Favorites Bookmarks Welcome  livre-d-or-nouveau  Blog Lomagman Nous sommes le Jeudi 30 Mars 2017 et il est 22:35:30

 

 
 
 

glossaire_destransports

Recherche] picosearch vossuggestions ] glossaire destransports ] glossaire termesportuaires ] finance export ] lexique logistiquetransport ] glossaire emballage ] glossaire_manutention_version_anglaise ] [ [traducteur language]recherche_webinternet ]  Nouvelle page dédiée aux lexiques, glossaires, dictionnaires et autres outils linguistiques de logistique, transport et métiers apparentés. Toutes les nouvelles entrées s'y trouveront désormais. En ligne le 06/05/2005

Glossaire du domaine des transports

vocabulaire_adopte_transport-liste_mai2007.php

Glossaire des Transports. Anglais:
Français

http://www.eyefortransport.com/glossary/ab.shtml

En anglais Site externe

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

tierce-partie; intermédiaire en transport

A

Accoster : s'amarrer sur un quai au bord à bord avec un autre bateau.

ADNR : règlement qui concerne le trafic des matières dangereuses par voie d'eau intérieure (A.R. belge du 02/12/1971).

Aérienne (ligne) : itinéraire parcouru par des services de transport aérien.

Aérodrome : terrain aménagé pour le décollage et l'atterrissage des avions et infrastructure nécessaire pour préparer les avions à remplir leur mission (pistes, ateliers de réparation, hangar, etc.).

Aérogare : ensemble des installations situées sur un aérodrome et conçues pour l'accueil et le traitement des passagers aériens.

Aéronef : tout appareil capable d'évoluer dans les airs, c'est à dire l'avion, l'hélicoptère, l'hydravion, etc.

remonter

 

Aéroport : ensemble des installations techniques (pistes, tour de contrôle...) et commerciales nécessaires à l'exploitation des transports aériens.

Aéroportuaire : relatif aux aéroports et à leur activité.

Aérotrain : aéroglisseur circulant sur voie monorail.

Aéroville : parc d'activités de haute technologie localisé à proximité d'un aéroport.

Affrètement d'un avion : location d'un avion sur base d'un contrat appelé "contrat d'affrètement".

Affréter : prendre à louage un avion.

Affréteur : celui qui sert d'intermédiaire pour la conclusion d'un contrat d'affrètement.

Agent de fret : transitaire spécialisé dans le transport de fret aérien.

Agent de transit : intermédiaire entre le transporteur (terrestre, maritime ou aérien) et le chargeur au nom duquel il exécute ses obligations de transport.

Agrès : intègre tout ce qui touche l'armement d'un bateau.

remonter

 

Aiguillage : appareil de voie permettant de diriger un convoi dans une nouvelle direction.

Aire d'atterrissage et de décollage : partie d'une aire de mouvement destinée à l'atterrissage et au décollage des aéronefs.

Aire de manœuvre : partie d'un aérodrome à utiliser pour les décollages, les atterrissages et la circulation des aéronefs à la surface à l'exclusion des aires de trafic.

Aire de mouvement : partie d'un aérodrome à utiliser pour les décollages, les atterrissages et la circulation des aéronefs à la surface, et qui comprend l'aire de manoeuvre et les aires de trafic.

Aire de stationnement : espace aménagé pour le stationnement des automobilistes, des autobus, des autocars, des camions (par exemple le long d'une autoroute) ou des avions (sur un aérodrome, un aéroport).

Aire de stockage : espace déterminé destiné à l'entreposage de marchandises.

Aire de trafic : aire définie, sur un aérodrome terrestre, destinée aux aéronefs pendant l'embarquement ou le débarquement des passagers, le chargement ou le déchargement du fret, l'avitaillement ou la reprise en carburant, le stationnement ou l'entretien.

Allège : embarcation de service utilisée pour le chargement et le déchargement des bateaux.

Altiport : terrain de décollage et d'atterrissage pour petits avions en haute montagne.

Amasse: amas de bateaux en attente d'éclusée.

Amont : la direction d'où vient le courant d'un cours d'eau.

remonter

 

Apparaux : ensemble des équipements obligatoires d'un bateau.

Appontement : plate-forme fixe ou flottante permettant aux bateaux de s'accoster ou de s'amarrer dans les rivières ou les estuaires soumis à la marée.

Arche marinière : arche d'un pont sous laquelle s'effectue la navigation.

Armateur : gestionnaire ou propriétaire d'un bateau, d'un navire.

Armement : société d'exploitation commerciale d'un bateau, d'un navire à titre de propriétaire ou de locataire.

Armer : équiper un navire pour lui permettre de prendre la mer avec à son bord l'équipage et les approvisionnements nécessaires pour le voyage.

Arrimage : opération matérielle consistant à serrer la charge dans ou sur le véhicule, en vue d'éviter qu'elle ne bouge pendant le transport.

Arrimer : caler, fixer un colis, un chargement sur un camion, un wagon, un navire.

Automoteur : bateaux habités à moteur, qui comportent une ou plusieurs cales où l'on charge la marchandise, une ou deux cabines pour le logement de l'équipage et le groupe moteur.

Automotrice : engin automoteur électrique destiné à transporter des voyageurs.

Autorail : voiture automotrice sur rails pour le transport des voyageurs et dont la propulsion est assurée par un moteur thermique (diesel, essence ou vapeur).

Autoroute roulante : transport sur wagons de camions et de leurs remorques et/ou de tracteurs routiers avec semi-remorques.

Auxiliaire de transport : intermédiaire entre le transporteur (terrestre, maritime ou aérien et le chargeur au nom duquel il exécute ses obligations de transport mais qui n'effectue pas lui-même le transport.

remonter

 

Aval : direction vers laquelle descend le court d'eau.

Aviation : mode de locomotion utilisant les aéronefs, c'est-à-dire les avions, les hélicoptères, les hydravions, etc.

Aviation agricole : ensemble des appareils (avions et hélicoptères) utilisés pour l'épandage de produits solides ou liquides sur des terrains agricoles.

Aviation civile : ensemble des activités de l'aviation assurant le trafic commercial (vols réguliers et vols irréguliers) et le trafic non commercial (vols d'écolage, vols d'essai...) par opposition à l'aviation militaire.

Aviation commerciale : ensemble des activités de l'aviation assurant le transport des personnes.

Aviation générale : toute forme d'aviation qui n'est ni commerciale, ni militaire, par exemple les vols d'écolage, les vols d'entraînement, les vols d'essai et les vols promotionnels (baptêmes de l'air, etc.).

Avion : appareil de navigation aérienne se déplaçant dans l'atmosphère à l'aide de moteurs et dont la sustentation est assurée par des ailes fixes.

Avion cargo : avion de gros tonnage destiné uniquement au transport de fret.

Avion charter : avion affrété pour le transport à la demande.

Avion de ligne : avion assurant le service, sur une ligne régulière, aussi bien de passagers que de fret.

Avion nolisé : avion affrété pour le transport à la demande.

Avion ravitailleur : avion utilisé comme transporteur de carburant pour le ravitaillement d'autres appareils en plein vol.

Avions mixtes : cette catégorie d'avions comprend premièrement les avions combis où le pont principal est partagé entre le fret et les passagers et deuxièmement les avions passagers où le fret est chargé uniquement dans les soutes sous le pont principal ou dans des soutes latérales au couloir de circulation de la cabine.

Avitaillement : fourniture de combustibles, vivres, etc. nécessaires à bord d'un avion en vue de l'exécution d'une opération de transport.

Avitailler : fournir à un avion ses approvisionnements, à l'exclusion du soutage.

remonter

B

Bac : bâtiment assurant un service de traversée de la voie navigable.

Bachot : petit bac ou barque, souvent de secours.

Bajoyer : paroi latérale d'une chambre d'écluse.

Balisage : ensemble des bouées et dispositifs divers signalant les obstacles ou indiquant le chenal d'une voie d'eau.

Balise : dispositif mécanique, optique ou autre, destiné à signaler un danger ou à délimiter une voie de circulation aérienne.

Ballast : pierres concassées que l'on tasse sous les traverses d'une voie ferrée.

Ballastage : remplissage de cuve ou d'une partie de la cale pour que l'hélice se trouve sous le plan d'eau, afin de mieux naviguer.

Bande transporteuse : tapis roulant permettant le transport des marchandises en vrac. Des sauterelles terminent en aérien les bandes transporteuses et permettent le chargement aérien des bateaux.

Banquette : plate-forme de circulation le long de la voie d'eau dans un souterrain.

Barbacane : ouverture pratiquée dans un mur ou une dalle pour permettre l'évaluation de l'eau d'infiltration.

Barge : bateau à fond plat non habité et sans moteur utilisé pour le transport de marchandises et conçu pour être l'objet du poussage. On distingue souvent trois types de barges: les barges de type Europa I (capacité de 1700 tonnes), les barges Europa II (capacité de 2250 tonnes) les plus courantes et les barges Europa III (2600 tonnes).

Barge de poussage : navire flottant de chargement habituellement utilisé en navigation intérieure et destiné à être poussé par un autre navire flottant motorisé. Il ne possède pas ses propres moyens de propulsion mécanique.

remonter

 

Bargette : unité d'environ 400 tonnes, transportée par les techniques combinées du float-on/float off.

Barrage : ouvrage crée sur une rivière dans le but de retenir les eaux en période d'étiage ou d'en relever le niveau. Le barrage permet de régulariser le cours d'eau et peut constituer une réserve d'eau intéressante pour la population locale.

Barrage de navigation : ces barrages servent à maintenir un niveau d’eau suffisant et sensiblement horizontal pour permettre la navigation sur la rivière tout au long de l'année, surtout l'été lorsque l'eau manque. Ils peuvent être fixes ou mobiles. Exemple: s'il n'y avait pas de barrage sur la Seine en aval de Paris, la capitale, en saison sèche, ne verrait couler qu'un ruisseau d'une profondeur de 1,50 m.

Bassin d'épargne : les écluses de hautes chutes consommant beaucoup d'eau à chaque sassée, on a parfois recours à un bassin annexe récupérant une partie de l’eau au moment de la vidange pour la réutiliser au remplissage suivant.

Bassin de radoub : cale sèche spécialement aménagée pour le nettoyage et la réparation de la coque d'un bateau, d'un navire.

Bassin de virement : élargissement de la section fluviale d'un cours d'eau afin de permettre aux bateaux de pouvoir faire demi-tour aisément.

Bateau : nom générique donné à un navire de dimensions petites ou moyennes (par opposition à un navire) comme les bateaux de navigation intérieure.

Bateau avalant : en rapport avec le franchissement d'une écluse: les portes amont de l'écluse sont ouvertes, le bateau entre. Le bateau est à l'intérieur de l'écluse. Portes fermées, vannes aval ouvertes et celles de l'amont fermées, l'écluse se vide. Lorsque le niveau d'eau coïncide avec celui du bief aval, les portes s'ouvrent, le bateau sort.

Bateau de plaisance : embarcation particulière utilisée pour le tourisme maritime ou fluvial.

Bateau de sport : officiellement, toute embarcation capable de dépasser 20 Km/h.

Bateau montant : en rapport avec le franchissement d'une écluse: les portes aval de l'écluse sont ouvertes, le bateau entre. Le bateau est à l'intérieur de l'écluse. Portes fermées, vannes amont ouvertes et celles de l'aval fermées, l'écluse se remplit. Lorsque le niveau du sas atteint celui du bief amont, les portes s'ouvrent, le bateau sort.

Bateau remorqué : bateaux plats, non motorisés, en bois ou en fer, de forme rectangulaire, destinés à transporter des produits lourds.

Batelet : petit bateau.

remonter

Batelier : artisan dont le métier est de gérer et de piloter un bateau.

Batellerie : ensemble de la profession du transport par les eaux intérieures.

