte des effets du gel et des grosses pluies pour éviter que les matériaux ne glissent ou ne s'enfoncent dans le sol.

5.    Méthodes d'entreposage. Le matériel doit être bien empilé pour éviter qu'il ne se renverse ou ne s'écrase. La nature du matériau et celle de son emballage dicteront la méthode d'entreposage à utiliser. Faire preuve de bon sens pour empiler.

6.    Empilage des sacs. Lorsqu'il s'agit de matériaux en sacs entreposés en vrac, les entrecroiser avec l'ouverture des sacs vers l'intérieur de la pile. Lorsque la pile atteint 5 pieds de haut, faire un retrait d'une rangée. Pratiquer ensuite un autre retrait d'une rangée tous les 3 pieds de hauteur supplémentaire. Ne jamais miner une pile de sacs en enlevant d'abord les sacs des rangées inférieures. Nota: Voir la PFC 186 pour une description détaillée des emballages.

7.    Entreposage des matériaux: Pour réduire les risques de blessures occasionnées aux employés et les risques de dégâts occasionnés aux matériaux, prendre les précautions générales suivantes: a. Emballages. Le matériel doit être empilé en gardant le centre de gravité de tous les composants le plus possible à la base de la pile. Le poids et la résistance des emballages doivent être connus pour éviter l'effondrement de la pile. Lorsqu'on empile à la main sans fardage, les matériaux doivent être entrecroisés et empilés sous forme de pyramide. Caler les tonneaux et les barils pour les empêcher de rouler ou les entreposer dans des râteliers conçus à cet effet. On recommande ]'usage des palettes car elles augmentent l'efficacité tout en réduisant les dangers. Les palettes doivent être bien chargées, en gardant le centre de gravité vers le milieu et aussi bas que possible. Entreposer les boîtes de carton pleines sur des plates formes pour éviter qu'elles ne moisissent. b. Tubes, tuyaux et bois. Ces matériaux pouvant rouler et dégringoler, ils constituent un danger pour les employés s'ils viennent à encombrer les allées. On peut éviter ces dangers en équilibrant correctement les charges et en utilisant des nattes et des casiers.

8.    Matériaux dangereux. Voir le chapitre pour les mesures de sécurité à prendre relativement à la manutention et à l'entreposage des matériaux dangereux.

Top of Page

9.    Dangers de l'empaquetage, de l'emballage et du dépaquetage. Dans la manutention des matériaux, ces opérations sont une cause importante de blessures. Elles constituent un danger surtout pour les yeux, les pieds et les mains. Il faut toujours porter des gants, des bottes, des lunettes et un casque de sécurité. Les contre mètres doivent s'assurer que les ouvriers portent cet équipement. Les ouvriers doivent savoir ce qu'ils manipulent afin de prendre les mesures de sécurité qui s'imposent. Les accidents survenant au cours des opérations d'empaquetage et d'emballage sont d'habitude causés par un mauvais usage des clous, des sangles et des agrafes. Il est interdît de s'amuser.

10.    Empaquetage. Les matériaux ne doivent pas être placés dans des contenants d'une grandeur, d'un poids ou d'une dimension qui les rend très difficiles à manipuler ou qui constitue un danger. Ne jamais empaqueter quelque chose de manière à ce que le centre de gravité se déplace pendant le transport. Enlever et remplacer les clous tordus ou en saillie, les agrafes ou les sangles mal posées. Les matériaux d'emballage doivent si possible être à l'épreuve du feu et être entreposés dans des endroits secs, bien aérés et à l'abri des incendies. Lors du dépaquetage, les accidents sont surtout causés par le manque d'attention et pourraient être grandement réduits par la formation, la surveillance et le bon sens des ouvriers. Inspecter le contenant pour déterminer la méthode qui permettra d'en retirer le contenu en toute sécurité et d'en déterminer les outils à utiliser. Garder les outils en bon état. Le bondissement des sangles d'acier qui frappent les ouvriers peut être évité en utilisant, pour les couper, des outils appropriés dont on tient une extrémité en restant à distance. Les clous et les fils de fer ne doivent pas présenter d'aspérités en surface pour éviter les blessures aux mains. Jeter les déchets et prendre des habitudes d'ordre et de propreté.

