Favorites Bookmarks Welcome  livre-d-or-nouveau  Blog Lomagman Nous sommes le Vendredi 24 Mars 2017 et il est 07:03:38

 

 
 
 

implantationamenagement
layout

Sommaire ici

one click

Conception
des lieux de travail

Démarches, méthodes et connaissances techniques

Optimisation : 1024 x 768

Croquis d'un entrepôt : stockage longue durée, stockage à rotation rapide, PICKING, spéciaux et zone  de contrôle, d'arrivage, transit, conditionnement pour expédition.

 

voir aussi : bâtiment zones  zones préparation et doc. joints

conception_zones_preparation_partie1 Présentation 

 

PowerPoint 6950.00Ko (7116800 octets) 3 doc., en page

 

Ensemblier/Integrateur

 

 

conception des lieux de travail_france-ed773.pdf PDF614.75Ko (629506 octets) INRS 98 pages

Conception et Aménagement Poste de Travail INRS

inrs.fr_AmenagementPostedeTravail.pdf 440.56 Ko (451135 octets)

 

[économie actualité code de bonne conduite  ] best practice 8/12/02

[ démarches entrepôt ] Introduction

 

ed94_creer_amenager_platteforme_logistique.pdf PDF636.29Ko (651559 octets) Cliché, aperçu.  08/2003

 

 bonjour, e.. en travaux... je .. le programme contient ....., je dois donc prévoir un accès camion au site, j aurais juste aime savoir qu elles étaient les dimensions de manoeuvre nécessaire a un camion ( pour tourner, faire demi-tour,...) merci de m aider car je n y connais rien :) Vers la page de recherche commune et lien sur l'épure de rotation. 21/03/2005

Comment se conçoivent nos postes de travail ?

Quels cheminements emmènent à tel ou tel résultat ?

Se peut-il qu'un jour je dois participer d'une manière ou d'une autre à l'aménagement d'un lieu quelconque dans mon entreprise ?

Afin de tenter de répondre à ces questions, j'ai rassemblé un "Layout"  qui vas nous aider à avoir juste une idée de ce domaine qui nous concerne vu les dimensions de certains de nos dépôts.

Document à adapter à nos conditions et situations  régionaux.

Pour la Suisse, je réunis  la doc.  Loi sur le travail et les ordonnances et l'aménagement diverses. Voir les liens au bas de la page sommaire

OLT 4 Approbation,plan, autorisation d'exploiter, Loi sur le Travail, installation technique...

guide inspection implantation. PDFmodèle mis à disposition. Adaptable à souhait 227.12Ko (232575 octets)31pg.

Système informatique intégrateur des systèmes logistiques industriels pouvant intégrer les fonctionnalités suivantes :

1 · La gestion de stock

2 · La gestion des Approvisionnements ou des Evacuations de production

3 · La gestion d'expéditions

4 · La coordination des manutentions de type :
AGV * voir la documentation illustrée
Caristes
Convoyeurs
Palettier mobile

5 · La gestion des réseaux d'informations

6 · Statistiques : traçabilité par identification et suivi de références

* Déf.: Les AGV (Automatic Guided Vehicles) sont des chariots de manutention sans conducteur
alimentés par batteries, présentant une grande polyvalence d'utilisation. 

Développement-->> LexiqueMini dico logistique ou bien texte avec illustration sur les AGV.

SOMMAIRE

(Navigation par page)