Batillage : battement de l'eau sur les berges dû au déplacement des bateaux (sillage et remous des hélices) ou au clapot.

Ber : carcasse en bois sur laquelle repose un bateau en construction. A la mise à l'eau, le ber est lancé avec le bateau.

Berge : talus naturel bordant le lit de la rivière.

Bief : partie d'une rivière ou d'un canal comprise entre deux barrages ou deux écluses.

Bigue : grue très puissante, généralement flottante.

Bitte d'amarrage : pièce verticale sur le pont d'un navire ou sur un quai, à laquelle on amarre les cordages du bateau. Sur un bateau, on ne parle que de boulards, à l'exception de ceux qui se situent dans l'axe du bateau et que l'on nomme bittes d'amarrage.

Bogie : train de roulement ferroviaire composé généralement de deux essieux solidaires autour du pivot.

Boucle de retournement : permet de retourner un convoi ferré arrivé au bout d'un itinéraire pour le faire repartir dans l'autre sens.

Boulard : bitte d'amarrage d'un quai, d'une écluse ou d'un bateau.

Bouter : déplacer un bateau hors d'une zone.

Boutiques hors taxes : Boutiques où sont proposées à la vente des marchandises qui ne sont pas soumises au paiement de droits et/ou de taxes.

Break bulk : marchandises non "unitisées", colis non emballé en une seule unité, par exemple une cargaison composée de colis divers non constitués en unités de charge. voir plus bas charges unitisées

Brelage : arrimage au moyen de cordes, câbles, chaînes,etc.

Bretelle : nom communément donné à un accès ou à une sortie d'autoroute ainsi qu'à une ligne de chemin de fer qui permet de relier deux axes de communication distincts.

Buse : dénivelé saillant sur le radier de l'écluse et servant à l'étanchéité des vantaux en position fermée.

Butte : voie en pente permettant de manoeuvrer par gravité des wagons pour les répartir sur des faisceaux de voies d'un triage.

Buttoir : dispositif destiné à protéger l'extrémité d'une voie en cul-de-sac.

remonter

C

Câble : gros cordage de fils métalliques destinés au transport de l'électricité (câbles souterrains isolés ou câbles aériens nus).

Cabotage : s'emploie en navigation fluviale pour qualifier un trafic réalisé entre deux ports d'un même pays par un bateau étranger. Ce terme s'applique également pour désigner la navigation marchande le long des côtes.

Caboteur : petit navire de mer côtier conçu pour naviguer sur des fleuves, dont le tirant d'air est modifiable grâce à une timonerie télescopique.

Cadencée (desserte -) : desserte à intervalles réguliers et rapprochés, par exemple des dessertes bi horaires.

Cadre de préhension : structure permettant de saisir une unité de transport intermodal, soit par verrouillage en toiture, soit par bras télescopiques qui le prennent à la base.

Caisse mobile : au sens strict, structure de semi-remorque pourvue d'un empattement rétractable, mais dépourvue d'organes de roulement et transférable d'un véhicule routier à un autre véhicule routier ou sur un wagon ou bien l'inverse. De part sa structure trop peu renforcée, elle ne peut être saisie que par le bas et ne peut être empilée.

Cajoler : laisser reculer un bateau dans le courant après avoir amarré l'avant à la rive, ou à un autre bateau.

Calage : arrimage au moyen de cales, clous, coins, etc.

Cale de cargaison : espace intérieur dans la coque du navire destiné pour l'arrimage de la cargaison.

Cale sèche : bassin allongé qui peut être asséché et qui sert à la construction ou à la réparation des navires à terre.

Camion : désigne tout véhicule automobile conçu et construit pour le transport de choses dont la masse maximale autorisée est supérieure à 3500 kg.

Camionnette : désigne tout véhicule automobile conçu et construit pour le transport de choses dont la masse maximale autorisée n'excède pas 3500 kg.

Campinois : bateau fluvial initialement construit pour naviguer sur les canaux de Campine du sud, des Pays-Bas et de la Belgique, son port en lourd varie entre 450 et 600 tonnes.

Canal : voie navigable construite par l'homme essentiellement pour la navigation de véhicules flottants.

Canal de dérivation : canal entièrement artificiel. Il permet aux bateaux de court-circuiter une portion de rivière trop longue ou non navigable, à cause de rapides par exemple, et qu'il serait coûteux d'aménager. Il est constitué d’une succession de biefs horizontaux. Les dénivellations sont franchies par les bateaux grâce à des écluses.

Canal de jonction : canal joignant deux cours d'eau.

Canton : découpage d'un itinéraire ferroviaire en sections de même longueur afin d'assurer la protection des convois en circulation en évitant qu'un train puisse en rattraper un autre.

Capitainerie : bâtiment central dans un port de plaisance où siège le chef de port.

Car-ferry : navire aménagé pour le transport de passagers avec leurs véhicules sur de longues distances.

Caréner : mise à sec du bateau pour l'entretien de sa coque par le nettoyage et la peinture (goudron).

Cargaison : marchandise embarquée dans le bateau.

Cargo roulier : navire transportant des camions et des remorques.

Carré : espace de détente et de confort aménagé dans le bateau où l'équipage peut se retrouver notamment pour se nourrir.

Carrefour : endroit de croisement de plusieurs voies de communication.

Caténaire : fil aérien d'alimentation des locomotives électriques.

Catway : petit appontement flottant installé perpendiculairement au ponton principal pour les petits bateaux.

remonter

 

Centre : point où se produit un grand mouvement de circulation, par exemple un "centre ferroviaire".

Certificat de classification : attestation de navigabilité, sorte de contrôle technique, délivré par l'autorité compétente pour la voie navigable à parcourir, suite à une expertise technique effectuée par un bureau de classification agrée. Ce document atteste de la bonne qualité de navigabilité du bateau.

Certificat de jauge : carte d'identité du bateau, délivré par le Ministère des Finances, sur base du jaugeage et du mesurage exécutés par un jaugeur officiel. Il mentionne les caractéristiques du bateau (nom, dimensions, propriétaire, etc.), ainsi que l'enfoncement par cm et la charge correspondante.

Certificat de jaugeage : déclaration rédigée par un jaugeur assermenté après jaugeage d'un bateau.

Certificat de visite Rhénan : habilite l'unité pour la navigation sur le Rhin et la Moselle, mais aussi sur toutes les voies navigables européennes, y compris suisses. De plus, pour que le bateau puisse naviguer sur le Rhin et ses affluents, le bateau doit être piloté par un titulaire d'un brevet de navigation rhénan.

Chaîne de transport : ensemble des moyens de transport utilisés successivement pour l'acheminement de personnes et/ou de marchandises.

Chaland : bateau destiné au transport de marchandises sur les voies navigables. Dans plusieurs pays, on considère le chaland comme étant un bateau plus grand que la péniche.

Charge homogène : charge composée d'un seul et même produit, par exemple un train de minerai.

Charges unitisées : charge obtenue par le regroupement d'un grand nombre de colis ou de marchandises parcellaires réunis en une unité de charge manutentionnée d'un seul coup de grue ou de portique.

Charge utile : poids maximal de marchandises que peut transporter un véhicule.

Chargement : ensemble des marchandises dont un véhicule (par exemple un avion cargo) est chargé.

Chargement (coefficient de -) : en transport aérien, rapport exprimé en % de la charge transportée par rapport à la capacité disponible.

Chariot cavalier élévateur : engin articulé et mobile, employé pour la manipulation et la superposition des conteneurs.

Chemin de fer : moyen de transport dont les véhicules, c'est-à-dire les trains, roulent sur une voie formée par deux lignes parallèles de rails d'acier.

Chemin de fer à crémaillère : chemin de fer en forte pente équipé d'un rail supplémentaire (central ou latéral) muni de dents sur lesquelles engrène un pignon de locomotive.

Chemin de halage : chemin qui suit la rive d'un canal ou d'une rivière et d'où les bateaux étaient tirés par des hommes, des chevaux ou des tracteurs.

Chenal : passage navigable que doivent suivre les bateaux sur un cours d'eau.

Chômage : période d'arrêt de navigation sur les canaux, pour raisons techniques ou économiques.

Chouleur : bulldozer équipé d'une benne, utilisé en fond de cale ou sur les quais.

CIM : les règles uniformes concernant le contrat de transport international ferroviaire des marchandises et de ses annexes :
Annexe I: RID ou règlement du transport des marchandises dangereuses;
Annexe II: RIP ou règlement du transport par wagons particuliers;
Annexe III: RICO ou règlement du transport par containers;
Annexe IV: RIEx ou règlement du transport par colis express.

remonter

Circulation : ensemble des déplacements de personnes, de biens, d'informations, etc., à travers l'espace.

Circulation (moyen de-) : engin mobile (= véhicule) utilisé pour effectuer le déplacement d'un endroit à un autre.

classification NST/R : classification standard des marchandises utilisée pour les statistiques de transport.

Combiné (transport-) : forme de transport consistant au recours à plusieurs modes de transport pour une même opération de transport, mais selon des régime juridiques différents, par exemple le pré acheminement de marchandises par camion suivi du transport principal par train.

Commission : rémunération qui est due par le transporteur à son auxiliaire de transport. Ainsi, dans la batellerie, la rémunération qui est due à l'affréteur atteindra les maxima suivants: 5 % en national, 10 % en international, 7,5 % vers la France, 8,6 % vers les Pays-Bas, calculés sur le fret.

Commissionnaire de transport : quelqu'un qui s'engage à transporter sans être lui-même transporteur effectif mais qui donne à un sous-traitant le transport effectif. Ce commissionnaire de transport a une obligation sur le résultat à la différence du commissionnaire expéditeur.

Commissionnaire expéditeur : intermédiaire qui organise le transport pour un intéressé à la marchandise. Il cherche donc les moyens d'assurer le transport. On dira de ce commissionnaire expéditeur, qu'il a une obligation sur les moyens.

Compagnie de navigation : société assurant, parfois sous le contrôle de l'Etat, l'exploitation de lignes aériennes (par exemple Air France).

Complet (train -) : train de marchandises composé de wagons assurant le service direct entre deux gares de triage ou entre une gare de triage et la destination finale. Ces trains transportent généralement des produits pondéreux, par exemple du charbon ou des minerais.

Concession : forme d'exploitation déléguée par les pouvoirs publics à un tiers pour assurer la gestion d'un service public à ses frais et risques, en se rémunérant auprès des usagers, par exemple le réseau ferroviaire concédé par l'Etat belge à la SNCB.

Conditionnées (marchandises -) : produit fragiles et de valeur qui requièrent un emballage : on parle aussi de marchandises diverses ou générales.

Conférence : entente multinationale établie en vue d'harmoniser les prix du transport des personnes ou des biens sur des lignes régulières de navigation aériennes (= conférence aérienne) d'une même région.

Congestion : engorgement d'un lieu en raison de la forte densité du trafic, par exemple la congestion des aéroports de Heathrow et de Roissy.

Connaissement : document donnant le détail des lots de marchandises reçus et remis par le chargeur au transporteur, puis par le transporteur au réceptionnaire. Ce document a une valeur juridique : il peut être négocié et donné en gage.

Connaissement fluvial : son rôle est triple:
1. il fait preuve d'un contrat de transport;
2. sert de reçu dans la relation batelier/chargeur;
3. il s'agit d'un document négociable qui fixe les obligations entre le destinataire des marchandises et le batelier, pour autant que les mentions soient conformes aux renseignements figurant sur le contrat d'affrètement.

Connectivité : intensité des lignes d'un réseau par rapport au nombre de noeuds de communications.

Connexion : établissement d'un lien ou d'une liaison entre deux points ou deux axes du réseau d'un même moyen de transport.

Connexité : capacité de rejoindre les points d'un réseau à partir de n'importe quel noeud de communications.