11.    Renseignements complémentaires. On trouvera de plus amples renseignements concernant les méthodes d'entreposage et de manutention dans les section matières dangereuses et produits toxiques, voir aussi les déchets spéciaux. Liens utiles inclus.

Guide De Contrôle De La Sécurité Dans la Manutention Des Matériaux

1.    Généralités. Dresser une liste des domaines pouvant présenter d'éventuels problèmes de manutention du matériel, à savoir: a. les différents genres et quantités de machines servant à la manutention des matériaux; b. les problèmes d'équipement rencontrés; c. les sortes d'entrepôts et d'édifices utilisés dans la manutention des matériaux, d. les problèmes de supports de structures et de dispositions; et e. les problèmes d'entretien des voies de passage et des cours.

2.    Dispositifs de protection des machines et des ouvriers. Dresser une liste des domaines pouvant présenter d'éventuels problèmes, à savoir: a. les points dangereux des machines fonctionnant avec des courroies, des essieux, des arbres de transmission ou travaillant avec des dispositifs de raccordement et des câbles; b. l'équipement de protection des ouvriers, à savoir: la cabine, le toit, les écrans, les cloisons étanches, les garde-fous, les casques et les bottes de sécurité; c. l'état dangereux des accès aux cabines et autres endroits clos ainsi que des sorties de ces mêmes lieux; et d. les conditions de température extrêmes pouvant porter atteinte à la sécurité e à l'efficacité.

3.    Outils. Prendre note des dispositions relatives à l'entreposage et à la sécurité des outils ou des matériaux qui doivent être transportés sur des machines.

4.    Charges. Étudier le fonctionnement des machines et les périodes de travail pour y déceler toutes les circonstances et habitudes dangereuses. Vérifier si les machines sont surchargées ou apparaissent instables. Les ouvriers doivent disposer des données relatives à la capacité et au mode de fonctionnement détaillé des machines.

5.    Manettes de commandes. Vérifier si les machines sont équipées: a. de dispositifs de fin de course ou de contrôle de vitesse; b. d'un bon avertisseur sonore; c. de commandes standard disposées de façon à faciliter le bon fonctionnement de la machine; et d. d'un signal d'alarme pour arrêter la machine en cas d'urgence.

6.    Quais, rampes et plates-formes. Dresser une liste des conditions et des habitudes qui pourraient s'avérer dangereuses: a. la capacité de résistance et le bon état des quais, des rampes et des plates-formes par rapport aux charges maximales qu'ils doivent supporter; et b. la stabilité des rampes mobiles et des plates formes de quais, leur facilité de déplacement et l'indication de leur capacité maximales

7.    Convoyeurs. Dresser une liste des problèmes éventuels que pourraient présenter les convoyeurs, à savoir: a. la vérification de la conception, du fonctionnement et de l'entretien; b. les passerelles dangereuses; c. la possibilité de points de contact dangereux; d. la chute de matériel ou de pièces usées sur les véhicules ou les passants; et e. une mauvaise signalisation.

8.    Voies de circulation. Les routes dont la largeur dépasse 50 pieds et que partagent souvent piétons et matériel roulant doivent être: a. divisées de façon acceptable ou bien conçues ou contrôlées de manière à protéger les piétons; b. pourvues d'une signalisation adéquate aux carrefours dangereux; et c. équipées de miroirs aux virages où la visibilité est nulle.

9.    Câbles, chaînes et élingues. Respecter les mesures de sécurité et s'assurer: a. que les câbles, les chaînes et les élingues sont en bon état et que l'usage qu'on en fait correspond à celui pour lequel ils étaient destinés; et b. que rien n'indique qu'il y a eu abus, mauvaise utilisation ou négligence.

10.    Vérifications et réparations du matériel. Dresser une liste des négligences pouvant se glisser dans l'entretien et s'assurer: a. qu'il existe des moyens satisfaisants pour procéder aux vérifications et aux réparations; b. que rien ne laisse croire à un entretien mal fait ou insuffisant; c. que le matériel est vérifié par un personnel compétent avant sa première mise en service et périodiquement par la suite; et d. que les manuels et les programmes d'entretien sont disponibles sur demande et suffisamment détaillés.