Introduction

1. ETAPES D'UN PROJET ET PHASES ORGANISATIONNELLES

1.1. Les trois étapes principales

1.2. Les quatre phases organisationnelles

1.3. Bibliographie

2. LA DEMARCHE DE PREVENTION

La démarche de prévention

3 la suite ci-dessous PAGE SUIVANTE 

3. RECUEIL DES INFORMATIONS

Introduction

3.1. Les objectifs et les activités concernées

3.2. Le projet de construction, l'environnement du site et son emplacement

3.3. Le processus de fabrication

3.4. Les modes et les moyens de stockage

3.5. Les moyens de manutention, de transport et de levage

3.6. L'élimination des déchets

3.7. Les données sur les circulations extérieures aux bâtiments

3.8. Le personnel concerné

3.9. Les locaux sociaux

3.10. Les fluides et énergies

4. METHODES D'IMPLANTATION

Introduction

4.1. Implantation générale

4.2. Implantation détaillée

4.3. Bibliographie 

La suite ci-dessous en page 4

5. PLAN DE MASSE, CIRCULATIONS ET IMPLANTATIONS

5.1. Circulations extérieures aux bâtiments

5.2. Implantation des bâtiments et aires diverses

5.3. Circulations intérieures aux bâtiments

5.4. Implantation

 Page 5 ci-dessous

6. FLUIDES, ENERGIES, INSTALLATIONS LOURDES

6.1. Installations électriques et éclairage artificiel

6.2. Assainissement de l'air et ventilation

6.3. Chauffage et confort d'été

Page 6 ci-dessous

6.4. Appareils de levage       

6.5. Moyens de manutention

6.6. Accès aux installations fixes

Page 7 ci-dessous

6.7. Stockage

6.8. Locaux techniques

7. STRUCTURE DES BATIMENTS

7.1. Toitures

Page 8

7.2. Sols

7.3. Façades

7.4. Ascenseurs, monte-charge, escaliers

Page 9 ci-dessous

7.5. Aires de transbordement

7.6. Couleurs de sécurité de d'ambiance

7.7. Locaux sociaux

8. BRUIT, INCENDIE, EXPLOSION                                               Page 10 ci-dessous

8.1. Bruit                          Page 10 ci-dessous

8.2. Incendie, explosion

9. MACHINES ET POSTES DE TRAVAIL

9.1. Cahiers des charges des machines et équipements de production

Page 11 ci-dessous

9.2. Ergonomie et organisation du travail

10. CONCEPTION ET AMENAGEMENT DES BUREAUX

10.1. Vitrages

10.2 Répartition de l'espace pour l'ensemble des bureaux

10.3. Chauffage, Ventilation

10.4. Aménagement intérieur des bureaux

10.5. Bibliographie

11. DOSSIER DE MAINTENANCE DES LIEUX DE TRAVAIL

11. Dossier de maintenance des lieux de travail

12. PREPARATION DE LA MISE EN SERVICE

12. Préparation de la mise en service

remonter

Introduction

La prévention est toujours plus efficace et plus économique (efficacité supérieure pour un investissement moindre) lorsqu'elle est intégrée dans les projets de conception des bâtiments, équipements et implantations. Or si les données utilisables pour la prévention sont nombreuses, elles sont souvent éparses, complexes et finalement difficilement utilisables même par des spécialistes. Dans cette optique, l'INRS avait édité en 1974 une brochure rédigée par le service prévention de la Caisse régionale d'assurance maladie de Limoges intitulée : «La conception des usines et la sécurité». Depuis quelques années, un groupe de travail réunissant des ingénieurs de la CNAM, des CRAM et de l'INRS a continué la réflexion sur ce sujet important pour l'amélioration de la sécurité et des conditions de travail. Cette brochure est la concrétisation d'un des objectifs que s'est fixé ce groupe : mettre à la disposition des maîtres d'ouvrage (chefs d'entreprise ou leurs représentants), des architectes et bureaux d'ingénierie, et des personnes qui ont à dialoguer avec les concepteurs (représentants du personnel, préventeurs des CRAM, entreprises prestataires) les connaissances qui sont apparues les plus utiles à intégrer dans le déroulement d'un projet concernant les lieux de travail.

Il s'agit d'un outil pour la démarche de prévention qui doit permettre aux différents acteurs (concepteurs, utilisateurs, préventeurs) de dialoguer plus facilement en vue d'une prise en compte des problèmes d'hygiène, de sécurité et de conditions de travail au moment où l'on prend les décisions (en particulier celles qui ont un caractère irréversible) au cours du projet.

Il faut entendre par conception des lieux de travail, un projet comprenant généralement la construction d'au moins un bâtiment (de la construction d'un atelier à la construction d'une usine). Cependant, ce projet n'est pas abordé seulement sous l'angle des bâtiments et de l'implantation, mais concerne aussi l'organisation d'ensemble, notamment le choix des équipements de production, de stockage et de manutention et les problèmes posés avant la mise en service.

remonter

La conception des lieux de travail étant un domaine très vaste et complexe, faisant appel à de nombreuses spécialités suivant le type d'activité, la brochure est centrée sur :

la prévention des risques les plus fréquents et les plus graves ;

les projets les plus courants : construction, modification ou réaménagement de locaux dans les entreprises ;

les choix quasi irréversibles : bâtiment, installations coûteuses à modifier ultérieurement ;

la prévention des risques non spécifiques à tel ou tel secteur professionnel (risques liés aux particularités du procès exclus).