Conteneur : caisses de dimensions standardisées conçues pour contenir des marchandises, en vrac ou légèrement emballées, en unité de charge en vue de faciliter les opérations de transbordement d'un mode transport à l'autre sans dissociation de l'unité de charge.

remonter

Conteneur aérien : conteneur adapté aux normes de la navigation aérienne. Il existe de multiples variétés de ces conteneurs car ils sont bien souvent spécifiques à certains types d'avions. De plus, ces conteneurs sont composés essentiellement d'aluminium afin d'alléger au maximum la tare du conteneur.

Conteneur maritime : conteneur répondant généralement aux normes édictées par l'Organisation Internationale de Normalisation (ISO) pour une exploitation en navire cellulaire.

Conteneur terrestre : conteneur répondant aux normes édictées par l'Union Internationale des Chemins de Fer (UIC), pour une utilisation optimale en technique combinée rail-route principalement.

Conteneurisation : transport par conteneurs qui peuvent être transférés sur des plates-formes de camions, de wagons, de navires spécialisés, voire dans les soutes des avions, cela sans déchargement du contenu.

Contingent : nombre d'autorisations accordées pour le transport à l'intérieur d'une région ou en transport international.

Contingentement : limitation du nombre d'autorisations (= contingent) accordées pour le transport.

Contraction d'un réseau ferroviaire : abandon de certaines lignes ferroviaires devenues ou jugées non rentables.

Contrat d'affrètement : convention ou contrat de transport, passé entre le chargeur et le batelier, et conclu à l'intervention de l'affréteur; il fixe les conditions sous lesquelles le transport sera effectué.

Contrat d'affrètement en séjour : contrat de transport entre le batelier et le chargeur qui autorise celui-ci à stocker sa marchandise dans la cale du bateau. Cette technique de stockage est aussi appelée stockage ambulatoire.

Contrat de transport : convention orale ou écrite entre un transporteur (qui s'engage à exécuter un transport) et un client (qui s'engage à en acquitter le prix).

Contre-starie : indemnités dont le batelier peut exiger paiement soit au port de charge soit au port de destination, à l'expiration d'un délai de surestaries dont la durée est équivalente à celle du délai de starie, sans pouvoir dépasser 15 jours. Elles sont égales à l'indemnité des surestaries majorées de 50 %.

Convoi poussé : convoi fait de barges poussées par un bateau à moteur.

Convoi pousseur : bateaux ou barges couplés ou isolés poussés par un bateau de propulsion (bateau pousseur, remorqueur) équipé d'un élément de pousse.

Coordination (du rail et de la route) : mesures législatives et réglementaires répartissant les types de transport relevant du rail et de la route.

Correspondance : concordance d'horaires, laps de temps entre deux moyens ou deux modes de transport.

Corridor ferroviaire : itinéraire privilégié et direct mis en place sous l'impulsion de la Commission de l'Union Européenne entre de grands centres ferroviaires internationaux et destiné à favoriser un acheminement direct et rapide de trains complets avec libre accès des opérateurs de transport; par exemple, le corridor Muizen (Malines) - Venissieux (Lyon) via Bettembourg (Luxembourg) constitue une première étape de l'application du système en Belgique.

remonter

Corroi : revêtement recouvrant le fond ou les parois d'un canal. Autrefois en argile, le corroi est aujourd'hui le plus souvent en tissu synthétique (géomembrane imperméable).

Corroyage : pose d'un corroi (revêtement).

COTIF : Convention Relative aux Transports Internationaux Ferroviaires, signée à Berne le 9/05/1980, entrée en vigueur le 1/05/85. Elle comporte quatre parties:
1) la convention proprement dite;
2) l'OTIF (l'Organisation Intergouvernementale pour les Transports Internationaux Ferroviaires);
3) la CIV (appendice A à la COTIF) sur les règles uniformes concernant le contrat de transport international ferroviaire des voyageurs et des bagages;
4) la CIM (appendice B à la COTIF) sur les règles uniformes concernant le contrat de transport international ferroviaire des marchandises et de ses annexes.

Couloir : passage étroit et allongé entre deux régions, par exemple le couloir rhodanien.

Couloir aérien : itinéraire géographique défini et que doivent suivre obligatoirement les avions.

Couplage : liaison de deux bateaux bord à bord.

Courant de circulation, - de trafic : déplacements importants de personnes et/ou de marchandises dans une même direction sur un même axe de communication.

Court-courrier : avion de transport destiné à voler sur de courtes distances. Avions utilisés par les grosses compagnies pour des dessertes peu fréquentées ou composant l'exclusivité des flottes des transporteurs régionaux. Ces appareils ont un rayon d'action souvent limité à 3000 Km ou moins, accueillant moins de 100 passagers en une ou plus rarement deux classes. C'est dans cette catégorie qu'on retrouvera notamment la gamme Fokker, Embraer, Canadair ou ATR.

Courtier : troisième type d'auxiliaire après les commissionnaire expéditeur et le commissionnaire de transport. Sa mission est de mettre les deux parties (commissionnaire et expéditeur) en présence.

Coût de transport : prix de revient complet ou partiel de l'opération de transport soit pour le transporteur (= coût privé), soit pour la collectivité (= coût social).

Crémaillère : chemin de fer à forte pente équipée d'un rail central muni de dents.

Creux : désigne la hauteur entre le plat bord et la quille du bateau. C'est la partie immergeable du bateau. Elle se mesure en additionnant le tirant d'eau et le franc bord.

Croisière (vitesse de -) : vitesse horaire qu'un véhicule est capable de soutenir sur une assez longue distance.

Cubage : capacité de transport du bateau déterminée en m3.

Cuvette : la cuvette est au canal ce que le lit mineur est à la rivière.

D

Darse : bassin d'un port entouré de quais et d'aires de stockage et permettant d'abriter des navires contre les intempéries lorsque celle-ci est couverte.

Déchargement : action de débarrasser un moyen de transport de son chargement.

Déchirage : mise à la ferraille de vieux bateaux.

Déclaration de chargement : document délivré au transporteur pour déclaration du tonnage transporté et servant à l'établissement de statistiques et à la perception des péages.

Déclivité : pente ou rampe dans le profil en long d'une infrastructure de transport.

remonter

Décompte de fret : décompte de fret gagné, compte tenu des droits de quai et surestaries éventuels, des frais accessoires, ainsi que les provisions reçues pendant le voyage.

Défense : ballons, vieux pneus ou pièces de bois servant à protéger la coque du bateau contre les chocs dans les écluses ou à proximité d'un quai.

Dégroupage : action de déconsolider des lots de colis.

Délai de planche : délai, défini par convention, accordé au chargeur ou au destinataire pour effectuer les opérations de chargement et de déchargement d'un bateau ou d'un convoi.

Délaissé : canal ou rivière où la navigation ne se fait plus mais qui peut encore conserver une fonction hydraulique et qui reste accessible aux pêcheurs.

Demande de transport : ensemble des besoins de déplacement de personnes et/ou de biens.

Demande latente : partie de la demande de transport non réalisée; c'est elle qui devrait déterminer les besoins nouveaux en infrastructures.

Demande pure : ensemble des besoins de déplacements de personnes et de biens correspondant à l'offre de transport.

Densité : mesure du nombre de kilomètres de voies par unité de surface. Cette mesure peut permettre de comparer les équipements de transport d'une région, d'un pays; par exemple, la Belgique dispose d'une densité moyenne de 111 Km de voie ferrée.

Dépanneuse : véhicule destiné en usage normal au dégagement de la voie publique, par traction ou par transport, de véhicules accidentés ou en panne.

Déplacement : action de transporter des personnes ou des marchandises d'un endroit à l'autre.

Dépôt : établissement ferroviaire où sont remisés et entretenus les engins moteurs et engins de traction.

Dépotage : déchargement de marchandises de l'intérieur d'un conteneur ou d'une citerne.

Déréglementation : action menée en vue de diminuer la réglementation publique, en matière de tarifs et de volumes à transporter.

Désenclaver : rattacher un lieu, une région, un pays à un ou des réseaux.

Desserte : matérialisation d'une prestation de transport en un site.

Desserte cadencée : desserte à intervalles réguliers et rapprochés, par exemple des dessertes bi horaires.

Déviation : changement de direction par rapport à l'itinéraire initial.

Devise : nom de baptême d'une embarcation.

Diesel électrique : engin diesel à transmission électrique nécessaire au fonctionnement de ses moteurs de traction.

Digue : une digue peut avoir plusieurs fonctions différentes : contenir les eaux du canal lorsqu'il est plus haut que le terrain naturel, ou les eaux de la rivière en période de crue, ou alors protéger une rade ou un port des courants ou de la houle.

Direct (train -) : train qui ne s'arrête pas dans les stations intermédiaires entre deux stations principales.

remonter

Direction : ligne suivant laquelle quelqu'un se déplace.

Distance : longueur qui sépare deux points dans l'espace.

Distance à vol d'oiseau : distance en ligne droite exprimée en km.

Distance parcourue : trajet effectué par une personne, un véhicule et exprimé en km.

Distance-coût : coût du parcours d'une distance donnée.

Distance-temps : temps mis pour parcourir une distance donnée.

Diverses (marchandises -) : généralement produits finis ou semi-finis, voitures neuves, fruits périssables, sucres, ciments, engrais, etc., habituellement transportés sous emballage, par opposition aux marchandises en vrac.

Dock : vaste bassin, dans un port, entouré de quais, qui communique parfois avec la mer par une écluse et qui est destinée à recevoir les navires pour les opérations de chargement ou de déchargement.

Docker : ouvrier chargé de charger et de décharger les navires et qui loue ses forces de travail aux manutentionnaires au gré des besoins de ceux-ci.

Donneur d'ordre : Il achète le transport. C'est soit une entreprise industrielle ou commerciale, soit un professionnel de la logistique qui soustraite une partie de ses prestations auprès d’opérateurs fluviaux. Il est souvent improprement appelé chargeur.

Dorsale : voie de communication reliant des villes ou territoires à forte densité de population, par exemple "la dorsale (ferroviaire) wallonne".

Dortmund-Ems-Kanal (DEK) : bateau fluvial construit au départ pour naviguer sur les canaux du Nord de l'Allemagne. Son port en lourd est de 1000 tonnes.

Dragage : le dragage du chenal navigable s'effectue à l’aide d'une drague, engin destiné à enlever du fond le sable, le gravier ou la vase. A certains endroits, cette opération doit être renouvelée régulièrement pour garantir un mouillage (une profondeur disponible) suffisant.

Duc d'albe : pilotis permettant l'amarrage en bief, aux abords d'une écluse ou d'un port.

Ducroire : garantie par laquelle un courtier s'engage à payer au transporteur le prix du transport prévu, même en cas de défaillance du donneur d'ordre.

E

Ecartement des voies : distance entre les faces intérieures des rails d'une voie ferrée. En Europe, l'écartement normal est de 1.435 m alors que l'écartement est de 1.67 m dans la péninsule ibérique, de 1.52 en Europe orientale et de 1 m (écartement métrique) dans plusieurs régions montagneuses.

Echelle (de jauge) : repères gravés sur le côté du bateau et destinés à connaître l'enfoncement du bateau à vide et à charge. Les échelles permettent ainsi de déterminer le tonnage embarqué. On en dispose 2 X 2 sur un bateau de max. 40 m et au delà, 2 X 3.

Ecluse : construction qui consiste en un ou plusieurs bassins d'eau équipés chacun de deux vannes situées sur les côtés opposées et utilisées en navigation pour contrôler la hauteur du niveau en amont et en aval de l'ouvrage d'art pour permettre la navigation des bateaux. Cet ouvrage permet de faire franchir à un bateau la dénivellation qui sépare deux biefs.

Ecluse avec porte intermédiaire : la porte intermédiaire, installée dans le sas mais pas au milieu permet de disposer de trois longueurs de sas (chacune des deux parties avec la porte fermée, plus le sas entier avec la porte intermédiaire ouverte), afin de s'adapter à différents gabarits de bateaux et de limiter la consommation d'eau.

