Favorites Bookmarks Welcome  livre-d-or-nouveau  Blog Lomagman Nous sommes le Mercredi 26 Avril 2017 et il est 08:07:41

 

 
 
 

produitphytosanitaire

produit phytosanitaire

Remonter ] dl 50 ] toxique formation ] produit phytosanitaire ] pictogramme telecharger ] news toxiquematieredanger ] [ glossaire recyclage dechets managers]

[étiquette description risques ][Glossaires des termes courants]données techniques de sécurité]  

pictogramme télécharger  

                                                                                  

  liens vers des sites spécialisés.

 

News et nouvelle norme emballage en bois Sur site le  09/11/2003

 

Gironde - Collecte d'emballages vides de produits phytosanitaires du 15 au 19 septembre 12/08/2003 - 12h15 (FR) 

http://www.terre-net.com/actus/actus_detail.asp?id=32491&periode= 


Commentaires explicatifs concernant l’ordonnance relative au permis pour l’utilisation des pesticides en général 
(OPer-P) CommentairesOPer-P_phytoErl_Schaedlingsbekaempfung_VL.pdf                      Site 27/06/2005

 

Nouveau  

ENTREPOSAGE DES PESTICIDES PDF Gris 16.03.2011
L'Association pour les normes d'entreposage des produits agrochimiques. Directeur général de l'ANEPA, CropLife Canada 21, Four Seasons Place, pièce 627, ...

EntreposagePesticides pdfrect

documentation_phytosanitaire /norme phyto-ispm5efs.pdf   164 Ko. En ligne 23/03/2004  

 

code_bonconduit_phyto_crp99auto Document Microsoft Powerpoint Présentation Microsoft PowerPoint. 4900.50Ko (5018112 octets) présentation bien détaillée des procédures d'utilisation, les étiquettes, le stockage, et tout ce que vous aimeriez savoir sur les phytos. En tout ce sont 97 diapos comme ceci.

  

    

 

code_bonconduit_phyto_crp99auto. Document compressé Zip Fichier Win Zip 4440.00Ko (4546562 octets

 

toxique/jardin lecture étiquette. PDF 1016.15Ko         stratégie phytosanitbsp01-01 856.03Ko

 

Sur cette page : introduction et action entrepris

Surveillance des phytoravageurs comment ça se passe ?

Quelques 

Valeurs du DL50 

et une documentation sur les pesticides, définition, action et démarches. Source : Webdico

Évaluation des risques phytosanitaires                   La suite de ce dossier est en préparation

Aperçu bref sur l'utilisation des produits face à l'environnement              

Voici en introduction un article qui démontre la situation dans  le domaine de lutte contre l'utilisation des produits hautement nocifs pour les plantes et remplaçable de nos jours par des autres techniques. Ces efforts sont bien entendu répercuté sur l'ensemble des continent selon des vitesses de mise en application adapté aux contextes. 

Déf. : Qualifie tout ce qui a trait à la protection des plantes ou des produits récoltés.

Il n'est donné que quelques détails sur ce sujet, du fait que les mouvements de transferts  de ces produits divers se gère également au travers de la gestion logistique. 

Quel démarche sont entreprises ? un exemple ci-dessous, mais les efforts sont actuellement énormes et sur le plans des cinq continents  engagés.

 

 

L’application restreinte des pesticides
   • par la réduction des doses d’herbicides,
     pratique qui gagne en popularité
   • par le traitement en bandes ou localisé
L’abandon de pesticides
   • par l’emploi accru du désherbage mécanique
   • par la culture sans herbicide
     sur plus de 1 300 hectares
   • par la culture biologique 700 producteurs
     certifiés ou en voie de certification

remonter
Le recours à la lutte intégrée
qui, dans un processus décisionnel, fait appel à tous les
moyens nécessaires (chimiques, mécaniques, physiques,
culturaux, biologiques...) pour réduire les populations
d’organismes nuisibles de façon efficace, économique
et environnementale