Les dispositions législatives et réglementaires applicables lors de la conception ou de l'aménagement des locaux de travail font l'objet d'une autre brochure «Conception des lieux de travail. Obligations des maîtres d'ouvrage. Réglementation» ED 773, INRS.

La population visée comprend le personnel de production et le personnel de maintenance (que celui-ci appartienne ou non à l'entreprise concernée). Par contre, les risques propres à la construction et à la mise en place des équipements ne sont pas abordés dans ce guide. De même, les risques pour l'environnement et pour la population vivant à proximité des usines ne sont traités ici que dans la mesure où ils existent aussi pour le personnel de l'entreprise.

Les quatre premiers chapitres traitent de la méthodologie à suivre dans le déroulement d'un projet, les suivants des connaissances utilisables pour mettre en oeuvre des actions de prévention.

Compte tenu de la diversité et de la complexité des situations de travail, ces connaissances sont souvent à adapter au projet concerné : elles ne fournissent parfois que des points de repères, des orientations qui nécessitent un travail complémentaire pour une bonne intégration dans la conception des lieux de travail.

Les phases organisationnelles d'un projet sont : la phase 1 de faisabilité et de localisation de la construction, la phase 2 d'implantation générale des bâtiments et des secteurs, la phase 3 d'implantation détaillée des équipements et postes de travail, et enfin la phase 4 de préparation de la mise en service.

remonter

Les connaissances relatives à la phase 1 (faisabilité et localisation), sont peu nombreuses et portent essentiellement sur le choix du terrain et de son environnement : le terrain choisi est-il compatible avec les principes du programme concernant les circulations, les charges au sol, les surfaces couvertes et non couvertes (distance entre bâtiments, stockages, parkings), les risques d'incendie et d'explosion (venant d'autres entreprises ou émanant des locaux à construire) ? Les points principaux à prendre en compte sont les suivants :

         Accès. Terrain d'accès facile par route (et le cas échéant par chemins de fer et voies navigables) et permettant de séparer les flux de circulation. L'interface entre les flux de véhicules entrant et sortant de l'entreprise et la route sur laquelle ils débouchent est à examiner avec soin.

         Eloignement par rapport aux habitations et autres entreprises. Ce critère est à prendre en compte s'il y a des risques potentiels d'incendie, d'explosion et de nuisances provenant des entreprises avoisinantes ou de l'entreprise à construire (voir la réglementation sur les installations classées).

        Résistance du sol et du sous-sol. Des études du sol et sous-sol, en fonction des taux de travail admissibles, permettront de dimensionner les points d'appui, de réaliser des sols suffisamment résistants compte-tenu des installations à mettre en place : moyens lourds de levage et de manutention, bâtiments, stockages.

        Disponibilité des énergies nécessaires à la fabrication et à la sécurité et ressources en eau pour la prévention incendie.

Les données concernant la phase 4 (préparation de la mise en service) sont présentées de manière séparée au chapitre 12.

Les données concernant les phases 2 et 3 (implantation générale et détaillée) ont été regroupées et font l'objet des chapitres 5 à 11.

Ces chapitres suivent le déroulement logique du projet : données sur le plan de masse, les circulations et implantations (chapitre 5), connaissances sur les problèmes posés par les fluides, énergies et installations lourdes (chapitre 6), données sur la structure des bâtiments (chapitre 7). Les données sur le bâtiment ont été traitées en dernier ; en effet, elles ne doivent pas intervenir trop tôt pour permettre une bonne adaptation des locaux de travail aux activités de l'entreprise. La démarche inverse ­ malheureusement fréquente ­ qui consiste à définir le bâtiment avant d'avoir bien défini son contenu donne de mauvais résultats.

Les chapitres 8 à 11 abordent des points dont l'importance justifie une rédaction séparée : prévention des nuisances dues au bruit, des risques d'incendie et explosion, cahier des charges des machines et organisation des postes de travail, conception et aménagement des bureaux, dossier de maintenance.

remonter

1. ETAPES D'UN PROJET ET PHASES ORGANISATIONNELLES

On distingue généralement trois étapes dans le déroulement d'un projet : la définition du projet, sa conception et son exécution. A ces étapes techniques et administratives correspondent quatre phases organisationnelles au cours desquelles les choix concernant notamment l'implantation des locaux et des postes de travail sont arrêtés.