Eclusée : ensemble des manoeuvres nécessaires au franchissement de l'écluse par des bateaux. On parle de fausse éclusée ou de fausse bassinée lorsqu'elles sont exécutées alors qu'il n'y a pas de bateaux dans l'écluse.

remonter

 

Ecluses jumelles : écluses interconnectées de sorte que le sas de l'une serve de bassin d'épargne pour l'autre.

Ecoire : pièce de bois tenant le bateau écarté de la rive.

Ecoutilles : panneaux de bois ou de métal qui recouvrent la cale quand la péniche est chargée.

Elévateur frontal : grue automobile équipée d'un dispositif de levage frontal lui permettant de soulever et superposer des conteneurs et des caisses mobiles.

Elingue : l'élingue est un filin permettant de saisir et de manipuler les marchandises lors des opérations de manutention.

Elinguée : charge que l'élingue porte.

Embarcadère : emplacement aménagé dans un port, pour permettre l'embarquement (ou le débarquement = débarcadère) des voyageurs et/ou des marchandises.

Embarcation : bateau de petites dimensions (ex: canot).

Embranchement : voie ferrée raccordée au réseau principal (par exemple celui de la SNCB) et pénétrant dans une usine ou un entrepôt afin de permettre aux wagons d'être chargés ou déchargés directement sur place, sans rupture de charge.

Embranchement fluvial : installation permettant le chargement et le déchargement de marchandises hors du chenal de navigation.

Empotage : chargement de marchandises à l'intérieur d'un conteneur ou d'une citerne.

Enclave : les vantaux des portes de l'écluse viennent se loger, lorsqu'elles s'ouvrent, dans des cavités ménagées dans chaque bajoyer.

Enclavée (région -) : région éloignée de tout axe de transport comme plusieurs régions d'Afrique intertropicale.

Engin de traction : engin moteur uniquement destiné à la traction des trains.

Engin moteur : désigne tout véhicule ferroviaire qui se déplace par ses propres moyens.

Equivalent vingt pieds (EVP) : mesure de capacité nominale équivalent à un conteneur de 20 pieds de long, utilisée pour caractériser les trafics par conteneurs de diverses dimensions. Un conteneur de 40 pieds ISO normalisé correspond à 2 EVP/TEU.

Escale : endroit où atterrissent les avions en cours de voyage et où ils s'abritent quelques temps pour ravitailler, débarquer ou embarquer des passagers et/ou des marchandises.

Espace aérien : partie du ciel dont un Etat contrôle la circulation aérienne.

Espace-coût : coût du parcours à travers un espace donné.

Espace-temps : temps mis pour parcourir un espace donné.

Espar : perche ou tourelle plantée dans le cours d'eau et servant de balise.

Estacade : en amont et en aval de l'écluse, l'estacade d'attente et l'estacade de guidage facilitent la manoeuvre des bateaux arrivant à faible vitesse, leur permettant de glisser sur une poutre.

Etaler : opération pour stopper progressivement un bateau, en le maintenant avec une amarre liée au boulard (sur le bateau) et une bitte d'amarrage (sur le quai).

Etiage : niveau des basses eaux d'une rivière.

Eurocorridor : grand axe de communication européen par lequel devrait s'effectuer le transit du trafic de marchandises (selon les recommandations de la Commission de l'UE).

Expéditeur : entreprise qui remet la marchandise à un transporteur. Il peut être chargeur selon l'incoterm choisi.

Express : se caractérise par les délais de livraison qui sont garantis, en général, en moins de 24 heures. La publicité se fait sur ces délais: "donné avant 18 h, livré avant midi le lendemain" tandis que la messagerie traditionnelle livre sous 48 heures. L'express est aussi associé à la taille des marchandises. Dans le monde de l'express, on parle de "colis" et le prix est calculé en fonction de la rapidité de livraison mais aussi en fonction du poids du colis.

remonter

F

Fardage : action de placer des bois le long des parois afin d'éviter leur contact avec la marchandise.

Feeder : voie de communication reliant un centre de production au lieu d'utilisation.

Ferroutage : transport combiné rail-route pouvant utiliser plusieurs techniques : le transport sur wagons de camions et de leurs remorques et/ou de tracteurs routiers avec semi-remorques (= autoroute roulante); le transport par wagons de semi-remorques sans leurs tracteurs routiers, puis le transport de structures amovibles, conteneurs ou caisses mobiles, aussi bien sur wagons que sur véhicules routiers.

Ferry boat : navire aménagé pour le transport de trains et de passagers accompagnés de leurs véhicules; les ferries sont de plus en plus remplacés par des car-ferries ou navire transbordeurs.

Fiabilité des voies navigables : probabilité de maintenir des conditions stables de navigation le long des voies navigables (profondeur constante et voie navigable non gelée ).

Flottage : transport de bois par le courant d'un cours d'eau.

Flotte : ensemble des appareils d'une compagnie aérienne, par exemple la flotte de la Sabena.

Flux : déplacement massif de personnes, de biens ou d'informations.

Flux tendus : système de production basé sur la suppression des stocks par l'ajustement strict de l'offre à la demande pour la livraison de marchandises au moment précis de leur utilisation ou de leur vente.

Fourgon : wagon couvert parfois incorporé dans un train de voyageurs pour le transport des bagages, du courier.

Fourreau : protection métallique placée en tête d'écluse contre le frottement des coques de bateau.

Franc bord : distance séparant la ligne de flottaison du plat bord du bateau. Il va du "franc bord maximum" (bateau lège) au "franc bord nul" (bateau à pleine charge).

Freight for all kinds (FAK) : mode de tarification de ligne aérienne régulière consistant en un fret forfaitaire dont la base de calcul ne tient pas compte de la nature de la marchandise.

Freinte de route : tolérance pour perte d'une certaine quantité de marchandises qui est admise comme normale pendant le transport.

Fret : Désigne la rémunération due au transporteur, souvent exprimée en francs-tonnes.

Fret aller : cargaison d'un moyen de transport pour le voyage aller.

Fret retour : cargaison d'un moyen de transport au retour d'un déplacement. Un des principaux problèmes rencontrés en transport routier pour compte d'autrui est de garantir le fret de retour.

Freycinet : Charles Louis de Saules de Freycinet, ministre des Travaux publics en France, de1877 à 1879, a normalisé bon nombre de règles de transport. Son nom est resté attaché à un gabarit, appliqué aux bateaux et aux canaux. Une péniche "Freycinet" est longue de 38,5 m et large de 5,05 m. Une écluse "Freycinet" mesure 39 m de long et 5,2 m de large.

Friche ferroviaire : surface de terrain mise hors service à la suite de la concentration et de la spécialisation des fonctions de transport. Autrefois, cette surface était utilisée pour des fonctions générales comme l'entreposage et le triage.

Frigo (wagon -) : véhicule ferroviaire équipé pour produire du froid et conserver une température réglée lors du transport des marchandises (fruits, légumes, viandes).

Funiculaire : chemin de fer destiné à gravir de fortes pentes et dont les convois sont mus par un câble.

remonter

G

Gabarit : dimensions maximales offertes par un ouvrage d'art (pont, tunnel, ...) pour le passage d'engins de transport dont les wagons de chemin de fer.

Gaffe : longue perche en bois manoeuvrée à la main qui sert à écarter le bateau des ouvrages ou des obstacles lors des manoeuvres.

Gamberet : planche pour le passage entre un bateau et la berge.

Garde-corps : rambarde de sécurité située sur un ouvrage (pont, écluse, barrage) protégeant les usagers contre les chutes dans l'eau.

Gare : emplacement, bâtiments et installations diverses aménagés pour embarquer et débarquer les voyageurs, charger et décharger les marchandises transportées.

Gare à grande vitesse (GGV) : les gares à grande vitesse desservies par les matériels à grande vitesse sont de plusieurs types. A côté des gares existantes sans que des aménagements importants soient réalisés (gares ordinaires), les plus nombreuses sont celles qui ont subi d'importants réaménagements (gares aménagées). Il y a aussi un certain nombre de gares spécialement construites pour accueillir ce matériel à grande vitesse (gares nouvelles) et qui peuvent n'accueillir que ces derniers ou être également fréquentées par d'autres trains classiques.

Gare de chemin de fer, - ferroviaire : ensemble des installations destinées à permettre, en un point déterminé, l'embarquement, le transbordement, la répartition ou le débarquement de voyageurs et/ou de marchandises pour le transport par train.

Gare de triage : installation dans laquelle les wagons changent de train. Le tri des wagons s'effectue par gravité à partir d'une butte d'où descend un train de wagons dételés et lentement poussés de manière à ce que chacun soit dirigé vers un faisceau dont chaque voie est affectée à une destination précise.

Gare nouvelle à grande vitesse : gares spécialement construites pour accueillir le matériel à grande vitesse. Ces gares ont été construites dans des sites très variés. Certaines sont intra urbaines (comme Lyon-Part-Dieu, Lille-Europe) et d'autres périurbaines (comme Chessy-Marne-La Vallée ou Calais-Fréthun), avec une variante aéroportuaire (comme Roissy ou Satolas à Lyon). D'autres encore ne sont en rapport direct avec aucune ville (comme la gare TGV de Haute-Picardie).

Gateway airport : aéroport international dont la localisation géographique et l'emplacement par rapport aux courants de trafic international le mettent dans une position de carrefour pour un ou plusieurs continents. Il correspond à l'équivalent d'un noeud ferroviaire international ou d'un port important .

Générales (marchandises -) : généralement produits finis ou semi-finis, voitures neuves, fruits périssables, sucre, ciment, engrais, etc., habituellement transportés sous emballages, par opposition aux marchandises en vrac.

Gerbage : empilage, superposition de charges, sacs, caisses, conteneurs …

Gramme Equivalent Pétrole (Gep) : énergie mesurée en gramme équivalent pétrole nécessaire pour transporter un voyageur (gep/voyageur-km) ou une tonne de marchandises sur un Km (gep/tkm).

Grand rhénan : bateau fluvial tirant son nom du Rhin, son port en lourd s'échelonne de 1500 à 3000 tonnes. La plupart des rhénans, par la dimension des cales, et grâce à leur cabine de pilotage télescopique, peuvent aussi transporter des containers.

Gros-porteur : avion cargo de grande capacité (ex: B747).

Groupage : regroupement de marchandises en une seule unité de charge pour une même destination finale ou intermédiaire.

Groupeur : le groupeur est un commissionnaire de transport qui réunit des colis et envois de détail, en vue de constituer des lots de groupage formant des unités de charge, puis les confie aux transporteurs.

Grue conventionnelle : grue classique utilisée pour soulever les marchandises. La manutention est assurée à l'aide de palonniers.

remonter

H

Halage : remorquage du bateau assuré depuis la rive.

Hauteur libre : hauteur du passage libre entre la surface de l'eau et le tablier du pont ou la voûte du souterrain. Plus précisément, on mesure, non pas jusqu’au point le plus haut de la partie voûtée, mais jusqu'à la hauteur laissant libre une certaine largeur : c'est la corde, c’est-à-dire le sommet du rectangle de navigation.

Havre : abri pouvant servir de refuge pour les bateaux.

Hélicoptère : aéronef dont la ou les voilures tournantes assurent à la fois la sustentation et la translation de l'appareil pendant la durée de vol.

Héliport : ensemble des installations nécessaires pour l'exploitation d'hélicoptères.

Hinterland : espace intérieur d'une région, d'un pays desservi par un port.

Hivernage : se dit du lieu et de la période d'inutilisation du bateau, en dehors de la saison touristique, généralement en hiver, et parfois à sec.

Houache : sillage d'un bateau.