Sur 4 fois plus d’hectares (20 900 ha) en 2 ans chez les
agriculteurs membres des clubs-conseils en agroenvironnement


Sur plus de 10 000 hectares de cultures maraîchères et fruitières
chez les membres des clubs d’encadrement technique


La promotion et la mobilisation
grâce à un ensemble d’outils pratiques mis à la portée du milieu et à une campagne intensive articulée autour du slogan Pesticides agricoles : moins et mieux

Dans les trois dernières années, plus de 100 000 exemplaires de publications variées
ont été distribués.

De 1992 à 1997, d’après les données connues, les quantités de pesticides utilisées par unité de surface ont diminué de 11 %.

Les taux « hors normes » de résidus de pesticides dans les fruits et les légumes sont passés
de 9 % à 0,3 % en moins de 7 ans.


* Stratégie phytosanitaire : ensemble d’actions structurées et concertées pour la protection des
  plantes visant la réduction des pesticides et l’adoption de la lutte intégrée.

Source : http://www.agr.gouv.qc.ca/agriculturedurable/gespestici.htm 

remonter

Les étiquettes des produits phytosanitaires contiennent des symboles de classement en fonction :

des dangers toxicologiques :

T+
Très toxique
Produit qui, par inhalation, ingestion ou pénétration cutanée, peut entraîner des risques extrêmement graves, aigus ou chroniques et même la mort
Xn
Nocif
Produit qui, par inhalation, ingestion ou pénétration cutanée, peut entraîner des risques de gravité limitée
T
Toxique
Produit qui, par inhalation, ingestion ou pénétration cutanée, peut entraîner des risques graves, aigus ou chroniques et même la mort
Xi
Irritant
Produit non corrosif qui, par contact immédiat, prolongé ou répété avec la peau ou les muqueuses, peut provoquer une réaction inflammatoire

 

C
Corrosif
Produit qui, en contact avec des tissus vivants, peut exercer une action destructive sur ces derniers

remonter (Réponse courriel internaute du 31/07/2002)

Surveillance des phytoravageurs comment ça se passe ?

Les programmes de l’ACIA relatifs à la production et à la protection des végétaux ont pour objet d’empêcher l’introduction et la propagation au Canada de phytoparasites justiciables de quarantaine, de détecter et de combattre ou d’éradiquer les phytoparasites désignés, et de délivrer des certificats concernant les végétaux et les produits végétaux destinés au commerce intérieur et à l’exportation.

Les enquêtes phytosanitaires sont nécessaires pour permettre le maintien du statut de zone exempte de phytoparasites, détecter les nouvelles populations de phytoparasites et délimiter les zones infestées par des phytoparasites dont l’aire de distribution est restreinte au Canada. Les enquêtes phytosanitaires sont également partie intégrante des programmes de lutte et d’éradication. L’information recueillie par les enquêtes est à la base de tous les programmes réglementaires touchant l’importation, l’exportation et le commerce intérieur. Dans tous les cas, une information digne de foi et précise sur la distribution des phytoparasites permet de décider rationnellement des mesures réglementaires à prendre. L’information peut être utilisée à toutes sortes de fins, y compris pour justifier l’abrogation, la modification ou même la non adoption d’une mesure phytosanitaire. La plupart des enquêtes visent les phytoparasites mentionnés à l’Annexe II du Règlement sur la protection des végétaux, c’est-à-dire les organismes justiciables de quarantaine* qui n’ont pas encore atteint les limites de leur aire de distribution potentielle au Canada.

remonter

DL 50* par ingestion (rat) DL 50 par pénétration cutanée (rat)
produit commercial liquide solide liquide solide
très toxique (T+) inf ou égal à 25 inf ou égal à 5 inf ou égal à 50 inf ou égal à 10
toxique (T) compris entre
26 et 200
compris entre
26 et 200
compris entre
26 et 200
compris entre
26 et 200
nocif compris entre
26 et 200
compris entre
26 et 200
compris entre
26 et 200
compris entre
26 et 200

*DL 50 (dose létale) : dose d'une substance provoquant la mort de 50% d'un lot d'animaux d'expérience qui l'ont absorbée en une seule fois. Exprimée (en mg/kg de poids vifs, elle exprime la toxicité.

pesticides  1.Mode d'action 3.Production 5.Stratégies alternatives

  n. m. (pl.)