1.1. LES TROIS ETAPES PRINCIPALES

Le projet est défini sous l'entière responsabilité du maître d'ouvrage. Au cours de cette étape, l'élément essentiel est le programme qui permet de définir le projet en terme de besoins, d'exigences et de le traduire ­ pour qu'il soit utilisable par les concepteurs ­ en objectifs intégrant les différentes données du projet y compris les exigences en matière de sécurité et de conditions de travail. Cette étape essentielle est souvent réduite à quelques éléments de surface, quelques spécifications techniques, quelques recommandations concernant l'image de marque de l'entreprise. Parfois les maîtres d'ouvrage pensent gagner du temps en négligeant le programme et en passant très vite à l'étape de conception. Cette erreur courante est préjudiciable à la qualité du projet et à son adéquation à la politique industrielle et sociale de l'entreprise.

L'étape de conception consiste à faire réaliser le projet selon le programme défini précédemment. Le maître d'oeuvre intervient dès le début de la conception : il est responsable de l'exécution et du contrôle des ouvrages à réaliser. Au cours de cette étape, plusieurs documents administratifs et techniques sont rédigés ; les deux principaux sont :

l'avant projet sommaire (ou APS), vues complètes notamment en plan et en hauteur, affectation des principales surfaces et de leurs relations ;

l'avant projet détaillé (ou APD) : ce document précise les solutions retenues pour l'APS. Il sert de base pour déposer le permis de construire pour un nouveau bâtiment ou pour un bâtiment existant modifié.

La troisième étape, exécution des travaux, comprend le lancement des appels d'offres, la passation des marchés, la coordination et le contrôle des travaux. Elle se termine par la réception des locaux.

Pour la maîtrise d'ouvrage publique, la loi MOP du 12/7/85 et les décrets d'application du 29/11/93 définissent les relations entre la maîtrise d'ouvrage publique et la maîtrise d'oeuvre privée. Le maître d'ouvrage doit aussi organiser la coordination non seulement pour prévenir les risques générés lors de la construction mais aussi ceux qu'occasionnent l'exploitation et la maintenance de l'ouvrage. A cette fin, il désigne un coordonnateur pour le conseiller aussi bien lors de la conception que lors de la réalisation d'une opération de construction. Les missions et la formation des coordonnateurs ne sont pas détaillées dans le cadre de cet ouvrage.

remonter

Figure 1.1 Les phases principales d'un projet.

remonter

1.2. LES QUATRE PHASES ORGANISATIONNELLES

Ce découpage en phases organisationnelles présente l'intérêt de mieux distinguer les différents niveaux de décisions concernant l'implantation : localisation, implantation générale, implantation détaillée, préparation de la mise en service.

En effet, lors du suivi d'un projet, il faut se garder d'intervenir soit trop tôt, au risque d'aborder des problèmes qui ne sont pas encore d'actualité, soit trop tard à un moment où le projet est déjà devenu réalisation. Il y a donc des moments d'efficacité optimale où les connaissances en prévention des risques professionnels s'intégreront plus facilement aux préoccupations d'ordre économique et technique.


Faisabilité et localisation

Cette phase aboutit à définir les options fondamentales concernant la fabrication du produit, le programme et le choix du terrain sur lequel on va construire. Cette recherche et ce choix intègrent de nombreux paramètres : techniques, économiques, environnementaux, sociologiques.


Implantation générale

Conception, détermination de l'emplacement sur le terrain et construction des bâtiments : bâtiments principaux et annexes, voies d'accès, aires de stationnement, etc. Cette détermination se fait notamment en fonction de la conformation du terrain et à partir de l'analyse des secteurs et des circulations, de manière à optimiser les liaisons. A l'issue de cette phase, l'aspect général du projet est figé pour l'essentiel.


Implantation détaillée

Cette phase implique le choix de l'emplacement de chaque poste de travail et de chaque équipement. Elle nécessite en particulier l'analyse détaillée des flux des personnes, des véhicules et des matières. A l'issue de cette phase l'implantation de l'ensemble des éléments du projet doit être fixée car toute modification ultérieure s'avérera difficile.


Préparation de la mise en service

Le but de cette quatrième phase est de s'assurer que les moyens en personnel et en équipement sont aptes à remplir leur mission. L'occupation de nombreux postes de travail suppose une adaptation, voire une formation spécifique des salariés concernés.