Hub : aéroport utilisé comme aéroport relais et centre de distribution. Un hub assure souvent le relais entre courts et longs courriers et l'inverse. Ce terme est de plus en plus utilisé pour caractériser un point nodal pour la collecte, l'expédition et la redistribution dans toute une zone géographique.

Hub and spoke : place centrale (= hub) où convergent toutes les correspondances d'un réseau de transport sous la forme de rayons (= spokes) desservis séparément.

Hydravion : avion conçu de façon à pouvoir décoller et atterrir sur des plans d'eau. L'intérêt de l'utilisation de l'hydravion est particulièrement manifeste au Canada.

remonter

I

Igloo : sorte de structure coiffant la palette aérienne, matérialisant l'enveloppe de la charge. L'igloo facilite ainsi le rangement des colis sans crainte d'être "hors gabarit" lors de l'embarquement à bord.

Infrastructure : ensemble des ouvrages publics constituant la fondation et l'implantation d'une construction ou d'un ensemble d'installations, par exemple l'infrastructure ferroviaire, un port, un aéroport.

Installation terminale : lieu d'aboutissement de services de transport ou de voies de communication.

Intégrateur : opérateur de transport express accomplissant du porte à porte et associant généralement les modes de transport terrestres et aérien (ex: UPS, TNT, Federal Express, DHL).

Interconnexion : mise en relation d'au moins deux modes de transport différents, en les connectant entre eux, de façon à rendre compatibles les transbordements de l'un à l'autre dans des conditions optimales de temps et d'efficacité.

Interface : lieu de contact entre modes de transport.

Intermédiaires en transport :
des spécialistes en transport

Il existe deux types d’intermédiaires : les intermédiaires purs et les intermédiaires exploitants. Les intermédiaires purs sont directement situés entre l’expéditeur et le transporteur. Ils ne possèdent pas d’équipements routiers et n’ont aucun lien avec les chauffeurs. Quant aux intermédiaires exploitants, ils s’entremettent indirectement entre un expéditeur et un transporteur routier possédant ou pas des équipements et ayant un lien transactionnel avec les chauffeurs propriétaires. La raison d’être des intermédiaires est de coordonner les différentes opérations de transport pour les expéditeurs, que ça soit la négociation de taux, la résolution de problème en cours de route, le paiement du transport, etc.

remonter

Intermodal (transport -) : transport de marchandises utilisant plusieurs modes de transport successifs dans un même contenant. La conteneurisation est une forme particulière du transport intermodal.

Intermodale (plate-forme -) : lieu de transit entre divers modes de transport équipé pour accueillir des véhicules et gérer les flux de marchandises que ces véhicules transportent (le stockage, la redistribution, etc.).

Intermodalisme : système de transbordements rapides permettant l'utilisation de moyens de transport complémentaires pour l'acheminement de marchandises.

Intermodalité : pratique de transport dans laquelle on utilise successivement plusieurs modes de transport sans pratiquer des ruptures de charge d'un mode de transport à l'autre, par exemple le transport combiné rail-route.

International Standard Organization (ISO) : organisme international de normalisation qui a notamment défini les normes des conteneurs (dites ISO).

Itinéraire : chemin à suivre ou suivi d'un lieu à un autre, par exemple un itinéraire de déviation ou itinéraire de délestage (destiné à éviter un itinéraire posant problème).

J

Jauge : capacité totale ou partielle d'un navire de commerce exprimée en volume; la jauge se calcule en tonneaux (un tonneau = 100 pieds cubes soit 2,83 m3).

Jauge brute : capacité intérieure d'un navire exprimée en volume.

Jauge nette : capacité d'un navire commercialement utilisable et sur laquelle sont fondées les taxes de port, de pilotage, etc.; elle est égale à la jauge brute moins les volumes occupés par les soutes, les machines et le logement des équipages.

Jaugeage : détermination de la capacité d'un bateau, d'un navire marchand par le calcul de la jauge.

K

Kangourou : transport combiné rail-route avec un wagon comportant une poche (=wagon-poche) et conçu pour recevoir une semi-remorque.

Kilomètre-passager, - voyageur : unité de trafic correspondant au transport d'un voyageur sur un kilomètre et surtout utilisée par les administrations ferroviaires et aériennes.

remonter

L

Larrons : orifices situés au fond de l'écluse, au niveau du radier. Ils permettent le remplissage et la vidange du sas et communiquent avec l’aqueduc.

Lège : bateau sans chargement.

Lettre de transport aérien (L.A.T.) document rédigé au nom de l'expéditeur tenant lieu de contrat entre le transporteur aérien et l'expéditeur pour le transport de marchandises.

Libéralisation : allègement de la tutelle, essentiellement économique, exercée par les Etats sur l'accès aux marchés du transport aérien, les capacités offertes et les tarifs aériens mais aussi pour d'autres modes de transport (ex: voie navigable et le chemin de fer).

Libertés commerciales : libertés qui concernent l'acte de transport commercial (troisième, quatrième et cinquième liberté)

Libertés de l'air : principes du droit international aérien représentant la base juridique des relations internationales aériennes. Les libertés de la navigation aérienne se répartissent en libertés techniques (1e et 2e) et en libertés commerciales (3e, 4e et 5e).

Libertés techniques : droit de survol du territoire d'un Etat étranger (première liberté) et droit de transit via le territoire d'un Etat étranger sans embarquement ni débarquement de passagers ou de fret, désigné aussi sous le terme d'escale technique.

Licence d'exploitation : document délivré par l'Etat dont relève une entreprise l'autorisant à effectuer, contre rémunération, le transport demandé.

Licence de transporteur aérien : document délivré par les autorités compétentes d'un Etat, attestant que le transporteur aérien concerné possède des compétences suffisantes pour assurer en toute sécurité les activités de transport aérien qui y sont mentionnées.

Ligne à grande vitesse (LGV) : les lignes à grande vitesse sont des lignes ferroviaires utilisées par du matériel à grande vitesse. Parmi ces lignes à grande vitesse, on retrouve des lignes nouvelles spécialement construites pour la circulation optimale des machines à grande vitesse. Il y a également, des lignes déjà existantes et aménagées pour la circonstance. Enfin, on retrouve des lignes ordinaires qui n'ont pas été aménagées.

Ligne aérienne : itinéraire parcouru par des services de transport aérien d'un point à un autre..

Limite d'enfoncement : exprime le tirant d'eau maximum qui ne doit pas être dépassé par un bateau. Pour les cours d'eau à débit variable, les enfoncements donnés sont ceux qui ont été constatés dans les conditions les plus défavorables, c-à-d à l'étiage le plus bas permettant la navigation.

Lit : emprise d'un cours d'eau en période normale.

Locomoteur : engin de traction diesel ou électrique sur rail dont la puissance est comprise entre 300 et 499 chevaux.

Locomotive : engin de traction vapeur, diesel ou diesel électrique, dont la puissance est égale ou supérieure à 500 chevaux et destiné à remorquer un convoi de voitures (voyageurs) et/ou de wagons (marchandises) sur une voie ferrée.

Locotracteur : engin de traction diesel ou diesel électrique sur rail dont la puissance est inférieure à 300 chevaux.

Logistique : la technologie de la maîtrise de la circulation physique des flux de marchandises que l'entreprise reçoit (matières premières, composants, fournitures, etc.), transfère (demi-produits, semi-finis, etc.) et expédie (produits finis, pièces détachées, etc.). Elle cherche à en synchroniser les rythmes au sein d'une chaîne, dont les opérations tendent à être déclenchées juste à temps, de façon à éviter les ruptures, comme les engorgements.

Long-courrier : avion destiné à voler sur de très longues distances (souvent plus de 9000 Km) pour une capacité importante d'accueil de 240 à 450 sièges environ. Ce marché est largement dominé par Boeing et Airbus, avec le Boeing 747, 767 et 777 ainsi que l'airbus A330 et A340.

Lot : ensemble d'articles, d'outils, de pièces, d'éléments prêts au montage et présentés dans un emballage particulier.

remonter

M

Mach : caractérise la vitesse d'un mobile dans une atmosphère. C'est le rapport de la vitesse du mobile à la vitesse du son dans un milieu où ce mobile se déplace. Par exemple, l'avion vole à plus de mach 2 en vitesse de pointe.

Maintenabilité : caractéristiques de conception et d'installation d'un élément de maintenance, comprenant les temps , les effectifs, la qualification du personnel , les équipements d'essai et les données et installations techniques, pour atteindre les objectifs d'exploitation dans l'environnement opérationnel de l'utilisateur.

Maintenance : ensemble des opérations ayant pour dessein de remettre en état un élément ou de le maintenir en état de fonctionnement, comprenant les opérations d'entretien courant, de réparation, de modification, de révision, de contrôle et de détermination de l'état.

Maintenance en escale : opérations de routine de visite, de contrôle et de dépannage effectuées aux escales et aux bases principales pendant le transit.

Manutention : déplacement manuel ou mécanique de marchandises pour le stockage, l'expédition et la réception.

Marchandise : tout ce qui fait l'objet d'un trafic autre que le trafic passagers, à savoir: fret, bagages excédentaires, courrier.

Marchandise sèche : marchandises sèches (céréales, charbon, acier,...) par opposition aux marchandises liquides.

Marchandises en vrac : marchandises non emballées, non conditionnées. Ces produits sont les minerais, céréales, pétrole et autres marchandises transportés en masse ou en vrac.

Marchandises générales : généralement produits finis ou semi-finis, voitures neuves, pièces détachées, marchandises périssables, etc., habituellement transportés sous emballages, par opposition aux marchandises en vrac.

Marchandises pondéreuses : marchandises de masse volumique élevée et de faible valeur dont le prix de vente est fortement grevé par le coût du transport, par exemple les minerais.

Marche à couple : accouplement latéral de deux ou plusieurs bateaux.

Marché captif : marché constitué par l'ensemble des consommateurs qui n'ont pas d'autres services à leur disposition que ceux du mode de transport pris en considération.

Marinier : pilote d'un bateau de commerce fluvial. L'ensemble des mariniers constitue la batellerie.

Matériel à grande vitesse (MGV) : ensemble du matériel ferroviaire à grande vitesse circulant à un minimum de 250 km/h. Il regroupe le matériel japonais MJR (Matériel des Japanese Railways), le TGV de fabrication française (Train à Grande Vitesse), la famille des ICE allemand (Inter City Express) et des ETR italien (Electro Treno Rapido). Des sous-types de ces grandes familles existent issus de la fusion de deux types de MGV (ex: AVE en Espagne) ou de modifications sur l'alimentation électrique et sur la peinture extérieure (ex: Thalys PBKA, Eurostar, etc.).

remonter

Menue embarcation : bateau de moins de vingt tonnes de port en lourd.

Messagerie : tous les transports de marchandises qui nécessitent au moins un arrêt sur une plate-forme pour une opération de tri, de groupage ou de dégroupage. La messagerie s'appuie sur une réseau qui assure le ramassage et la distribution. Elle s'oppose au transport par camion de "lots", de "charges complètes" qui s'effectuent sans arrêt d'un point à un autre, d'un fournisseur unique à un client unique.

Mise à quai : date et heure auxquelles le transporteur s'engage à mettre son bateau à quai disponible pour les vérifications préalables de la cale et pour le chargement.

Mode de transport : mode d'acheminement des personnes ou des biens par l'utilisation de types particuliers de matériel mobile et/ou d'infrastructures, par exemple la route, le rail, l'aérien et la voie d'eau.

Mondialisation : développement d'accords commerciaux et d'accords d'exploitation entre compagnies aériennes de différentes régions du monde, pouvant aller jusqu'à des participations croisées dans le capital; exploitation systématique des complémentarités et des synergies à l'échelle mondiale.

Mouillage : le mouillage d'une voie d'eau est la profondeur d'eau utile (entre le plan d'eau visible et le fond du cours d'eau).

Mouvement : décollage, atterrissage, ou approche simulée d'un aéronef à un aéroport.