2.Emploi 4.Pollution

remonter

Composés organiques utilisés pour lutter contre les parasites animaux et végétaux.


  Ceux-ci affectent les cultures, les récoltes et denrées stockées, les locaux d'habitation, etc., ou directement les hommes et les animaux pour lesquels ils peuvent être vecteurs de maladies.

Modes d'action


  Suivant la nature des organismes à détruire, on distingue principalement : les insecticides, les fongicides, les herbicides et les rodenticides.
  Les modes d'action des pesticides sont divers. Par exemple, les insecticides peuvent agir soit par simple contact avec l'
insecte, soit après inhalation, soit après ingestion ; dans ce dernier cas, certains produits, dits systémiques, ou endothérapiques, pénètrent dans les plantes, à travers les feuilles et/ou les racines, d'où leur efficacité contre les suceurs de sève.
  On peut considérer que les premières mesures agricoles antiparasitaires par traitement chimique (soufre, sulfate de cuivre CuSO4) furent promues au XIXe siècle. Cependant, jusqu'en 1940, les pesticides consistent essentiellement en sels arsenicaux ou fluorés et en extraits végétaux (roténone pyrèthre, quassine, nicotine). C'est alors que sont mises en évidence les propriétés du DDT (dichloro-diphényl-trichloroéthane), premier d'une série d'insecticides organochlorés de synthèse, généralement actifs par contact (HCH [hexachlorocyclohexane] et lindane, méthoxychlore, toxaphène, chlordane, aldrine et dieldrine [ces deux derniers sont désormais interdits]...) ; certains de ces produits sont très stables et persistants. Parallèlement, des dérivés organophosphorés (parathion, TEPP, déméton, malathion, diazinon...) font la preuve de leur efficacité ; le plus souvent, ces produits sont des insecticides systémiques, qui tuent les espèces se nourrissant des plantes ou de leur sève ; ils persistent généralement peu longtemps (de quelques jours à quelques semaines). Plus récemment, on a réussi la synthèse d'insecticides puissants, les pyréthrinoïdes. Il existe bien d'autres pesticides, de nature chimique très diverse : des carbamates sont des insecticides à action par contact ou par ingestion, ou des fongicides, ou des herbicides ; des dithiocarbamates et des composés organomercuriels sont des fongicides ; certaines urées substituées, des triazines, des acides phénoxycarboxyliques substitués sont des herbicides sélectifs ; le coumafène, anticoagulant, est un rodenticide.
  Plusieurs cas d'accoutumance aux pesticides ont été constatés ; ainsi, depuis 1950, la plupart des mouches sont devenues résistantes au DDT. Il est donc important de découvrir régulièrement de nouveaux insecticides, au mode d'action différent.