Ces quatre phases se succèdent dans le temps en se recouvrant partiellement. Il n'y a pas de correspondance point par point entre les étapes décrites précédemment et ces quatre phases comme l'indique la figure 1.2. Il faut noter à ce sujet que la construction des ouvrages interfère avec certaines phases organisationnelles (notamment l'implantation détaillée). Du point de vue prévention, cela signifie que les concepteurs devront prendre en compte à la fois les risques liés à la construction des ouvrages et ceux liés à l'implantation et à l'entretien des locaux et installations. Bien que ces deux démarches procèdent d'une logique différente, une coordination des actions préventives est nécessaire. Sur la prévention des risques lors de la construction des ouvrages (sujet non traité ici) on consultera les documents publiés par l'INRS et l'OPPBTP.

remonter

Figure 1.2 Correspondance entre les étapes techniques et administratives et les phases organisationnelles.

1.3. BIBLIOGRAPHIE

Guide à l'intention des maîtres d'ouvrage et des maîtres d'oeuvre. Paris, Imprimerie des Journaux officiels, brochure nº 2009.

La loi MOP. Mode d'emploi. Numéro hors série d'A, décembre 1994. Editeur SEA, 7 rue de Chaillot 75116 Paris.

Coordination de chantier de bâtiment et de génie civil. Cahiers de notes documentaires, 1993, 159, ND 1993.

2. LA DEMARCHE DE PREVENTION

Il s'agit essentiellement de prendre en compte les aspects hygiène, sécurité et conditions de travail lors des choix effectués tout au long du projet. Cette démarche sera celle du maître d'ouvrage, qui est le premier intéressé par la bonne adaptation des locaux de travail aux besoins de la production et du personnel, des maîtres d'oeuvre et des spécialistes en sécurité et conditions de travail associés au projet.

Il est à noter que des textes réglementaires concernent directement le maître d'ouvrage, notamment le décret nº 92-332 du 31 mars 1992 qui doit être observé lors de la construction de lieux de travail ou lors de leurs modifications, extensions ou transformations.

Trois orientations peuvent guider une démarche de conception industrielle :

Conception pluridisciplinaire : elle consiste dans la collaboration dès la conception du projet de différentes disciplines, notamment ingénierie, ergonomie, architecture, relations professionnelles et sociales, hygiène et sécurité, médecine du travail (art. R. 241-42 du code du travail).

Globalité : c'est la prise en compte de l'ensemble des aspects conditions de travail, du poste de travail à l'environnement extérieur de l'usine, de l'hygiène et la sécurité à l'organisation du travail.

Consultation des salariés : elle permet de recueillir les propositions et d'associer le personnel aux différentes étapes du projet. Pendant le déroulement du projet, la constitution de groupes de travail spécialisés peut faciliter la confrontation des différentes options du projet au fur et à mesure de son avancement avec les problèmes réels, rencontrés sur le terrain par le personnel. Il faut noter que le CHSCT doit être consulté pour tout projet d'extension ou de réaménagement d'une usine existante (art. L. 236-2 du code du travail).

La démarche préventive pourra prendre des formes différentes suivant le type de projet et le stade auquel elle sera intégrée. Il existe cependant certains moments particulièrement importants.


La programmation

Le programme a une importance primordiale dans un projet. Son rôle est de traduire les besoins et les exigences du maître d'ouvrage (chef d'entreprise, collectivité locale...) à l'attention de la maîtrise d'oeuvre, à partir des données sur l'organisation, les équipements et le fonctionnement de l'entreprise, la population des usagers et les perspectives d'évolution.

Dans cette étape de définition du projet, le programme peut être enrichi par une analyse des besoins et une bonne connaissance des problèmes de sécurité et de conditions de travail.

Il s'agit de préciser les objectifs en matière de sécurité et conditions de travail pour qu'ils apparaissent explicitement dans les intentions du programme. Certaines nuisances se prêtent bien à cette formulation (exemple : niveau de bruit, d'éclairement) mais on peut également aborder des risques sous cet angle, de manière quantitative (exemple : prévoir des moyens de manutention adaptés pour les pièces et les produits supérieurs à tel poids) ou qualitative (exemple : éviter que certaines personnes soient isolées).

Un diagnostic sécurité dans les ateliers existants auprès du personnel travaillant dans des conditions comparables (ou approchées) à celles prévues dans le projet, permet d'analyser les accidents survenus et de détecter les risques potentiels.