Moyen de transport : ensemble des techniques utilisées pour effectuer les déplacements.

Moyen-courrier : c'est la gamme la plus répandue chez la plupart des compagnies internationales qui pour certaines les utilisent parfois pour tous les types de liaisons, du long-courrier au domestique. D'un rayon de l'ordre de 2500 à 5000 km, ils ont une capacité entre 100 et 240 sièges. Comme dans le cas du long-courrier, Airbus et Boeing partagent une large part de la production de ces appareils, avec les Boeing 727,737, 757 ou les Airbus A300, A319, A320 et A321.

Multimodal : entre l'origine et la destination (O/D) de la marchandise, au moins deux modes de transport sont intervenus. Une manutention intermodale est inéluctable.

N

Natie : A Anvers, désigne une entreprise de manutention qui effectue le chargement et le déchargement des navires.

Navigable : se dit de tout cours d'eau sur lequel peuvent circuler les bateaux.

Navigation : action de conduire d'un point à un autre un véhicule aérien (navigation aérienne), fluvial (navigation fluviale) ou maritime (navigation maritime).

Navigation intérieure : le moyen de transport de cargaisons et de passagers utilisant des véhicules flottants sur fleuve, canaux et lacs.

Navire de ligne : navire assurant la desserte régulière de ports déterminés selon des itinéraires et des horaires programmés.

Note de provision : reçu rédigé par le batelier pour la provision qu'il a reçue sur le fret stipulé dans le contrat d'affrètement.

Nouveau venu : transporteur aérien qui, grâce à la libéralisation ou la déréglementation, pénètre sur un marché où il se trouve en concurrence avec le ou les transporteurs établis.

O

Oligopole : domination du marché par quelques grandes compagnies aériennes qui imposent leurs conditions aux consommateurs.

Omnibus : train passagers s'arrêtant dans toutes les gares d'un itinéraire.

remonter

P

Palette : plateau de chargement de dimensions standardisées conçu principalement pour permettre la manutention par chargeur élévateur.

Palettisation : forme d'utilisation des charges consistant à regrouper des colis sur une palette manutentionnée à terre ou à bord par un chargeur élévateur.

Panneau de chargement : ouverture de pont au dessus de la cale de cargaison du bateau de fret.

Pantographe : dispositif qui, disposé sur la toiture d'une locomotive électrique, permet de capter sur la caténaire le courant nécessaire au fonctionnement de ses moteurs.

Parcellaire : colis séparés dans les manutentions, par opposition aux charges unitisées.

Parcours complémentaire : tout vol effectué pour transporter des passagers ou du fret non prévu par les lignes régulières.

Partage de code : procédé où une compagnie aérienne accepte de se placer et de figurer sous le code d'une autre compagnie. Cette technique permet à une compagnie de desservir en territoire étranger un point ou des points sur lequel elle ne possède pas de droits de trafic en s'associant avec une compagnie du pays en question.

Passe : désigne certains points caractéristiques de la rivière.

Pavillon : drapeau national définissant le pays d'origine du bateau.

Péniche : nom générique pour désigner un bateau destiné au transport de marchandises sur les voies navigables. Dans plusieurs pays, la péniche est considérée comme un bateau plus petit que le chaland.

Phare aéronautique : feu aéronautique à la surface, visible d'une manière continue ou intermittente dans tous les azimuts afin de désigner un point particulier à la surface de la terre.

Phase d'utilisation aux aéroports : phase comprenant une partie ou la totalité des phases suivantes : approche, atterrissage, décollage et/ou départ.

Pièce de coin : endroit de fixation de l'unité de transport intermodale sur le navire ou le véhicule qui la transporte

Pied de pilote : profondeur minimale que l'on doit laisser sous le bateau. Elle est de 20 à 50 cm, pour des raisons de sécurité bien sûr, mais aussi pour assurer un bon écoulement des filets d'eau sous le bateau.

Pigeage : c'est la mesure de l'enfoncement du bateau avant et après le chargement d'une marchandise en vrac. L’opération est effectuée, contradictoirement, par le marinier et le représentant du chargeur. Le carnet de jaugeage du bateau indique la masse chargée à partir de la différence d'enfoncement que l'on a mesurée.

Piste d'atterrissage, de décollage : sur un aéroport, bande de terrain renforcée et le plus souvent asphaltée, sur laquelle les avions roulent pendant l'atterrissage et le décollage.

Plafond : désigne le fond du canal (par contraction de plat-fond). Plus précisément, le plafond est le lit du canal situé entre les bases des talus formant les berges.

Plan de vol : ensemble de renseignements spécifiés au sujet d'un vol projeté ou d'une partie d'un vol, transmis aux services de la circulation aérienne.

Plan incliné : ouvrage de franchissement d'un fort dénivelé sur un cours d'eau. Système de transbordement de bateau entre deux biefs constitué par un bac rempli d'eau supporté par des bogies se déplaçant sur un plan incliné (ex: plan incliné de Roncquières).

Plaque tournante : plaque circulaire équipée de rails, pivotant sur 360° et servant au retournement du matériel roulant de faible longueur.

Plat bord : bande de marche sur le pont du bateau qui ceinture les panneaux d'écoutilles.

Plate-forme de fret : espace équipé pour accueillir des véhicules et gérer les flux de marchandises qu'ils transportent (redistribution, stockage, etc.). La plate-forme peut être unimodale (ex: uniquement routière) ou plurimodale (ex: d'un camion à un train).

Point d'accès : dernière ville d'embarquement et/ou première ville de débarquement d'un vol international.

remonter

Point de rupture de charge : point de transbordement de personnes et/ou de marchandises d'un moyen de transport à un autre.

Point kilométrique (PK) : les voies navigables sont jalonnées de bornes kilométriques permettant de repérer les points singuliers et les ouvrages.

Point nodal : point géographique important où se croisent plusieurs routes, plusieurs lignes ferroviaires.

Pont aérien : moyen de transport aérien utilisé pour desservir une région, un pays inaccessible ou interdit d'accès par voie terrestre, par exemple le pont aérien mis en place pour ravitailler Berlin en 1948 et 1949.

Pont canal : ouvrage de maçonnerie et d'acier grâce auquel un canal peut franchir une vallée.

Pont tournant : pont métallique muni de rails, pivotant sur 360°, utilisé dans les dépôts pour retourner les locomotives ou les remiser dans une rotonde.

Ponton : aménagement pour l'accostage et l'amarrage.

Port : lieu aménagé pour le transbordement de personnes ou de marchandises entre la terre et la mer ou le cours d'eau.

Port autonome : établissement public chargé de la gestion d'un port et doté de la personnalité juridique et de l'autonomie financière, par exemple le Port Autonome de Liège.

Port d'attache : zone de stationnement habituel du bateau.

Port en lourd : poids maximal qu'un navire peut charger: il comprend les marchandises, les combustibles, l'eau, les approvisionnements, l'équipage, les passagers, etc.

Porte d'écluse : on en rencontre de plusieurs sortes : busquée, à vantaux, levante, abaissante, roulante, tournante, secteur à segment cylindrique, selon qu'elles servent au passage des bateaux ou qu'elles servent aussi à l'écoulement des eaux en période de crue.

Portique roulant : grue portique pouvant faire évoluer la charge dans les trois dimensions, et évoluant elle-même en site propre, soir sur des rails, soit sur pneus.

Poste d'amarrage : section du quai qui a une longueur correspondant à la longueur du bateau amarré.

Poste d'attente : stationnement où un bateau attendra que le quai prévu pour le chargement ou le déchargement se libère.

Poste de stationnement d'aéronef : emplacement désigné sur une aire de trafic, destiné à être utilisé pour le stationnement d'un aéronef.

Potence : appareil situé au-dessus des voies et destiné à recevoir un ou plusieurs signaux.

Poussage : technique de navigation fluviale consistant à former un convoi avec des barges poussées à l'arrière par un bateau moteur, l'ensemble du convoi se comportant comme un bâtiment unique.

Pousseur : bateau possédant sa propre unité de propulsion destiné et équipé pour pousser les navires poussés mais ne transporte pas de cargaisons en son sein .

Préposé d'escale : personne chargée, sur les aires de trafic, de la manutention du fret et de diverse tâches se rapportant aux cabines d'avions et au commissariat, dont l'inventaire des matériels et l'établissement des imprimés utilisés dans le trafic des marchandises.

Programmation des vols : prévision et répartition des vols en fonction du trafic estimé des différentes contraintes (techniques, juridiques, réglementaires, etc.).

Programme de maintenance : programme définissant une suite logique d'opérations sur les aéronefs, à effectuer séparément ou en groupe, pour obtenir le niveau de maintenance souhaité.

Prolongement dégagé : aire rectangulaire définie, au sol ou sur l'eau, placée sous le contrôle de l'autorité compétente et choisie ou aménagée de manière à constituer une surface convenable au-dessus de laquelle un avion peut exécuter une partie de la montée initiale jusqu'à une hauteur spécifiée.

remonter

Q

Quai : section verticale ou inclinée du bord de l'eau renforcée avec des pierres ou construites en béton et convenant au transbordement à terre.

R

Radoub : bassin réservé à la réparation des bateaux.

Rail : profilé d'acier laminé constituant le chemin de roulement et de guidage des roues des véhicules ferroviaires.

Rame : ensemble de voitures ferroviaires attelés et indivisibles formant un train ou une partie d'un train.

Rampe de mise à l'eau : plan bétonné et incliné, perpendiculaire à la berge, permettant de haler les petits bateaux à terre.

Rampe mobile : installation qui permet aux véhicules routiers d'être chargés ou déchargés d'un wagon ou d'un navire, selon la technique du transroulage.

Rayon d'action : distance franchissable maximale, qu'un aéronef peut parcourir sans ravitaillement en carburant.

Recette unitaire : recette par unité de trafic.

Redevance aéronautique : redevance destinée à financer le fonctionnement de l'aéroport et payée par les compagnies aériennes.

Redevance bruit : surtaxe à la redevance d'atterrissage en fonction du niveau de bruit des aéronefs.

Redevance d'atterrissage : redevance due à chaque atterrissage de l'aéronef servant à financer les charges liées à l'utilisation de la piste et des voies de circulation. Elle est fonction de la masse maximale au décollage portée sur le certificat de navigabilité de l'aéronef.

Redevance de services d'escale : redevance due auprès des exploitants d'aéronefs pour l'utilisation des installations et services de l'aéroport qui sont fournis pour l'assistance aux aéronefs.

Redevance de stationnement : redevance due pour l'utilisation du poste de stationnement d'aéronefs. Elle est fonction du tonnage de l'aéronef et de la durée de son stationnement.

Redevance passagers : redevance due par les compagnies aériennes pour chaque passager embarquant à bord d'un vol commercial et servant à financer les charges liées à l'utilisation de l'aérogare.

Relais nautique : lieu où les bateaux trouvent accueil, information, services. Equipé pour 30 à 60 bateaux.

remonter

Remorquage : opération consistant à tirer des bateaux. Cette technique s'applique régulièrement pour aider un grand navire à manoeuvrer dans l'enceinte d'un port.

Remorque : tout véhicule sans moteur destiné à être attelé à un véhicule à moteur, à l'exclusion des semi-remorques.

Remorqueur : navire spécialement conçu pour tirer à sa suite d'autres navires.

Rescindement : modification du tracé des berges au niveau des courbes d'une rivière aménagée pour faciliter la navigation des convois.

Réseau de transport : ensemble de lignes d'un mode de transport et de noeuds de communications où les lignes s'entrecroisent. On parle de réseau routier lorsqu'il s'agit de routes, de réseau ferroviaire ou de réseau ferré lorsqu'il s'agit de lignes ferroviaires, etc.

Rhein-Herne-Kanal (RHK) : bateau de navigation fluvial dont le port en lourd est de 1350 T. C'est aujourd'hui, le bateau le plus répandu en Europe. Il peut transporter l'équivalent de 70 camions.