remonter
Emploi
  Sauf quelques exceptions, ces substances ne sont pas utilisées pures : elles sont soit diluées dans de l'
eau ou dans un autre solvant (hydrocarbure), soit mélangées avec une matière solide inerte (argile, talc, charbon...) et présentées sous forme de poudre ou de granulés, soit associées avec une denrée servant d'appât (blé pour les rongeurs, son pour les escargots et les limaces). Ces préparations sont répandues sur la végétation, dans le sol ou dans les locaux à l'aide de pulvérisateurs, de poudreuses, d'applicateurs de granulés, ou même par avion. Certains pesticides gazeux (acide cyanhydrique HCN, bromure de méthyle CH3Br) ou très volatils (sulfure de carbone CS2, tétrachlorure de carbone CCl4, paradichlorobenzène ClC6H4Cl) conviennent particulièrement à l'intérieur des locaux. La plupart des pesticides étant des poisons violents pour l'homme, une réglementation sévère porte non seulement sur l'homologation des pesticides, mais aussi sur les conditions de leur application et sur les teneurs maximales tolérables dans les denrées alimentaires. Les risques de pollution directe ou indirecte (accumulation au fil de la chaîne alimentaire) nécessitent une grande vigilance.
Production
  La production mondiale de pesticides a connu une augmentation considérable depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Une tendance au ralentissement de la croissance s'est observée depuis la fin des années 1980, liée en partie à la découverte de substances plus actives nécessitant donc des tonnages plus faibles. Cependant, pour certaines catégories de pesticides, les graves problèmes écologiques, ou encore, pour d'autres, les dangers pour la santé humaine liés à leur usage ont conduit à leur interdiction dans les pays développés (cas des insecticides organochlorés), voire à l'arrêt total de leur fabrication.
  On constate que, depuis la fin des années 1980, la consommation des herbicides est la plus importante dans l'
agriculture nord-américaine ou européenne. À l'opposé, c'est l'usage des insecticides qui prévaut dans les pays tropicaux.

remonter

Pollution
 L'usage des pesticides s'accompagne d'une contamination des
écosystèmes terrestres et aquatiques, voire de l'ensemble de la biosphère pour les plus persistants d'entre eux.
  Au moment même des traitements, se produisent des dérives de brouillards qui transportent les substances loin des zones de culture. Ultérieurement, ces substances sont incorporées aux sols et, soit directement soit par ruissellement, amenées dans les eaux. Dans un cas comme dans l'autre, elles sont ensuite intégrées aux réseaux trophiques et subissent éventuellement une bioamplification dans les chaînes alimentaires.
  

La pollution des eaux et des sols par les pesticides atteint de nos jours des dimensions préoccupantes dans diverses régions du monde. On détecte ainsi jusqu'à plusieurs dizaines de pesticides différents dans certaines nappes phréatiques tant en France qu'en Amérique du Nord.
  Un autre phénomène accroissant la contamination de l'espace rural par les pesticides est lié à la croissance des cas de résistance à ces substances. Plus de cinq cents espèces de ravageurs des cultures présentent ainsi de nos jours dans le monde une résistance à au moins une famille chimique de pesticides.
Stratégies alternatives


  Des tentatives visant à limiter l'emploi des pesticides consistent à faire appel aux ennemis naturels des espèces nuisibles ; ainsi, une variété de
coccinelle combat la cochenille des agrumes ; certains mycovirus s'attaquent à divers champignons phytoparasitaires. Un autre procédé est de répandre des mâles stérilisés, ce qui conduit les femelles à pondre des œufs stériles. L'ensemble de ces méthodes dites biologiques n'a cependant donné, à ce jour, que des résultats partiels et localisés. Toutefois, la lutte intégrée, c'est-à-dire la combinaison harmonieuse des méthodes de lutte chimiques et biologiques, voire culturales, peut permettre de limiter l'emploi des pesticides, lesquels restent néanmoins indispensables.

remonter

des dangers pour l'environnement :

N
dangereux pour l'environnement

symbole en cours d'adoption par les préparations

des dangers physico-chimiques :

F
Facilement inflammable

Produit pouvant s'enflammer facilement
E
Explosif

Produit pouvant exploser sous l'effet de la flamme ou d'un choc violent
F+
Extrêmement inflammable

Produit pouvant s'enflammer très facilement
O
Comburant

Produit qui, en contact avec d'autres substances, notamment avec des substances inflammables, dégage une forte chaleur

remonter

Évaluation des risques phytosanitaires

Le module Évaluation des risques phytosanitaires (ERP) effectue des évaluations des risques phytosanitaires pour l'Agence canadienne d'inspection des aliments. Le but des évaluations de risques est de déterminer si des produits pourraient transporter des parasites ou des maladies capables de s'établir au Canada et d'occasionner des pertes aux agriculteurs ou aux forestiers ou de provoquer des changements environnementaux. Si un organisme biologique devait constituer un risque pour le Canada, la Division de la santé et de la production des végétaux pourrait le frapper d'un règlement pour l'empêcher d'entrer au pays, ou de se propager s'il y est déjà.