11.    Bon fonctionnement du matériel. Vérifier que le mode de- fonctionnement soit complet et bien suivi, et particulièrement: a. que rien ne laisse croire qu'il y a eu mauvais usage ou abus de la machine; b. qu'on ne procède pas au chargement ou au déchargement de personnes ou de matériaux alors que la machine est en marche; c. qu'on ne procède pas aux opérations d'entretien, de graissage et de nettoyage alors que la machine est en marche; d. que les conducteurs vérifient des yeux la machine avant de commencer leur journée de travail; et qu'il existe une méthode pour faire rapport aux responsables de toute défectuosité; e. que le plancher des cabines et de l'aire de travail du conducteur sont exempts de toute graisse, huile, outils et autres matériaux épars; f. que les aires de travail dangereuses pour les appareils de levage, les grues ou les pelles mécaniques sont clairement signalées, barricadées ou surveillées; g. qu'on puisse se procurer les manuels de fonctionnement et d'instructions ou le texte des méthodes propres à assurer un bon fonctionnement; et h. que les charges sont solidement attachées pour pouvoir subir sans danger toutes les conditions de fonctionnement.

Top of Page

12.    Exigences. Dresser une liste des exigences auxquelles doivent répondre les conducteurs de machines servant à la manutention des matériaux: a. être âgé de plus de 17 ans; b. bien connaître le bon fonctionnement des machines; c. pouvoir subir les examens médicaux périodiques; et d. pouvoir présenter, sur demande, un dossier de compétences.

13.    Signalisation. Suivre les méthodes de signalisation en usage, et particulièrement: a. se référer au code de signalisation standard, voir les pictogrammes, seule une personne ayant reçu une formation à cet effet peut remplir les fonctions de signaleur; c. ne pas confier au signaleur d'autres responsabilités pouvant entrer en conflit avec ses fonctions de signalisation; d. rédiger un code de signalisation écrit ou tracer un schéma facilement disponible et compris de tous les employés, et e. prévoir un système de signalisation de remplacement si les signaux visuels ne sont pas satisfaisants.

14.    Manutention manuelle des matériaux. Dresser une des bonnes méthodes en usage: a. utiliser les méthodes mécaniques pour les matériaux difficiles ou dangereux à manipuler; b. informer les employés des bonnes méthodes de manutention à suivre quand les charges dépassent 20 livres; c. utiliser les outils propres à l'empaquetage ou au déballage-, d. bien entretenir les outils; e. informer les employés des précautions à prendre pour l'empaquetage et le déballage; f. mettre à la disposition des employés, qui doivent les porter, des casques, des chaussures et des lunettes de sécurité ainsi que des gants appropriés; g. bien entretenir les aires de travail pour atteindre un haut niveau d'ordre et de propreté afin d'éviter les dérapages, les chutes et les incendies; et h. délimiter et clôturer les aires de travail pour éviter les accidents causés par les interférences, la projection de débris, les machines en marche et les dérapages.

15.    Entreposage du matériel. Dresser la liste des méthodes d'entreposage à observer: a. les entrepôts doivent être en bon état et répondre en toute sécurité aux buts pour lesquels ils ont été construits; b. ne pas dépasser la capacité maximale des silos, des râteliers, des planchers et des poutres-, c. ne pas cacher l'éclairage; d. équiper les voies de passage de dispositifs contre les incendies; et e. veiller à ce que les piles instables ne constituent jamais un danger pour les employés.

16.    Calage des roues a. Lorsqu'on charge ou décharge une remorque accrochée ou libre avec un chariot élévateur, il faut bien caler les roues pour empêcher tout mouvement de la remorque. Les cales doivent être placées de préférence sous les roues arrière. Quand le tracteur est accroché à la remorque, il faut le laisser embrayé, freins serrés, durant le chargement ou le déchargement. b. Lorsqu'on utilise un chariot élévateur pour charger ou décharger tout autre véhicule de transport, il faut bien caler les roues, couper le moteur, embrayer la transmission et serrer les freins.

remonter

lien utile Suisse : http://www.seco-admin.ch/f_index.html  et  http://www.suva.ch/fr/home/suvapro.htm 

voir aussi layout aménagement

pictogramme à télécharger

outils qualité 

Télécharger

arrimage_des_charges_ed759.