Pour réaliser un bon programme, une analyse des situations de travail existantes (ou des sites de référence) est indispensable. Elle peut prendre des formes diverses : constitution de groupes de travail internes qui définissent leurs besoins, les problèmes rencontrés et leurs attentes, analyse ergonomique des situations de travail, diagnostic sécurité pour analyser les accidents survenus et détecter les risques potentiels (accidents et maladies professionnelles).


La conception : implantation générale et détaillée

Lors des étapes suivantes qui consistent essentiellement à traduire graphiquement le programme et à prendre position sur les choix techniques à une échelle de plus en plus précise au fur et à mesure de l'avancement du projet, la démarche de prévention est différente. Il s'agit d'évaluer les conséquences probables des choix concernant les bâtiments, l'implantation, les installations sur les risques encourus par le personnel et à partir de ce constat : déconseiller une solution présentant des risques potentiels importants, demander que d'autres solutions soient recherchées, ou à défaut conseiller des aménagements portant sur des solutions peu favorables a priori pour qu'elles deviennent acceptables. C'est dans cette optique qu'ont été rédigés les chapitres 5 et suivants.

L'activité future des opérateurs peut être approchée par un travail sur plans, maquettes et prototypes.


Bibliographie

Conception des lieux de travail. Obligations des maîtres d'ouvrage. Réglementation. ED 773. Paris, INRS, 1996.

Daniellou F. ­ Les modalités d'une ergonomie de conception. Cahiers de notes documentaires, 1987, 129, ND 1647.

Dejean P. H., Pretto J., Renouard J. P. ­ Organiser et concevoir des espaces de travail. Paris, ANACT, 1988.

sommaire

Textes CH.

Admin. CH

832.30 du 19 décembre 1983(Etat le 22 mai 2001). Conseil fédéral

ordonnance_sur_la_prevention_des_accidents_opa.pdf 220 Ko (225'280 octets)

Titre

Loi fédérale du 13 mars 1964 sur le travail dans l'industrie, l'artisanat et le commerce (Loi sur le travail)

Abréviation

LTr

Date

13 mars 1964

Programme

PDF

PDF Loi sur le travail (32 pages, 163 KB) ( et ses ordonnances non inclues dans ce document )commentaire_loitravail_vorbemerk.pdf 94.9 Ko (97'258 octets)

commentaire de l'ordonnance 3 relative à la loi sur le travail refectoir_sejour_v3weg330. PDF 

Titre

Ordonnance 4 du 18 août 1993 relative à la loi sur le travail (OLT 4) (Entreprises industrielles, approbation des plans et autorisation d’exploiter)

Abréviation

OLT 4

Entrée en vigueur

1er octobre 1993

Texte
Etat: 4 juin 2002

PDF

OLT 4 approbation plan autorisatexploiter822.114.fr.pdf PDF

Loi fédérale du 19 mars 1976 sur la sécurité d'installations et d'appareils techniques (LSIT)PDFPDF 14.23Ko (14569 octets)

 lien pour le SECO Secrétariat d'Etat à l'économie ci-dessous http://www.seco-admin.ch/seco/seco2.nsf/dieSeite/AB_ABeding?OpenDocument&l=fr&HauptRessort=6 (copier coller sur la barre de recherche de votre navigateur). Aussi lire les Ordonnances qui vont de paire avec certaines Lois.

Liste des abréviations d'organisme administratifsPDF PDF Acrobat 7.94Ko (8130 octets)

 

guide inspection implantation. PDFmodèle mis à disposition. Adaptable à souhait 227.12Ko (232575 octets)31pg.

 

remonter  

                                                                     

[Remonter ] amenagement implantation2 ] amenagement implantation3 ] amenagement implantation4 ] amenagement implantation5 ] amenagement implantation6 ] amenagement implantation7 ] amenagement implantation8 ] amenagement implantation9 ] amenagement implantation10 ] amenagement implantation11 ]

4/09/12



 

Liens publicitaires

Site Internet d'information pour apprenantes, apprenants a but de recherches et d'entraides etudiantes, etudiants et toutes personnes active en logistique, magasinage et manutention.

Lomag-Man .Org

Imprimer

Contactez-nous

Inscrivez-vous à la newsletter ici !

 

Site Internet ouvert en 2002  Lomag Man .Org est une creation S.K.  livre-d-or-nouveau   Laissez un commentaire (Livre d'or)

Lomag-man.org est Copyright © 2017 - S.K. tous droits reserve Lomag Man .Org - Lomag-Man.org, Organisation apprenants Logistique magasinage et manutention.Conception web Webmestre (c)Webmestre