Rive droite, rive gauche : pour distinguer la droite de la gauche, dans un canal latéral comme dans une rivière, il suffit de considérer la voie d'eau en se plaçant face à l'aval, c'est-à-dire généralement dans le sens de l'écoulement. Dans le cas d'un canal de jonction, la méthode est la même mais l'amont et l'aval sont définis réglementairement.

Rotonde : remise annulaire destinée au garage des locomotives et desservie par un pont tournant.

Route à suivre : projection à la surface de la terre de la trajectoire d'un aéronef, trajectoire dont l'orientation en un point quelconque est généralement exprimée en degrés par rapport au nord (vrai ou magnétique).

Route flexible : route aérienne sur laquelle l'ordre des points peut être modifié.

Route principale : route aérienne parmi les plus fréquentées.

Route rigide : route aérienne sur laquelle l'ordre des points ne peut être modifié.

Route roulante : transport de véhicules routiers complets (remorque et tracteur) sur un wagon à plancher surbaissé sur toute sa longueur.

Rupture de charge : passage d'un service de transport à un autre qu'il s'agisse ou non du même mode, grâce à une correspondance.

S

Saison : période de l'année ayant une incidence sur la demande de mobilité touristique et sur les tarifs appliqués par les compagnies.

Sas : c'est le nom que l'on donne au bassin d'écluse, fermé par les bajoyers et les portes.

Saturation : dépassement des limites de capacité de trafic de l'espace aérien ou aéroportuaire, se traduisant généralement par une immobilisation plus ou moins longue des aéronefs au sol.

Sémaphore : signal d'arrêt commandant l'espacement des trains.

Semi-direct : train qui, entre deux stations principales, fait arrêt à plusieurs stations intermédiaires.

Semi-remorque : désigne toute remorque sans essieu avant, dont la partie avant est destinée à être attelée à un véhicule à moteur au moyen d'un accouplement porteur (pivot) de manière telle qu'une partie de cette remorque repose sur le véhicule à moteur et qu'une partie substantielle de son poids et du poids de son chargement soit supportée par le dit véhicule. La plupart doivent être spécialement adaptés pour convenir au transport combiné.

Service irrégulier : désigne un service assuré par un avion sans horaire fixe.

Service régulier : terme désignant un service assuré par un avion de ligne.

Servitude de halage : les propriétaires riverains des fleuves et rivières navigables ou flottables sont tenus, partout où il n'existe pas un chemin de halage, de laisser le long des bords un espace libre de 9,75 m de largeur. Sur la rive opposée, on parle de servitude de marchepied ou de contre-halage (espace libre de 3,25 m).

remonter

Short take off and landing (STOL) : terme anglais désignant un avion capable de décoller et d'atterrir sur des pistes très courtes, par exemple sur le City Airport de Londres.

Siège-kilomètre offert (SKO) : unité de mesure utilisée en transport aérien: elle fournit le volume de sièges sur une ligne donnée. C'est le produit du nombre de sièges offerts par la distance (exprimée en Km) qui sépare le point de départ du point de destination.

Simulateur de vol : entraîneur synthétique de vol donnant une représentation exacte du poste de pilotage d'un certain type d'aéronef de manière à simuler de façon réaliste les fonctions de commande et de contrôle des systèmes mécaniques, électriques et autres systèmes de bord, l'environnement normal des membres d'équipage de conduite ainsi que les caractéristiques de performance et de vol de ce type d'aéronef.

Sortie : sortie d'un aéronef d'un hangar après y avoir été remisé.

Sous-traitance : acheminement de marchandises effectué par un transporteur pour le compte d'un autre transporteur (le donneur d'ordre), conformément aux conditions fixées par ce dernier.

Soutage : ravitaillement d'un navire en combustible pour les chaudières ou les moteurs.

Soute : compartiment d'un avion destiné à recevoir les bagages des passagers et du fret.

Spits : plus petite classe de bateaux transportant des marchandises. Son port en lourd va de 280 à 360 tonnes selon les modèles. Le spits a été spécialement conçu pour les voies navigables françaises pourvues de petites écluses au gabarit Freycinet.

Spoke : dans un réseau aérien concentrique d'une compagnie aérienne, service de navette entre un point du réseau et le hub.

Statistiques commerciales : données statistiques basées sur le flux commercial entre des pays ou seulement un mode de transport est connu et même si le transbordement vers un autre mode de transport prend place à l'intérieur du pays d'origine ou de destination.

Stevedore : terme anglais désignant un manutentionnaire portuaire dans les ports de la côte atlantique, de la Manche et de la mer du Nord.

Surcapacité : insuffisance des coefficients de remplissage et/ou des coefficients eu égard au niveau et à la structure des tarifs d'une part, et aux conditions économiques de l'exploitation d'autre part.

Surestarie : indemnités dues de plein droit au batelier si le chargeur ou le destinataire ne procèdent pas au chargement ou au déchargement dans le délai fixé (cf.starie).

Système à grande vitesse : systèmes à grande vitesse ferroviaire qui ont été mis en place pour desservir différents axes de trafic. Ce système se compose de trois parties indissociables. Il y a d'abord le matériel à grande vitesse (MGV), puis les lignes à grande vitesse (LGV) et les gares pour la grande vitesse (GGV).

Système aéroportuaire : deux aéroports ou plus, regroupés pour desservir la même ville.

Système de transport : ensemble des différents réseaux de transport fonctionnant sur un territoire donné.

T

Tare : poids de l'unité de transport intermodale ou du véhicule sans le chargement, c'est-à-dire à vide.

Tarif aérien : le prix à payer pour le transport de passagers et de fret sur un service aérien, ainsi que les conditions d'application de ces prix, compte tenu de la rémunération des agences et autres services auxiliaires.

Taux d'occupation : en transport aérien, rapport exprimé en % de la charge transportée par rapport à la capacité disponible.

Taux de chargement : terme désignant le rapport de volume de passagers transportés (en passagers-km) au volume de sièges offerts (en sièges-km).

Taux de dilution : dans un réacteur à double flux, rapport du débit du flux secondaire à celui du flux primaire.

remonter

Taux de fret : les prix à payer pour le transport de fret et/ou de courrier sur les services aériens, ainsi que les conditions d'application de ces prix, compte tenu de la rémunération des agences et autres services auxiliaires.

Téléphérique : moyen de transport constitué par un ou plusieurs câbles porteurs auxquels sont suspendues des cabines.

Temps cale-à-cale : total du temps décompté depuis le moment où l'aéronef commence à se déplacer par ses propres moyens en vue de décollage jusqu'au moment où il s'immobilise à la fin du vol.

Temps d'éclusage : le temps compris entre le moment où le bateau commence sa manoeuvre d'approche de l'écluse jusqu'au moment où ce dernier quitte l'écluse.

Tender : véhicule attelé derrière une locomotive à vapeur et transportant sa réserve de combustible (fuel ou charbon) et d'eau.

Tierces-parties en logistique :
une tendance de plus en plus ancrée

Les grandes entreprises d’ici commencent peu à peu à considérer l’impartition de services comme une option intéressante pour des opérations spécifiques. Parmi les opérations plus propices à l’impartition, on remarque les opérations logistiques qui demandent des connaissances particulières ainsi que des investissements importants en matière d’équipements de manutention et informatiques. Le gros avantage avec les tierces-parties en logistique, fréquemment appelées 3PL, c’est qu’elles offrent la possibilité aux compagnies manufacturières de se concentrer sur leurs compétences de base, et par le fait même, de laisser aux spécialistes le soin de gérer leur logistique.

Tillac : plancher de la cale du bateau de plus en plus souvent en acier.

Timonerie : superstructure servant à protéger l'appareil de gouverne et le conducteur.

Tirant d'air : c'est la distance verticale entre le niveau du plan d'eau et la partie fixe la plus haute du bateau, à savoir la hauteur du bateau au-dessus de l'eau. Attention, on entend parfois cette expression employée, à tort, pour désigner la hauteur libre sous un pont ou un souterrain. L'erreur est cependant tellement courante qu'elle est admise dans le langage parlé. En principe, les " tirants ", d'eau ou d'air, sont toujours rapportés au bateau.

Tirant d'eau : distance verticale mesurée depuis la ligne de flottaison du bateau jusqu'au point le plus bas du bateau (quille).

Tonnage en jauge brute : volume d'un bateau comprenant tous les espaces enclos en permanence; il se calcule en tonneaux (un tonneau = 100 pieds cubes ou 2,83 m3).

Tonnages pondérés : tonnages bruts divisés selon différents facteurs pour tenir compte au mieux de la valeur ajoutée réelle de ces tonnes lors du passage portuaire. Récemment, Haezendonk (1998) suite aux études de plusieurs économistes portuaires, professionnels ou universitaires, propose la clé de répartition suivante pour les coefficients diviseurs pour aboutir à des "tonnes équivalentes conventionnelles":
- 18 pour le pétrole brut,
- 5 pour les vracs solides,
- 3 pour les conteneurs et le transroulage,
- 2 pour les autres vracs liquides,
- 1 pour les conventionnelles.

remonter

Tonne : unité de mesure de masse: la tonne métrique (1000 kg), mais aussi la tonne britannique (1016 kg = long ton) et la tonne américaine (907 kg = short ton).

Tonne de port en lourd (Tpl) : capacité en poids d'un navire y compris les approvisionnements et les soutes qu'il faut enlever si l'on veut calculer la charge utile. Le tonnage de port en lourd est la charge maximale qu'un navire est autorisé à transporter.

Tonne-kilomètre (tkm) : unité de trafic correspondant au transport d'une tonne de marchandises sur un kilomètre.

Tonneau : unité internationale de volume utilisée pour le jaugeage des navires et équivalant à 100 pieds cubes ou 2,83 m3.

Tonture : c'est la notion aérienne inverse du pied de pilote, soit la lame d'air de sécurité nécessaire entre le plus haut point du bateau et le pont.

Tour opérateur :agence de voyages spécialisée dans la vente de voyages à forfait et organisant des circuits touristiques, en plus des activités habituelles proposées par les agences de voyages.

Touriste : visiteur qui se rend dans une région, un pays autre que sa région, son pays de résidence pour des raisons de détente et y séjourner au moins 24 heures.

Tracteur : véhicule automobile conçu et construit pour tirer une semi-remorque.

Trafic : intensité du mouvement en importance et en fréquence, de la circulation des véhicules routiers sur une route, des trains sur une voie ferrée, des avions sur une ligne aérienne, etc.

Trafic intérieur : passagers, fret et poste débarqués sur un aéroport situé dans le pays de l'aéroport d'embarquement ou vice-versa.

remonter

Trafic international : passagers, fret et poste débarquant sur un aéroport situé dans un pays différent de celui de l'aéroport d'embarquement ou vice-versa.

Train : ensemble de voitures (trains de voyageurs) ou de wagons (trains de marchandises) tractés par une ou plusieurs locomotives attelées au même convoi.

Train à charge homogène : train composé de wagons transportant un seul et même produit, par exemple du charbon ou de la chaux.

Train complet : train de marchandises composés de wagons provenant d'un unique expéditeur et destiné à un unique destinataire. Le train complet, ne passant pas par la gare de triage, assure un service rapide.

Train de véhicules : tout ensemble de véhicules attachés l'un à l'autre en vue d'être mis en mouvement par une même force. Lorsqu'un train de véhicules est composé d'un véhicule tracteur et d'une semi-remorque, il porte le nom de "véhicule articulé".

Train mixte : train composé de voitures de voyageurs et de wagons de marchandises.

Train omnibus : train de voyageurs qui fait arrêt à toutes les stations.

Train pendulaire : matériel ferroviaire capable de circuler dans les courbes à des vitesses supérieures de près de 20 % que celles pratiquées par le matériel classique, grâce à un système d'inclinaison des voitures permettant de compenser partiellement l'effet de la force centrifuge.