 1491.83Ko (1527629 octets) 80 pages New

manut. model adapte canada.

Les manutentions dans l'organisation du travail. PDF
ROGEZ (Isabelle), PENZO (Anne-Marie), 1999, 45 pages.

http://www.vcds.forces.gc.ca/  Page Web modifiée le 12/24/99 10:50:24 AM 
Un service offert par le CCHST:Manutention

Manutention - Attaches de levage


Manutention - Boulons à oeil de levage


Manutention - Câble métallique de levage


Manutention - Conduite des ponts roulants


Manutention - Élingage d'un crochet de pont roulant


Manutention - Élingues de câble métallique


Manutention - Élingues de chaîne


Manutention - Élingues de fibre synthétique


Manutention - Entretien des grues et des ponts roulants


Manutention - Inspection d'avant mise en marche


Manutention - Inspection et utilisation des griffes de levage

Manutention - Signaux manuels associés au levage


Manutention - Utilisation des manilles


Manutention - Utilisation des palans

si prob. avec liens ou les images, SVP, me le dire au :contacteznous, d'avance merci bien. ;-))
Sinon revenir à leur page d'INDEX Manutention:

http://www.cchst.ca/reponsessst/safety_haz/Materials_handling/ 

La liste des lien est sur la gauche. Bonne lecture ;-))

 

Visiter le site :  Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST)

http://www.cchst.ca/reponsessst/safety_haz/materials_handling/materials_handling.htm  manutention

 

et autres documents, normes manutention manuelle lien de la page du site lomag-man: 

Les normes en manutention manuelle des charges, Risques, postures à observer, prévention et normes directrices. sur site le 23/07/2003 

 

manutention_manuelle_descharges_equat_vers_francaise Traduction et liens, signets en cours. 19/01/2004

Téléchargement   

 

../../manutention/manutention. PDF 2084.74Ko (2134771 octets)

 

manutention/guide autodiagnostique_greage_levage. PDF 1202.70Ko (1231568 octets)

guideautodiagnostique_equipement manutention_non motorisé. PDF 263.15Ko (269462

 octets)

arrimage_des_charges_ed759. 1491.83Ko (1527629 octets) 80 pages New

../../manutention/entretien_greage_app_levage. PDF 3624.02Ko (3710994 octets)

securite_charges/empilage. PDF 277.79Ko (284452 octets)

./manutention/gestion équipement.

Rayonnages métalliques :

http://www.simma.com/version4/p_2_01.asp?Langue=francais&Haut=p_2_02.asp&Bas=p_2_03.htm

Charte rayonnage SIMMA et normes lien ci-dessous

http://www.simma.com/version4/francais/quifaitquoi/p_4_08.htm 

http://www.simma.com/version4/francais/presentation/p_4_06.htm 

 

 

Guide des bonnes pratiques de stockage et manutention des engrais ...

 

Manutention et traitement des produits contaminés ou hors spécifications. Les produits de la rubrique. 1331-catégorie II de la règle- ...

Le docu direct sur site:

guidebonnespratiques_stockagemanut-engraissolides-yarafr18008.pdf

 

remonter

27.12.2009 14:46:07

 

 



 

Liens publicitaires

Site Internet d'information pour apprenantes, apprenants a but de recherches et d'entraides etudiantes, etudiants et toutes personnes active en logistique, magasinage et manutention.

Lomag-Man .Org

Imprimer

Contactez-nous

Inscrivez-vous à la newsletter ici !

 

Site Internet ouvert en 2002  Lomag Man .Org est une creation S.K.  livre-d-or-nouveau   Laissez un commentaire (Livre d'or)

Lomag-man.org est Copyright © 2016 - S.K. tous droits reserve Lomag Man .Org - Lomag-Man.org, Organisation apprenants Logistique magasinage et manutention.Conception web Webmestre (c)Webmestre