Les évaluations de risques se font pour chaque espèce qui peut nécessiter des mesures de quarantaine au Canada. L'évaluation repose sur la biologie de l'organisme et sur sa capacité ou non à survivre dans certaines parties du Canada. L'évaluation des risques revient à la Division de la production et de la protection des végétaux, qui consulte régulièrement d'autres organismes, des intervenants de l'industrie et la population avant de prendre une décision sur l'opportunité de réglementer un organisme. Le module de l'ERP compte actuellement six évaluateurs de risques : trois entomologistes, deux pathologistes et un malherbologiste.

31.07.2002 Courriel d'une internaute et notre guide de recherche, merci à tous. Sujet produits phytosanitaires.

Pour toutes personnes intéressée par des développements sur ce sujet, voici un des nombreux liens existants dans des sections de plusieurs  Etats : http://www.inspection.gc.ca/francais/plaveg/protect/productf.shtml 

 

BIEN utiliser les sources d'information sur les dangers du ... Jura Agricole - Jura, France. 12/06/2004
L’emballage concourt à votre sécurité et à votre santé autant lors du stockage que de la manipulation des bidons et de leur élimination. L’étiquetage
http://www.laterredecheznous.com/news/fullstory.php/aid/1030/%85_

Comment_bien_utiliser_les_sources_d%92information_sur_les_dangers_du_produit_:.html 

remonter

15.05.2009 16:01:43

News et nouvelle norme emballage en bois

NOUVEAU STANDARD PHYTOSANITAIRE DES EMBALLAGES EN BOIS

Produits phytosanitaires. Comment les manipuler sur l'exploitation ? En ligne le 30/03/2004
http://www.juragricole.com/news/fullstory.php/aid/3651/Produits_phytosanitaires.html  


Information du 2 octobre 2003 Norme NIMP 15- La nouvelle norme phytosanitaire pour les matériaux d'emballage en bois.02/10/2003


../normes/emballages_en_bois/info_emballages_en_bois02102003_ispm15.pdf


Information du 23 octobre 2003 Exigences et mise en oeuvre.


../normes/emballages_en_bois/exig-mise-en-oeuvre_stand-embbois-23oct03.pdf

 

Emballage : Belgique : Programme de certification du marquage des emballages en bois destinés au commerce international (ISPM 15)

http://www.netbois.com/info/index.php?artc=1309  06/11/2003

 

voir aussi: http://www.swiss-shippers.ch/ 

 

Le CTIB publie ce mois-ci un dossier complet sur le Programme de certification du marquage des emballages en bois. 
A consulter ・l'adresse suivante :

http://www.ctib-tchn.be/main_ctib/cert/c_fao_ispm15_F.htm 

remonter

20/03/13 3:24 PM



 

Liens publicitaires

Site Internet d'information pour apprenantes, apprenants a but de recherches et d'entraides etudiantes, etudiants et toutes personnes active en logistique, magasinage et manutention.

Lomag-Man .Org

Imprimer

Contactez-nous

Inscrivez-vous à la newsletter ici !

 

Site Internet ouvert en 2002  Lomag Man .Org est une creation S.K.  livre-d-or-nouveau   Laissez un commentaire (Livre d'or)

Lomag-man.org est Copyright © 2017 - S.K. tous droits reserve Lomag Man .Org - Lomag-Man.org, Organisation apprenants Logistique magasinage et manutention.Conception web Webmestre (c)Webmestre