Train routier : ensemble constitué par un camion et une ou plusieurs remorques ou par un tracteur routier avec une semi-remorque et une ou plusieurs remorques.

Tramp : mot anglais désignant un navire de charge qui n'est pas affecté à une ligne régulière et qui navigue au hasard des affrètements. Le tramp s'oppose au navire de ligne.

Transbordement vertical : embarquement ou débarquement d'unités de transport intermodal ou de vrac faisant appel à un équipement de levage.

remonter

Transbordement : transfert de voyageurs ou de marchandises d'un moyen de transport à un autre.

Transbordement horizontal : désigne la méthode horizontale de chargement et de déchargement (ex: navire roulier,...).

Transconteneur : conteneur multimodal.

Transit : lieu de passage de personnes ou de biens au cours de leurs déplacements, qui nécessitent parfois une halte ou un transbordement.

Transitaire : intermédiaire entre le transporteur (maritime, terrestre ou aérien) et le chargeur au nom duquel il exécute ses obligations de transport. Il peut avoir selon la mission à lui confier, la position juridique de mandataire ou de commissionnaire de transport.

Transport accompagné : transport d'un ensemble routier complet par un autre mode de transport (par exemple: ferry ou train) accompagné de son conducteur (dans ou en dehors de son camion).

Transport combiné : les transports sont "mixtes" lorsque le déplacement de marchandises nécessite le recours à plusieurs modes de transport pour une même opération de transport, mais selon des régimes juridiques différents. Par exemple, le préacheminement de marchandises par camion suivi du transport principal par train.

Transport homogène : les transports sont "homogènes" lorsque tous les transporteurs pour une même opération, sont soumis à un même régime juridique. Exemple: déplacement de marchandises réalisé par plusieurs transporteurs routiers, sous le même document de transport (lettre de voiture).

Transport mixte empilé : les transports sont "mixtes superposés" lorsque un moyen de transport est chargé sur un autre moyen de transport (ex: camion chargé dans un navire).

Transport multimodal : acheminement d'une marchandise empruntant au moins deux modes de transport différents.

Transport non accompagné : transport de véhicules routiers ou de parties de véhicules par un autre mode de transport (par exemple, par ferry ou par train) sans présence du conducteur.

Transport pour compte d'autrui : transport réalisé, pour un chargeur, par un artisan ou une entreprise, dont l'activité principale ou secondaire est le transport de marchandises.

Transport pour compte propre : transport réalisé, pour elle-même, par une entreprise qui, bien que n'appartenant pas au secteur des transports, dispose d'un parc de véhicules (ex: Interbrew).

Transporteur : personne assurant un transport pour compte d'autrui.

remonter

Transporteur mixte : compagnie aérienne transportant à la fois des passagers et du fret.

Transporteur tout cargo : compagnie aérienne ne transportant que du fret (ex: Cargolux).

Transroulage : possibilité pour un véhicule routier d'entrer et/ou sortir par ses propres moyens d'un navire, ou dans le cas de la route roulante, d'un train. Le transroulage est un transbordement horizontal à l'inverse du Lift-on-Lift-off qui nécessite un engin de levage.

Traverse : maintient constant le parallélisme des deux files de rails et, de plus, assure la répartition des contraintes. Il en existe en bois, métal ou béton.

Trémater : dépasser un autre bateau. Aux abords d'un ouvrage d'art, le trématage est souvent interdit.

Triage : chantier aménagé pour trier des wagons en fonction de leur destination.

Tribord : ce qui est à droite du bateau lorsque l'on regarde vers l'avant.

Trinôme d'interconnexion : dédoublement de plates-formes plurimodales elles-mêmes connectées, et associent: deux pôles de correspondances qu'est la plate-forme multimodale aéroportuaire et la plate-forme multimodale urbaine centrale et une liaison performante (vitesse, capacité, fréquence) reliant les deux pôles de correspondance.

 U

Unimodal : entre l'origine et la destination (O/D), la marchandise n'a fait appel qu'aux performances d'un seul mode de transport.

Unité de charge : constitue un regroupement de colis isolés de façon à pouvoir procéder à une seule opération de manutention. Le conteneur, la caisse mobile et la palette sont des unités de charge.

Unité de transport intermodale (UTI) : conteneurs, caisses mobiles et semi-remorques convenant au transport intermodal.

V

Vanne : organe mobile obturant les conduits de remplissage et de vidange d'une écluse.

Vantail : la partie mobile d'une porte. Une porte busquée d'écluse comporte deux vantaux.

Véhicule autoportant : châssis comportant une ossature faite de longerons, de traverses et d'éléments mécaniques, et les véhicules complets, qu'ils comportent ou non un châssis intervenant dans la rigidité de l'ensemble.

remonter

Véhicule de construction spéciale : tout moyen de transport qui, par construction ou transformation définitive, a essentiellement une fonction d'outil, à charge utile quasi nulle par rapport à sa tare. Cette catégorie comprend les véhicules à usage agricole et les véhicules à usage industriel et comporte deux catégories de vitesse: inférieure à 30 km/h et supérieure à 30 km/h.

Véhicule lent : tout véhicule automobile, y compris les tracteurs agricoles ou forestiers, dont la vitesse maximale en palier ne peut, par construction et d'origine, dépasser les 30 km/h. Cette vitesse est la vitesse normale théorique. Elle peut être supérieure de 10 % lors de la vérification pratique.

Verrou tournant : pièce de fixation normalisée pour verrouiller une unité de transport intermodale dans le navire ou le véhicule qui la transporte.

Vertiplane : appareils mi-hélicoptères, mi-avions, à décollages verticaux ou courts utilisés aujourd'hui, uniquement par l'aviation militaire. Des développements civils de ces avions sont en cours, particulièrement pour l'aviation d'affaires. Ils pourraient transporter jusqu'à 20 personnes à 500 km/h, à une altitude de 7500 m et sur une distance d'environ 1500 km.

Vertiport : plates-formes aériennes capables d'accueillir des appareils mi-hélicoptères, mi-avions dénommés "vertiplanes" capables d'emporter dans le futur près de 20 passagers.

Virer : un bateau ne tourne pas, il vire. Pour permettre la manoeuvre, on aménage des bassins de virement.

Virer bord pour bord : action de faire demi-tour pour un bateau.

Voie aérienne : région de contrôle ou portion de région de contrôle présentant la forme d'un couloir et dotée d'aides de radionavigation.

Voie d'évitement : voie principale utilisée pour garer un train à l'occasion de son croisement ou de son dépassement par un autre train.

remonter

Voie de communication : installation favorisant la circulation des personnes et/ou des biens sur terre (=voie ferrée), sur l'eau (= voie fluviale, voie maritime) et dans les airs (= voie aérienne).

Voie large : voie de chemin de fer dont l'écartement varie de 1,52 à 1,668 m. Ce type d'écartement se rencontre en Europe (Espagne, CEI, Irlande, etc.) mais aussi en Amérique latine et en Asie (Inde, etc.).

Voie métrique : voie de chemin de fer dont l'écartement varie de 1 à 1,067 m. Cet écartement se rencontre essentiellement en Afrique et Asie.

Voie normale : voie de chemin de fer dont l'écartement des rails est de 1,435 m.

Voies navigables : fleuve, canal, ou autre étendue d'eau faite par la nature ou par l'homme et convenant à la navigation d'engins flottants.

Voiture : désigne tout véhicule automobile dont l'habitacle est uniquement conçu et construit pour le transport de personnes et qui peut comprendre, en transport rémunéré de personnes, huit places au maximum, non compris le siège du conducteur.

Vol camionné : transport de marchandises par camion, d'aéroport à aéroport, sous régime de fret aérien, c'est-à-dire sous lettre de transport aérien (LTA).

Vol commercial : vol destiné à produire des recettes (passagers ou fret ou les deux).

Vol d'urgence : vol exécuté à des fins humanitaires et ne présentant aucun problème administratif sur le plan international, en raison de sa nature non commerciale.

Vol direct : vol effectué sur le même aéronef, entre deux points, avec ou sans escale, mais sans correspondance.

Voyage airferré : voyage comportant un ou plusieurs parcours effectués par transport ferroviaire et un ou plusieurs parcours effectués par transport aérien.

remonter

 W

Wagon : véhicule roulant sur une voie ferrée et destinée au transport des marchandises. On distingue souvent trois modèles de base: le wagon couvert, le wagon tombereau et le wagon plat.

Wagon à double capacité : plate-forme ferroviaire (gabarit de la ligne, renforcement de la ligne, etc.) qui est aménagée pour pouvoir accueillir des wagons surbaissés chargés sur deux niveaux.

Wagon calorifique : wagon isothermique et, en plus, équipé d'un groupe électrogène pour produire de la chaleur et ainsi pouvoir transporter sur de longues distances des marchandises périssables (ex: fleurs), des produits chimiques, ou autres matériaux sensibles à la variation de température.

Wagon citerne : wagon permettant de transporter des produits liquides, des gaz ou des pulvérulents, pour l'industrie chimique, alimentaire, etc.

Wagon complet : wagon dont la cargaison ou charge utile d'un même produit est telle que le wagon est considéré comme complet et qu'il est l'objet de l'application d'un tarif forfaitaire minimum.

Wagon couvert : wagon fermé, avec une ou plusieurs portes latérales, il est destiné au transport de marchandises "délicates".

Wagon frigorifique : wagon isothermique et en plus équipé d'un groupe électrogène pour produire du froid et ainsi pouvoir transporter sur de longues distances des marchandises périssables, des produits chimiques, ou autres matériaux sensibles à la variation de température.

Wagon isolé : acheminement ferroviaire ne constituant pas un train complet et donnant lieu à un acheminement par un train local à destination d'une gare de triage à l'acheminement par un train complet.

Wagon plat : wagon destiné à des produits volumineux et/ou de grandes longueurs (automobile; produits métallurgiques tels que les rails, cuves, poutrelles, etc.). Des ranchers (= piquets) et/ou des haussettes (= ridelles) autour des wagons permettent de mieux maintenir les chargements.

Wagon poche : wagon équipé d'une poche destinée à recevoir le train roulant d'une semi-remorque. Cette poche est une encoche située à l'emplacement des roues de la semi-remorque.

Wagon surbaissé : wagon de construction spéciale dont le plan de chargement est surbaissé pour pouvoir accueillir du matériel de transport intermodal.

Wagon tombereau : wagon destiné au transport de marchandises en vrac (ex: le charbon, les minerais, les céréales, etc.).

Wagons particuliers : wagons appartenant soit à des particuliers (ex: chargeurs) soit à des firmes spécialisées dans la location de ce matériel (ex: société Sati en France).

Wagons réseaux : wagons appartenant à des sociétés de chemins de fer.

Z

Zone d'attraction : zone d'influence économique d'un aéroport.

Zone de toucher des roues : partie de la piste, située au-delà du seuil, où il est prévu que les avions qui atterrissent entrent en contact avec la piste.

Zone franche : zone où les marchandises peuvent être stockées sans paiement des taxes et charges jusqu'au franchissement de cette zone.

vocabulaire_adopte_transport-liste_mai2007.php

remonter

30/11/10



 

Liens publicitaires

Site Internet d'information pour apprenantes, apprenants a but de recherches et d'entraides etudiantes, etudiants et toutes personnes active en logistique, magasinage et manutention.

Lomag-Man .Org

Imprimer

Contactez-nous

Inscrivez-vous à la newsletter ici !

 

Site Internet ouvert en 2002  Lomag Man .Org est une creation S.K.  livre-d-or-nouveau   Laissez un commentaire (Livre d'or)

Lomag-man.org est Copyright © 2017 - S.K. tous droits reserve Lomag Man .Org - Lomag-Man.org, Organisation apprenants Logistique magasinage et manutention.Conception web Webmestre (c)Webmestre